Aucune restriction dans la révision constitutionnelle    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    Kherrata, une convergence et des messages    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du grain à moudre pour l'opposition
Scores à la soviétique et soupçons sur le taux de participation
Publié dans El Watan le 13 - 04 - 2009

L'Algérie d'avant le 9 avril 2009 et celle d'après ne seront pas les mêmes. Il est vrai que nul ne se faisait d'illusion sur la réélection de Abdelaziz Bouteflika.
L'affaire a été scellée le 12 novembre 2008, lorsque le Parlement avait modifié la Constitution de 1996 en supprimant la disposition qui limitait le nombre de mandats présidentiels à deux seulement. Il y avait, en fait, une seule inconnue : le taux de participation. Celui-ci était, selon des chiffres officiels, de 44%, lors des dernières élections locales. Sources d'une grande inquiétude pour les partisans du troisième mandat de Bouteflika, l'abstention a constitué l'adversaire numéro un du candidat « indépendant ». Tous les moyens, financiers et médiatiques, ont été mis à sa disposition pour consolider son pouvoir lors d'une élection désertée, il faut bien le noter, par les partis de l'opposition et les personnalités de poids. On pensait, à tort d'ailleurs, que l'on pouvait compenser la crédibilité d'une élection plurielle, démocratique et libre par un raz-de-marée électoral. Tout a été échafaudé pour cette finalité. Résultat des courses, le président sortant s'est vu octroyer un score brejnévien, un taux de participation de 74,54% et, mieux, plus de 12 millions de voix, soit 90,24% des suffrages, que de larges pans de l'opposition contestent. Même ceux qui étaient dans la course, à l'instar de la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, parlent de « fraude massive ».
La candidate du PT a fini par se rendre à l'évidence et dit à qui veut l'entendre que « le score obtenu par Bouteflika est digne des républiques bananières ». Aujourd'hui, hormis les partisans du président, le reste a de sérieux doutes sur la régularité du scrutin de jeudi dernier. Ce qui apporte de l'eau au moulin de l'opposition traditionnelle ou, à proprement parler, aux boycotteurs. Un scrutin à la régulière aurait pu être admis, même par les adversaires de Bouteflika. Ceux qui soutiennent, aujourd'hui, que les résultats du vote fragilisent plus ont raison.
De l'avis des observateurs, « une élection désertée par l'opposition, parce que jouée d'avance, et dont la régularité est remise en cause par ceux-là mêmes qui ont tenté de lui donner du crédit en présentant leur candidature », met l'heureux élu en mauvaise posture. Finalement, le score à la soviétique le dessert davantage qu'il ne le sert. Souvenons-nous, lors de la campagne électorale, le candidat Bouteflika demandait aux Algériens de faire en sorte qu'il ne rougisse pas à l'étranger. C'était très important pour lui. Mais sa réélection, qui se trouve désormais au milieu de tirs croisés, pourrait constituer un handicap pour son action. L'autre point qui pourrait caractériser l'Algérie de l'après-9 avril, ce serait le réveil de l'opposition. Bien que plusieurs acteurs politiques ne se sont pas encore manifestés, on peut considérer, cependant, que la déclaration du leader du FFS, Hocine Aït Ahmed, qui appelait les démocrates « à mettre de côté leurs divergences pour construire une alternative pour le changement », qui a eu un bon écho du côté du RCD, est de bon augure.
Il faut s'attendre aussi que le front social se réanime, surtout si les promesses du président ne sont pas tenues. L'avenir de l'échafaudage de Bouteflika ne tient pas qu'à cela uniquement, mais il sera aussi déterminé par les premiers signaux qu'il donnera sur la scène politique, même si personne n'est dupe ; la tendance vers plus de rétrécissement du champ politique et vers plus de fermeture du champ médiatique, donc des libertés, restera la même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.