Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Consensus autour de la dissolution de l'Assemblée populaire nationale
La majorité des partis politiques dit « oui »
Publié dans El Watan le 05 - 05 - 2009

Le premier magistrat du pays osera-t-il dissoudre l'Assemblée populaire nationale ? Cette éventualité n'est pas à écarter si l'on en croit les dernières déclarations du ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Yazid Zerhouni.
« On peut recourir à la dissolution de l'Assemblée si cela y va de la paix et de la stabilité du pays », avait-il précisé. Mais l'Etat peut-il, en cette période de crise économique, se permettre une nouvelle élection législative ? Et puis, pour quelle raison faudrait-il dissoudre ? De l'avis de beaucoup d'observateurs, « la sixième législature est la plus mal élue depuis l'avènement du multipartisme ». Les formations politiques de différentes obédiences pensent qu' « une Chambre basse qui brille par sa stérilité et qui ne répond nullement aux attentes essentielles et pressantes de la société n'a pas lieu d'être ».
LA DISSOLUTION DE L'APN DEPEND DE LA VOLONTE DU PRESIDENT
D'ou certaines voix qui s'élèvent pour demander la dissolution. Que ce soit les partis de la majorité (Alliance présidentielle) ou ceux de l'opposition, ils estiment tous que « l'Assemblée actuelle mérite d'être reconfigurée ». Le Parti des travailleurs qui demande avec insistance des élections législatives anticipées, et donc la dissolution de l'APN, soutient que celle-ci constitue un danger pour le pays. Le MSP de son côté indique que la Chambre basse est, certes, arrivée à un stade d'immobilisme, mais la solution ne réside pas dans sa dissolution, elle est plutôt dans l'assainissement totale de la vie politique à tous les niveaux. Pour certains députés du RND, l'APN ne sert absolument à rien.L'autre parti qui plaide pour la dissolution est le Front national algérien (FNA) de Moussa Touati, qui est allé jusqu'à accuser l'institution législative « de servir des intérêts autres que ceux du peuple ». Cependant, pour bon nombre d'observateurs, la dissolution de l'APN dépend exclusivement de la volonté du chef de l'Etat et ne peut intervenir si la nature du système politique algérien n'est pas clairement définie. Le parti de Louiza Hanoune qui ne manque pas de reprocher aux députés leur manque de représentativité (Assemblée élue avec moins de 36% des voix exprimées et 65% d'abstention) évoque un aspect important du problème qui est le nomadisme politique. Plus de la moitié des députés du PT ont déserté les rangs du parti pour rejoindre d'autres formations. Chose qui n'a pas été du goût de sa secrétaire générale.
Le PT prend très au sérieux les propos de Zerhouni en soutenant que l'APN est une source d'instabilité politique. « Lorsque les représentants de la population n'écoutent pas les cris de détresse de celle-ci a quoi peut-elle servir alors ? » Il y a une décomposition politique et un non-respect du mandat, les ministres en personne qualifient l'APN de moribonde. « C'est grave », a tonné Taâzibt avant d'ajouter que « si l'Etat veut la réhabilitation du politique et qu'il aspire à avoir une assemblée positive, il faut alors qu'il y ait des lois afin d'empêcher l'utilisation du mandat à des fins personnelles ». Notre interlocuteur exclut, toutefois, le risque d'une crise politique dans le cas d'une dissolution de l'Assemblée. « Au contraire, la décision d'aller vers de nouvelles élections législatives prouvera qu'il existe une volonté de donner de la légitimité aux institutions et cela va paraître comme une volonté de réhabiliter la politique. » De son côté, le député Abdarrezak Mokri du MSP craint que la dissolution de l'APN et l'organisation d'une autre élection législative engendre une nouvelle APN qui n'est autre que le sosie de celle qui a été dissoute. « S'il y a une dissolution il y aura inévitablement une élection et on risque d'avoir le même Parlement avec quelques retouches. La fraude en Algérie a pesé sur toute les élections », a-t-il indiqué en précisant que la dissolution de l'APN ne peut pas engendrer une crise politique. Selon lui, « la solution réside dans l'assainissement et l'ouverture totale du champ politique ainsi que dans la neutralité de l'administration qui ne doit plus s'immiscer dans les affaires de tout le monde ». Un député du RND souligne pour sa part que « l'urgence aujourd'hui est de revoir la Constitution. En Algérie nous ignorons si nous avons un régime présidentiel ou parlementaire ». « Il faut commencer par clarifier cette situation », dit-il, si l'on veut avoir une Assemblée qui prend en charge les problèmes des citoyens et non pas uniquement lever les mains et applaudir les projets élaborés par le gouvernement. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.