POUR DISSIPATION ET RECEL D'ARMES ET DE MUNITIONS DE GUERRE : Mandat d'arrêt contre les généraux Saïd Bey et Chentouf    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    El Tarf.. Un réseau de cambrioleurs démantelé    Vol de véhicules.. Arrestation d'un groupe de malfaiteurs    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Baromètre.. En Baisse : Seddik Chihab    Baromètre.. En Hausse : Mokrane Aït Larbi    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    C'était une spécialiste de l'Algérie.. L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer est morte    AEROPORT D'ALGER : Le nouveau terminal mis en service lundi prochain    DOUANES ET BANQUE D'ALGERIE : Le Chef de l'Etat nomme de nouveaux responsables    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    Bekkouche forfait pour la finale du 400 m/haies    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    L'avis de trois personnalités    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Prochainement sur Google traduction    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    "Trop tard, M.Bensalah..."    Un sit-in de commémoration a été tenu    L'Algérie fortement représentée    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fuite des cerveaux et le trafic d'organes
Publié dans El Watan le 28 - 04 - 2008


D'un point de vue géographique, on appelle ce mouvement la fuite des cerveaux. D'un point de vue biologique, c'est plutôt du trafic d'organes puisque des cerveaux sont aspirés d'ici pour être implantés là-bas. Régulièrement d'ailleurs, l'Etat algérien se rend compte que ses élites partent en masse, alors que tout le système fonctionne justement sur la marginalisation des élites par placement de l'incompétence autour des cercles de décideurs pour créer de l'inertie corruptrice. Pourquoi alors penser qu'en donnant un F2 à Bab Ezzouar et un salaire en dinars à un physicien nucléaire de Los Angeles, celui-ci va tout quitter pour rentrer au pays de Belkhadem ? Le cerveau n'est pas autonome. Il est soutenu par un corps, qui lui aussi a besoin de choses qu'il est allé chercher là-bas. Les mains ont besoin d'autre chose que de serrer un gigot d'agneau. La langue a besoin d'un minimum d'expression pour dire ce qui ne va pas. Les yeux ont besoin de voir autre chose que l'ENTV, les oreilles ont besoin d'une autre musique que le faux tube «ouhda thalita». Les jambes ont besoin de voyager, le ventre autre chose que de la mayonnaise et le bas-ventre d'un peu de mixité pour assurer son équilibre hormonal. A l'inverse, au bas de l'échelle, les centaines de harraga et qui ne sont pas des cerveaux, partent aussi. Dans sa totale absence de vision, Abdelaziz Belkhadem leur a reproché de refuser du travail. C'est qu'il n'a pas encore compris que les harraga, comme les cerveaux, ne partent pas seulement pour un emploi. Ils quittent l'Algérie pour un pays sans voisins curieux et sans salons réservés aux familles. Ils quittent surtout un pays où mettre un short pour une fille, boire une bière pour un garçon, conduire un camion pour une mère ou entamer une grève contre sa misérable retraite pour un grand-père relèvent tous d'une atteinte aux valeurs nationales.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.