L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mensonges et vérités
Publié dans El Watan le 08 - 04 - 2009

En procédant samedi dernier à une expérience dans l'espace, la Corée du Nord a provoqué une crise politique et une guerre sémantique dont les effets ne sont pas près de s'atténuer. Pyongyang affirme, en effet, qu'il s'agit d'un lancer de satellite, alors que pour les Américains, les Japonais et les Sud-Coréens, il ne s'agit ni plus ni moins que de missiles à longue portée. Tokyo et Séoul sont au comble de l'inquiétude, car ils accusent ouvertement la Corée du Nord de mettre en œuvre, à leurs frontières, l'arme nucléaire. La Russie et la Chine, dont les réactions étaient fortement attendues, viennent de relativiser la gravité de l'événement. Pour Moscou, il est conscient de ne pas tirer des conclusions hâtives à l'égard de l'initiative de Pyongyang. Pékin estime pour sa part que la Corée du Nord a droit à un usage pacifique de l'espace.
Ces positions ne vont pas dans le sens auquel s'attendait Barack Obama, qui appelle à une ferme condamnation de la Corée du Nord par l'ONU. Il y a lieu de rapprocher la réaction américaine de celle qui avait suivi, il y a quelques semaines, l'envoi par l'Iran d'un satellite de télécommunications dans l'espace. Dans ce cas également, Téhéran avait été clairement accusée d'avoir testé une arme nucléaire. Il est remarqué, face à de tels essais, que ce sont les puissances qui détiennent l'arme atomique qui réagissent le plus vivement. Elles bénéficient de solides relais médiatiques qui s'attachent à noircir le tableau annonçant notamment que la Corée du Nord dispose de missiles en mesure d'atteindre l'Alaska. Ce sont des informations non contrôlées, ni vérifiées mais dont la gravité est suffisante pour alarmer les opinions publiques occidentales et justifier le cas échéant une action militaire contre la Corée du Nord.
C'est à ce titre que le Pakistan, puissance atomique, s'est trouvé au banc des accusés au prétexte qu'il aurait aidé des pays tiers à développer des programmes nucléaires. Mensonges ou vérités ? Il est plus que certain que la propagande joue un rôle majeur dans des dossiers aussi explosifs. Face aux velléités de la Corée du Nord ou de l'Iran, c'est l'Occident qui procède par diabolisation pour protéger ses intérêts et ceux de ses alliés. Tout en stigmatisant Pyongyang et Téhéran, les puissances nucléaires trouvent parfaitement logique d'avoir, seuls, le privilège de posséder l'arme atomique. Un privilège qu'ils ne sauraient admettre qu'il leur soit contesté et d'autant moins par un pays aussi pauvre, aussi isolé, que la Corée du Nord puisque pour l'Inde et le Pakistan, c'est déjà trop tard. Le monde s'il se divise aujourd'hui en nations excessivement riches ou pauvres consacre dans le même temps l'hégémonie de quelques rares pays qui ont acquis, au détriment de tous les autres, la force de frappe nucléaire. Et c'est ce club fermé qui s'arroge le droit d'être juge et partie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.