7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Khartoum expulse les trois grands chefs de la rébellion
EN MARGE DE LA VISITE DE BECHIR AU TCHAD
Publié dans L'Expression le 22 - 07 - 2010

Les trois grands chefs de la rébellion tchadienne, Timan Erdimi, Mahamat Nouri et Adouma Hassaballah ont été expulsés mardi soir du Soudan, a indiqué le porte-parole officiel de la rébellion, Abderaman Koulamallah.
Cette expulsion intervient à la veille d'une visite du président soudanais Omar El Bechir au Tchad où il doit assister au sommet de la Communauté des pays sahélo-sahariens (Cen-Sad). «Je confirme. Ils ont quitté le Soudan mardi soir. Les trois chefs, Timan Erdimi, Mahamat Nouri et Adouma (Hassaballah)», a dit le responsable de l'Union des forces de la résistance (UFR), coalition de la rébellion tchadienne qui avait fait du Darfour soudanais sa base arrière.
Des sources diplomatiques avaient indiqué dans la journée de mardi que le Soudan se préparait à expulser ces trois leaders de la rébellion tchadienne dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Tchad voisin. Le Tchad et le Soudan ont mis fin en février à cinq ans de guerre par groupes rebelles interposés. N'Djamena aidait pendant ces années la rébellion du Darfour (ouest) hostile à Bechir alors que Khartoum appuyait les rebelles tchadiens qui rêvent de déloger le président tchadien Idriss Deby Itno du pouvoir. Le président tchadien, qui s'est rendu à Khartoum en février, puis en mai pour l'intronisation du président Bechir reconduit au pouvoir au terme des élections d'avril, a expulsé Khalil Ibrahim, le chef du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour. «Cela (l'expulsion des trois leaders) participe de la tentative du Tchad et du Soudan d'améliorer leur relation», a expliqué M.Koulamallah, soulignant que le combat de l'UFR n'était pas pour autant terminé. «La lutte continue, cela ne change en rien notre volonté (...) Notre volonté n'est pas de rester à l'étranger mais d'aller au Tchad. Nos forces entreront dans le territoire tchadien, cela ne dépend pas du Tchad ou du Soudan mais de notre propre volonté», a ajouté le responsable. Selon des sources diplomatiques, le Tchad a proposé à certains membres de la rébellion des négociations afin de les rallier au pouvoir.
«Aucune négociation ne peut se faire sans les grands chefs. Si le pouvoir tchadien veut des ralliements, il en trouvera mais cela n'apportera pas la paix», a souligné M.Koulamallah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.