Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Tchad face à la rébellion
Publié dans El Watan le 08 - 05 - 2009

La rébellion progresse dans l'est du Tchad où elle est entrée le 4 mai en provenance du Soudan voisin.
«L'objectif final, c'est N'Djamena», a affirmé un responsable du mouvement rebelle. Les rebelles tchadiens, depuis lundi dans l'est du Tchad, ont été bombardés par les forces régulières mais il n'y a eu aucun combat au sol, affirme le ministre tchadien de l'Intérieur.
Dans son communiqué, la rébellion a indiqué, elle, avoir «mis en déroute» les militaires et récupéré une douzaine de leurs véhicules, pendant que leurs hommes poursuivaient des soldats dans le sud-est du pays. En février 2008, le président tchadien avait déjà failli être renversé après que les rebelles tchadiens étaient entrés à N'Djamena. L'attaque avait été repoussée, notamment grâce à l'aide française. Formée au Soudan, l'alliance des rebelles tchadiens, ex-rivaux par le passé, affiche désormais son unité pour renverser le «régime dictatorial» du président tchadien Idriss Deby.«On n'a pas créé l'UFR (Union des forces de la résistance), alliance des principales factions rebelles du Tchad, pour discuter entre nous. L'affrontement avec Deby est devenu inéluctable», affirmait, quelques heures avant l'offensive (du 4 mai), le porte-parole de l'UFR.
Avec l'UFR, c'est «l'intérêt commun» qui prime, selon Timan Erdimi, chef des rebelles, jamais autant de mouvements neuf au total n'avaient formé la même alliance.
L'UFR, selon une source rebelle, s'est aussi considérablement renforcée avec des «centaines de pick-up et du matériel moderne». Elle est désormais équipée de missiles sol-air, selon un de ses leaders, soulignant la possibilité d'«abattre des hélicoptères» et ainsi de contrer un élément clé des combats : la force aérienne de l'armée tchadienne.
«Vu les forces en présence, l'affrontement risque d'être sanglant. Malheureusement, cela sera beaucoup plus violent que lors des dernières attaques, estimait, il y a peu, un rebelle. Selon une source militaire française, «Idriss Deby s'est aussi équipé avec des avions de chasse et de nouveaux hélicoptères. Il a aussi mis en place un système défensif beaucoup plus performant qu'en février 2008». Les militaires tchadiens, également très sûrs d'eux, avaient assuré à l'époque que c'en était fini «à jamais» de la rébellion. Ce qu'infirment les événements de ces derniers jours dans l'est du Tchad.
Le Tchad accuse le Soudan d'être à l'origine de la rébellion, et ce, quelques heures après avoir signé ensemble un accord de non agression mutuelle à Doha (Qatar).
Le Soudan a démenti que ses forces ont pénétré au Tchad et affirmé que les événements dans l'est du pays mettaient aux prises rebelles et forces gouvernementales.
«En déclenchant cette agression programmée contre le Tchad, le régime soudanais vient de renier la signature qu'il a apposée à Doha», a déclaré le porte-parole du gouvernement tchadien, Mahamat Hissène.
A Khartoum, on dément toute incursion. «Je réitère l'affirmation de l'armée et du gouvernement soudanais qu'aucune incursion de forces soudanaises n'a eu lieu en territoire tchadien», a déclaré le chef du protocole du ministère soudanais des Affaires étrangères, Ali Youssef Ahmed.
Le Tchad et le Soudan, qui ont repris en novembre leurs relations diplomatiques après plus de six mois de rupture, s'accusent régulièrement d'incursions mutuelles et de soutien à leurs rébellions respectives.
Quant à la puissance alliée du Tchad, elle en appelle à l'ONU. Par la voix de son porte-parole au quai d'Orsay, la France souhaite que le Conseil de sécurité de L'ONU condamne fermement l'offensive des rebelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.