Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Transparence sous verres
Publié dans El Watan le 27 - 11 - 2008

Etonnante exposition en cette fin novembre à l'espace Média-Book, rue Ahmed Zabana (ex-Hoche), où Farah Laddi confirmait son grand potentiel artistique porté par les techniques de la peinture sous-verre. Trente-quatre œuvres aux formats variés (le plus souvent en 20 x 30 cm) étaient présentées, mixant le genre avec différentes autres techniques, dont celle du collage et du posage de sable de Bou Saâda. Sur les parois de la salle, une série de thèmes, savamment répartis, exprimés avec des élans de beauté, une sensation de fragilité et surtout de la sincérité.
Farah Laddi produit une œuvre qui s'inspire en partie du parcours artistique de la peinture algérienne, cheminant sur les traces de ses pionniers les plus émérites et cherchant sa voie vers la modernité à travers un symbolisme retenu. Cette démarche apparaît notamment à travers «pensée pour les anciens» où le prestigieux trio Baya, Issiakhem et Khadda est célébré par la réinterprétation de certaines de leurs œuvres translatées, si l'on peut dire, avec la technique de la peinture sous-verre. C'est, dit l'artiste, un clin d'œil aux jeunes peintres afin qu'ils n'oublient pas et aussi une manière de les inciter à étudier leurs illustres prédécesseurs. Dans Patrimoine, le regard est attiré par la khamsa en représentation symbolique sous une forme moderne. La «Série Florale», répartie en deux groupes, nous dévoile ce souci du détail que Farah Laddi met en scène dans un chromatisme scrupuleux aux signes d'enluminures, dorures et argentures. Sous les tableaux, deux livres sont posés : L'île du diable et La nuit des origines. c'est d'ailleurs l'originalité de cette exposition que de lier des œuvres picturales à des livres, comme si la passionnée de lecture puisait dans la littérature toute son inspiration et voulait signifier l'interaction entre tous les arts et l'écriture. Sur le thème de la mer, dans la Série Marine, deux livres : Eldorado de Laurent Gauder – un hommage aux harragas – que reprend le tableau sur fond marin en collage et sable et, à côté Scènes de la pêche en Algérie, parabole du livre de Mohamed Magani et peinture sous-verre irisé. La mer c'est bleu, mais souvent on y voit rouge ! C'est dans l'arc en ciel de la Série Alger que nous interpelle ce tableau intitulé «Ce pays est le notre», d'après le titre du livre de Abdel'alim Medjaoui, illustré par une symbolique empruntée aux tapis du Mzab ou de Kabylie, des couleurs rougeoyantes dominantes dans un arc en ciel éclaté. A proximité, en juxtaposition, ce Feuillet d'El Djazair où, dit l'artiste : «Voilà comment je voie Alger de ma fenêtre». Alger en opposition entre hier et aujourd'hui : coupole/cube, ordre/confusion, présence/effacement, Alger, mille et une nuits / Alger mille et un soucis…
Dans l'une des œuvres au langage floral, la composition rappelle un mouvement de papillons et de pétales d'iris entremêlées et font penser à une drosophile carnivore qu'inspire à l'artiste le livre Mes hommes de Malika Mokkadem. Sur un panneau, griffant un tabou, la jeune Farah Laddi, un nu stylisé, intitulé Saada la marocaine éponyme du livre d'Elissa Rhais. A côté un livre de la même Elissa, Le café chantant.
A la demande de visiteurs, Farah Laddi explique la symbolique de la toile de jute posée à terre sous chaque tableau avec un livre dessus. Le jute (corchorus) est la toile du pauvre. Cette tiliacée relie, le temps de l'exposition Artisart, l'œuvre écrite à l'œuvre picturale pour montrer concomitamment l'humilité de la nature et de la création artistique.
Lors du vernissage, Farah Laddi a déclamé un poème parmi un public où figuraient plusieurs peintres et écrivains. Le texte était tiré du recueil La meilleure forcedu grand poète algérien Messaour Boulanouar,: «Je vous parle d'aimer tout ce qui tue la haine /Je vous parle d'aimer tout ce qui doit renaître». Tout à fait dans l'esprit de cette artiste qui promet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.