Tourisme: Air Algérie appelée à accompagner les efforts de développement du secteur    La décision de la Cour africaine est une attestation du statut juridique du conflit    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Lancement officiel du réseau parlementaire sur le climat et l'environnement    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Tensions accrues au Sahel    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



58e Festival de Berlin : Des drames aux tabous
Publié dans El Watan le 13 - 02 - 2008


D'abord, les tabous en terre d'Islam : Heavy Metal à Bagdad qui fait un zoom sur l'unique groupe de trash-metal en Irak : Acrassicauda; A jihad for love de l'Indien Parvez Sharma qui met l'accent sur les homosexuels musulmans ; Be like others, un documentaire de Tanaz Eshaghian qui traite du parcours de jeunes Iraniens qui décident de changer de sexe, une opération illégale en Iran comme dans tous les pays musulmans ou encore The other side of Istanbul (L'autre côté d'Istanbul), de Donku Kolic qui explore le thème de la discrimination vis-à-vis des homosexuels et qui découvre un jeune kurde dont la famille a accepté ses choix… En somme, des documentaires qu'aucun pays musulman ne diffusera et qui pourraient même donner lieu à des réactions violentes de la part d'extrémistes. Pourtant, ce sont des portraits de jeunes normaux qui souhaitent vivre librement leurs choix. Des jeunes qui passeraient inaperçus dans un pays européen, mais qui risquent une condamnation à mort dans leurs patries. De tels films pourraient cependant «libérer» les esprits fermés, à force d'être réalisés et diffusés. La 58e Berlinale accueille aussi des documentaires relatant des drames humains. C'est le cas de Victoire Terminus, des Français Renaud Barret et Florent de la Tullaye : un portrait de jeunes femmes de Kinshasa qui enfilent des gants de boxe pour changer le cours de leur vie. Pour certaines, ce sport est une question de survie, face à un conjoint violent ou à la misère… Autre drame : la violence à l'encontre des enfants. Victimes de pédophiles, de délinquants, d'enlèvements, de prostitution, recrutés dans les gangs ou forcés à prendre des armes dans des guerres… Une réalité triste à dire et dure à voir. Gardens of the night (Les jardins de la nuit) qui présente deux pédophiles qui séquestrent des enfants, les droguent et abusent d'eux la nuit. Pour faire ce film, il a fallu deux années d'enquête menée par le Britannique Damian Harris. Il a sillonné les Etats-Unis à la recherche d'enfants disparus dont les portraits étaient affichés dans les lieux publics et il a reconstitué l'histoire de deux enfants séquestrés, violés et prostitués par leurs bourreaux. Julia, du français Erick Zonca, brosse aussi un autre drame, celui d'un enfant enlevé par une femme alcoolique. Heart of fire (Feuerherz) de Luigi Falorni revient sur la tragédie des enfants-soldats en Afrique.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.