De la surfacturation à la sous-facturation !    Entreprises: La dépénalisation de l'acte de gestion en question    Assainissement du foncier industriel: 307 actes de concession annulés pour non concrétisation des projets    Football - Ligue 1: Une étape pour y voir plus clair    Assises nationales de la santé: Des participants et des boycotteurs    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    La Baraka du baril    Un marché pour les produits fabriqués par les femmes    Christopher Ross: «je persiste et je signe»    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Ce que propose Lamamra pour protéger les migrants    Le nouveau procès en appel de Hamel reporté    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Lorsque Rabah Madjer était «Mustapha»    Les choses sérieuses commencent    Tebboune présente ses condoléances    Le MDN organise un colloque historique    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Le corps de l'avocat Zitouni retrouvé    Enfin des logements pour les sinistrés    Le Makhzen joue ses dernières cartes    L'artisanat des idées    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Ecrivain algérien Youssef Bendekhis lauréat    Journées de formation sur la gestion des risques biologiques    La distribution d'essence peine à redémarrer    "COMME UN MIROIR BRISE"    Campagne de sensibilisation dans le milieu estudiantin    MERIEM    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    Un studio de cinéma en plein air à Oultem !    Abbas Righi chante le malouf à Montréal    Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Les dernières cartouches des imposteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Tchad accuse le Soudan d'une offensive armée
ALORS QU'ILS VIENNENT JUSTE DE SIGNER UN «ACCORD» À DOHA
Publié dans L'Expression le 06 - 05 - 2009

Des combats meurtriers ont opposé lundi, à la frontière entre les deux pays, l'armée de N'Djamena aux rebelles tchadiens, selon le Centre soudanais des médias.
Le gouvernement tchadien a accusé hier le Soudan d'avoir lancé «plusieurs colonnes armées» contre le Tchad, deux jours après la signature à Doha d'un énième «accord» censé réconcilier les deux pays voisins, mais Khartoum a immédiatement démenti toute implication. Des combats meurtriers ont opposé lundi, à la frontière entre les deux pays, l'armée de N'Djamena aux rebelles tchadiens, rapporte de son côté le Centre soudanais des médias, proche des services de renseignement de Khartoum. Aucune autre source n'a fait état d'affrontements jusqu'ici. Base-arrière des rebelles tchadiens, qui ont failli renverser le président Idriss Deby Itno en février 2008 à N'Djamena, le Soudan est souvent considéré comme leur principal soutien. Pour certains observateurs, le Tchad joue le même rôle auprès de factions rebelles du Darfour, dans l'ouest du Soudan. Ces derniers jours, diverses sources avaient évoqué l'imminence d'une nouvelle offensive de la rébellion tchadienne contre le régime tchadien. «Alors que l'encre de l'accord de Doha n'a même pas séché, le régime de Khartoum vient de lancer plusieurs colonnes armées contre notre pays», a affirmé hier à la radio d'Etat le porte-parole du gouvernement tchadien Mahamat Hissène. Il a évoqué une «agression programmée contre le Tchad», sans indiquer la localisation de ces «colonnes armées» ni la date du début de l'offensive présumée. Le porte-parole, également ministre de la Communication, a pris «à témoin» la communauté internationale de «la mauvaise foi» et de la «duplicité» de Khartoum. Les forces armées soudanaises ont immédiatement démenti toute implication, assurant n'avoir «aucun lien» avec une telle offensive. «Ce qui se passe actuellement au Tchad concerne l'armée tchadienne et les rebelles tchadiens», a déclaré un porte-parole, Osmane al-Aghbash. Dimanche, sous l'égide du Qatar et de la Libye, Khartoum et N'Djamena avaient signé à Doha un nouvel accord s'ajoutant à de nombreuses «ententes» conclues ces dernières années pour pacifier leurs relations tumultueuses mais restées lettre morte. Après une première tentative qui avait fait long feu en avril 2006, les rebelles tchadiens avaient lancé l'an dernier une offensive spectaculaire depuis leurs bases-arrière soudanaises. En moins d'une semaine, ils avaient traversé le pays d'est en ouest (un millier de kilomètres) pour entrer le 2 février à N'Djamena, où ils ont été à deux doigts de renverser Idriss Deby. Mais, divisés et à court de munitions, les rebelles avaient été repoussés le lendemain par l'armée tchadienne, avec notamment une aide de la France, présente au Tchad depuis 1986 avec le dispositif Epervier qui apporte un soutien logistique et en renseignement aérien au régime de N'Djamena. Depuis, les principales factions rebelles du Tchad ont formé une nouvelle alliance, l'Union des forces de la résistance (UFR), dirigée par Timan Erdimi, un neveu et ancien proche du président Deby. Lundi, l'UFR a appelé la France et les «pays amis» à observer «une stricte neutralité dans le conflit interne tchadien», affirmant que ses positions avaient été survolée dernièrement par des avions non identifiés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.