PARQUET GENERAL PRES LA COUR D'ALGER : Les dossiers de 12 personnalités remis à la Cour Suprême    PRESIDENTIELLE : 2 candidatures déposées au Conseil constitutionnel    AADL 1 : Plus de 4 750 logements attribués au niveau national    ORAN : 590 surveillants de baignade pour les 34 plages autorisées    Quatre narcotrafiquants arrêtés à Tlemcen    Le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Le projet de loi sur les hydrocarbures finalisé    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Man City : Un milieu belge pour remplacer David Silva ?    Une bande de malfaiteurs neutralisée    Campagne sur les risques liés à la saison estivale    Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Transition : la mort de l'article 102    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Grève de deux jours à partir de mardi    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Téhéran dénonce la surenchère américaine    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Lâche agression d'une fonctionnaire    Le président Trump effectue une visite au Japon    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    L'activité en baisse de 85%    La liste s'allonge    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du grain à moudre pour l'opposition
Scores à la soviétique et soupçons sur le taux de participation
Publié dans El Watan le 13 - 04 - 2009

L'Algérie d'avant le 9 avril 2009 et celle d'après ne seront pas les mêmes. Il est vrai que nul ne se faisait d'illusion sur la réélection de Abdelaziz Bouteflika.
L'affaire a été scellée le 12 novembre 2008, lorsque le Parlement avait modifié la Constitution de 1996 en supprimant la disposition qui limitait le nombre de mandats présidentiels à deux seulement. Il y avait, en fait, une seule inconnue : le taux de participation. Celui-ci était, selon des chiffres officiels, de 44%, lors des dernières élections locales. Sources d'une grande inquiétude pour les partisans du troisième mandat de Bouteflika, l'abstention a constitué l'adversaire numéro un du candidat « indépendant ». Tous les moyens, financiers et médiatiques, ont été mis à sa disposition pour consolider son pouvoir lors d'une élection désertée, il faut bien le noter, par les partis de l'opposition et les personnalités de poids. On pensait, à tort d'ailleurs, que l'on pouvait compenser la crédibilité d'une élection plurielle, démocratique et libre par un raz-de-marée électoral. Tout a été échafaudé pour cette finalité. Résultat des courses, le président sortant s'est vu octroyer un score brejnévien, un taux de participation de 74,54% et, mieux, plus de 12 millions de voix, soit 90,24% des suffrages, que de larges pans de l'opposition contestent. Même ceux qui étaient dans la course, à l'instar de la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, parlent de « fraude massive ».
La candidate du PT a fini par se rendre à l'évidence et dit à qui veut l'entendre que « le score obtenu par Bouteflika est digne des républiques bananières ». Aujourd'hui, hormis les partisans du président, le reste a de sérieux doutes sur la régularité du scrutin de jeudi dernier. Ce qui apporte de l'eau au moulin de l'opposition traditionnelle ou, à proprement parler, aux boycotteurs. Un scrutin à la régulière aurait pu être admis, même par les adversaires de Bouteflika. Ceux qui soutiennent, aujourd'hui, que les résultats du vote fragilisent plus ont raison.
De l'avis des observateurs, « une élection désertée par l'opposition, parce que jouée d'avance, et dont la régularité est remise en cause par ceux-là mêmes qui ont tenté de lui donner du crédit en présentant leur candidature », met l'heureux élu en mauvaise posture. Finalement, le score à la soviétique le dessert davantage qu'il ne le sert. Souvenons-nous, lors de la campagne électorale, le candidat Bouteflika demandait aux Algériens de faire en sorte qu'il ne rougisse pas à l'étranger. C'était très important pour lui. Mais sa réélection, qui se trouve désormais au milieu de tirs croisés, pourrait constituer un handicap pour son action. L'autre point qui pourrait caractériser l'Algérie de l'après-9 avril, ce serait le réveil de l'opposition. Bien que plusieurs acteurs politiques ne se sont pas encore manifestés, on peut considérer, cependant, que la déclaration du leader du FFS, Hocine Aït Ahmed, qui appelait les démocrates « à mettre de côté leurs divergences pour construire une alternative pour le changement », qui a eu un bon écho du côté du RCD, est de bon augure.
Il faut s'attendre aussi que le front social se réanime, surtout si les promesses du président ne sont pas tenues. L'avenir de l'échafaudage de Bouteflika ne tient pas qu'à cela uniquement, mais il sera aussi déterminé par les premiers signaux qu'il donnera sur la scène politique, même si personne n'est dupe ; la tendance vers plus de rétrécissement du champ politique et vers plus de fermeture du champ médiatique, donc des libertés, restera la même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.