Réunion du Gouvernement: Des mesures d'urgence pour l'industrie et l'agriculture    Le président de la CIPA: «L'objectif premier c'est de combattre la bureaucratie»    Habitat: Les logements LPL font jaser    Revirement ou tactique ? Mohamed VI feint l'apaisement    Lamamra en Egypte: Libye, Tunisie et coopération au menu    Le président Kaïs Saïed rassure: «La Tunisie est sur le bon chemin»    Football - Ligue 1: La relégation hante les esprits    La bonne affaire pour l'Afrique ?    Analyses médicales, tests antigéniques et PCR: Les assurances sociales appelées à faire plus    Un dentiste dément les rumeurs: «Aucun danger de l'anesthésie buccale sur les vaccinés»    Richesses humaines ensevelies    La démocratie en terre d'islam : «Allah ghaleb est inscrit sur tous les fronts» !    Mettez fin à l'occupation du Sahara occidental    Le dinar reprend du poil de la bête face au dollar    Abdelkrim Fergat aux repêchages    Cinquième or pour Dressel    Le trophée pour Zverev    Le temps des solidarités    Alger-Tripoli    Les grandes urgences du secteur de l'industrie    On vaccine les zones d'ombre    Les médecins de la diaspora attendent le feu vert    50000 Employés risquent le chômage    Le formidable élan de solidarité des Algériens    37 décès et 1.172 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 200.000 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire    L'ONU salue une « réalisation historique » en Libye    Mémoire et traumatisme de guerre    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Le TNA et le Cadc optent pour le virtuel    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre prochain    L'échec de Flissi    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Tennis : Djokovic repart bredouille, et blessé    L'AS FAR valide son billet    Les prix à la consommation en baisse de 1,1% sur un mois en juin    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Retrait de l'accréditation en Algérie    Al Arabia interdite en Algérie    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« La France veut se mettre en accord avec sa conscience »
Essais nucléaires au Sahara et en Polynésie
Publié dans El Watan le 28 - 05 - 2009

Une indemnisation, qui doit assurer la réparation intégrale des préjudices subis lors des essais nucléaires français, sera versée à toute personne justifiant avoir résidé ou séjourné dans des zones d'essais, durant la période de 1960 à 1996.
Paris
De notre bureau
Le Conseil des ministres français a adopté hier matin un projet de loi relatif à « la réparation des conséquences sanitaires des essais nucléaires français au Sahara et en Polynésie ». Ce projet de loi – qui devra être déposé à l'Assemblée nationale avant la fin de la présente législature et entrer en vigueur d'ici la fin de l'année – devra « faciliter l'indemnisation des personnes atteintes de maladies radio-induites provoquées par les essais nucléaires réalisés par la France, entre 1960 et 1996, au Sahara et en Polynésie française ». « L'indemnisation doit assurer la réparation intégrale des préjudices subis », précise un communiqué gouvernemental publié à l'issue du Conseil des ministres. Cette indemnisation est ouverte aux personnes (qu'il s'agisse des personnes ayant participé aux essais ou des populations locales) justifiant avoir résidé ou séjourné dans les zones des essais, durant les périodes fixées par la loi, et atteintes d'une pathologie figurant sur une liste arrêtée par décret en Conseil d'Etat.
Soit pour les personnels civils algériens et les populations du Sahara entre le 13 février 1960 et le 31 décembre 1967 (date de démantèlement du site) au Centre saharien des expérimentations militaires ou dans les zones périphériques à ce centre ; entre le 7 novembre 1961 et le 31 décembre 1967 (date du démantèlement du site) au Centre d'expérimentations militaires des oasis ou dans les zones périphériques à ce centre. Seules quelques centaines de personnes (Français, Polynésiens et Algériens) sont concernés par ce dispositif, selon Hervé Morin. L'indemnisation sera versée sous forme de capital. Les indemnisations antérieurement perçues par le demandeur au titre des mêmes chefs de préjudice en seront déduites. Le projet de loi stipule aussi qu' « un comité d'indemnisation présidé par un magistrat et composé principalement de médecins appréciera si l'on peut conclure à l'existence d'un lien entre les essais et la maladie. A l'issue de cet examen, il adressera une recommandation au ministre de la Défense ».
Autrement dit, la charge de la preuve est renversée, ce n'est plus au malade de faire le lien entre sa maladie et son exposition aux rayons ionisants. La composition de ce comité d'indemnisation chargé d'examiner les demandes individuelles d'indemnisation, son organisation, les modalités d'instruction des demandes et le délai dans lequel l'offre ou le rejet d'indemnisation seront fixés par décret en Conseil d'Etat. Ce projet de loi a été préparé dans un « souci de transparence, de justice et de rigueur », a souligné Hervé Morin, lors d'une conférence de presse au siège de son ministère, ajoutant que « le secret sur ces essais a alimenté les rumeurs et la désinformation ». Et aussi « tous les placards, tiroirs et coffres seront ouverts » pour une étude complémentaire commandée à des experts qui devra être finalisée d'ici la fin de l'année. « Pour l'ensemble des essais, nous disposons des documents de mesure de radioactivité. » Et « je refuse qu'on entre dans une espèce de repentance absolue. Il y a des drames personnels, la République les assume. » Le ministère de la Défense « a décidé de tourner une page », « il était temps que la France soit en accord avec sa conscience », a ajouté M. Morin, 13 ans après la fin des essais nucléaires français.
Patrice Bouveret, président de l'Observatoire des armements et co-président du Comité Vérité Justice (pour plus de précisions lire El Watan du 19 mai), estime que « le ministre de la Défense reste juge et partie », « la radioactivité ne s'arrête pas avec la fermeture des centres d'essais, elle se poursuit, y compris sur des dizaines de milliers d'années ». « Les personnes qui résident dans ces zones-là sont confrontées à cette radioactivité à travers la chaîne alimentaire, l'eau, les poussières, le sable », mais « il n'y a rien de prévu actuellement dans le texte de loi », a-t-il observé. « Le comité de suivi pourrait aborder cette question pour éviter que les générations futures paient encore nos essais nucléaires. » Et de conclure que « ce qui va être déterminant, ce sont les zones géographiques qui vont être prises en compte ».
Les associations de victimes AVEN et Moruroa e Tatoo, ainsi que le comité Vérité et Justice (chercheurs, parlementaires, artistes, journalistes…), qui appuie leur action, réunis hier après-midi à l'Assemblée nationale, ont fait part des propositions qu'ils soumettront au débat parlementaire sur le projet de loi : un suivi sanitaire et environnemental indépendant des essais nucléaires ; la création d'un fonds d'indemnisation pour les victimes ; la création d'un comité de suivi des conséquences sanitaires et environnementales des essais nucléaires avec la participation des associations ; la levée du secret défense sur les documents portant sur le niveau des retombées radioactives, sur la santé et sur toutes les données radiologiques des essais nucléaires de la France au Sahara et en Polynésie entre 1960 et 1996 ; la reconnaissance de la nation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.