Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le communiqué du Premier ministère    104 nouveaux cas et 9 décès    86% des Algériens sont inquiets    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Mellal veut éviter la surenchère    "Je suis optimiste pour la reprise des compétitions"    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Les élus fustigent l'exécutif    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    "ADN" de la Franco-Algérienne Maïwenn parmi les 56 films retenus    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    L'épreuve    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Vers un intérimaire à la tête du MPA    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le « cloud computing » bouleverse l'informatique des entreprises
Stockage en ligne
Publié dans El Watan le 13 - 04 - 2009

L'informatique dématérialisée, dite « cloud computing », est en train de faire une percée dans les entreprises de plus en plus séduites par ces services de stockage et de logiciels en ligne, qu'elles peuvent payer par abonnement ou en fonction de leur utilisation.
Plus besoin d'avoir dans sa société une lourde batterie de serveurs pour héberger les mails, les fichiers des utilisateurs ou le système de gestion : le cloud computing, qui est en passe de révolutionner le marché des services informatiques, ne requiert que des ordinateurs connectés à internet. Toutes les données et les applications se trouvent hébergées quelque part sur la Toile – ou « in the cloud » (dans les nuages) – par une société externe et sont accessibles via un simple navigateur. « Le gros avantage, c'est que les entreprises passent » ainsi d'un investissement en matériel à un achat de services, explique Nicolas Marry d'Avanade France, une filiale commune de Microsoft et d'Accenture (conseil en informatique), qui propose ce type de solutions. Selon une étude du cabinet de conseil en technologie Gartner menée auprès de 2600 entreprises en Europe et en Amérique du Nord, une majorité d'entre elles se mettent au « cloud computing » en commençant par « la virtualisation des serveurs ». Cette évolution « n'est pas vue comme une mode, mais comme un mouvement de fond » par les entreprises interrogées, souligne M. Marry.
Les prévisions des analystes témoignent en tout cas de l'engouement pour l'informatique dématérialisée. Selon Gartner, cette activité va croître de plus de 21% dans le monde en 2009, dépassant les 56,3 milliards de dollars (41,7 milliards d'euros). Un chiffre qui devrait quasiment tripler à l'horizon 2013, à rebours du marché informatique qui devrait reculer en 2009. Du côté des grands acteurs de l'informatique, conscients de l'enjeu, les grandes manœuvres ont commencé. L'équipementier américain Cisco vient d'annoncer son arrivée sur le marché des serveurs, redessinant par là même le paysage des alliances dans le secteur, en allant concurrencer sur leur terrain ses clients Hewlett-Packard (HP) et IBM. Les tentatives de rachat de Sun Microsystems par IBM vont dans le même sens. Si l'acquisition aboutissait, elle permettrait au géant américain de se développer dans le stockage de données, l'internet et les télécommunications et de renforcer son activité de serveurs. Cette opération provoquerait « une tempête dans l'industrie informatique », explique Philip Dawson, un analyste de Gartner.
IBM n'a de toute façon pas attendu pour intervenir sur le marché : le groupe vient d'annoncer une première offre de logiciels en ligne pour les entreprises. La récente panne du service de messagerie Gmail de Google a toutefois mis en lumière un des risques du cloud computing : comment une société pourra-t-elle accéder à ses fichiers en cas d'indisponibilité du service ? En mettant une partie de leur travail en ligne, loin de chez elles, les sociétés craignent également pour la sécurité de leurs données. Les spécialistes répondent à cette appréhension – en partie fondée, selon eux – par la mise en place de normes élevées pour les entreprises, du même type que celles utilisées pour les systèmes bancaires.
A.F.P., Samir Ben


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.