Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    Montréal aux couleurs algériennes    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    De nombreux anciens ministres et walis concernés    La production agricole compromise à Relizane    L'Université d'Oran 1 signe plusieurs conventions    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Le Targui    À tout jamais…    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    Masques de beauté naturels    Tarte aux poires    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Abdelmadjid Tebboune: Rien à reprocher au Hirak    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    L'impératif d'une majorité présidentielle    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Ronaldo adoube Mbappé !    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara-Occidental
Publié dans El Watan le 06 - 02 - 2006

Les forces de sécurité – tous corps confondus – usent de la violence pour réprimer les manifestations de protestation, alors que la justice reste encore «inique», indique l'observatoire américain de défense des droits de l'homme (HRW). Celui-ci relève dans son dernier rapport, s'agissant de la situation qui prévaut dans ce territoire, que les autorités d'occupation marocaines procèdent toujours aux arrestations arbitraires de militants sahraouis. Dénonçant les procès iniques contre des militants sahraouis condamnés à de lourdes peines de prison en décembre 2005 et janvier 2006, Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de Human Rights Watch, précise que les droits de l'homme continuent à être violés au Sahara-Occidental. Les forces d'occupation marocaines ont arrêté plus de «100 personnes dans plusieurs localités du Sahara-Occidental», selon le rapport de HRW qui précise qu'au moins 21 personnes ont été condamnées à des peines allant jusqu'à six années d'emprisonnement. La plupart avaient fait l'objet du chef d'inculpation douteux d'incitation à la violence. En décembre 2005, huit défenseurs des droits humains sahraouis avaient été condamnés à des peines allant de 7 mois à 3 ans de prison ferme. Dans une lettre envoyée au roi Mohammed VI, Sarah Leah Whitson avait déclaré : «Les preuves rassemblées dans les dossiers de ces militants du Sahara-Occidental soulèvent en premier lieu la question du bien-fondé de ces poursuites en justice.» Citant un rapport d'Amnesty International sur la situation des droits de l'homme au Sahara-Occidental, HRW souligne que les manifestants sahraouis ont été soumis à une rare répression policière dans les territoires occupés, certains ayant été torturés après leur arrestation lors de l'intifadha de mai 2005. HRW a appelé les autorités marocaines à mettre fin à l'impunité dont jouissent les responsables de graves violations des droits de l'homme et à leur refuser «toute amnistie». Dans son rapport 2005 sur les droits de l'homme au Maroc, HRW avait déjà recommandé au gouvernement marocain «de mettre fin à l'impunité des forces de police», responsables d'atteintes aux droits de l'homme et pour qu'il renforce «l'indépendance de la justice».
Par ailleurs, HRW, qui revient sur les dizaines de cas de disparitions forcées, notamment dans les années 1960, 1970 et 1980, appelle les autorités marocaines à reconnaître publiquement que les atteintes aux droits humains ont été commises aux plus hauts niveaux de l'Etat. Human Rights Watch estime, à l'instar de plusieurs rapports d'ONG marocaines, comme l'AMDH, que les responsables des graves violations passées des droits de l'homme exercent toujours de hautes responsabilités dans les différents appareils de l'Etat qui doit «présenter des excuses publiques aux victimes et leur famille». Enfin, le rapport de HRW, qui appelle les autorités marocaines à cesser leur harcèlement des ONG locales de défense des droits de l'homme, relève la détérioration continue des droits de l'homme au Maroc, notamment le recours systématique à la torture, les détentions secrètes et la prolongation non réglementaire des gardes à vue de suspects, après les événements de mai 2003 à Casablanca.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.