L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Tchad accuse le Soudan d'une offensive armée
ALORS QU'ILS VIENNENT JUSTE DE SIGNER UN «ACCORD» À DOHA
Publié dans L'Expression le 06 - 05 - 2009

Des combats meurtriers ont opposé lundi, à la frontière entre les deux pays, l'armée de N'Djamena aux rebelles tchadiens, selon le Centre soudanais des médias.
Le gouvernement tchadien a accusé hier le Soudan d'avoir lancé «plusieurs colonnes armées» contre le Tchad, deux jours après la signature à Doha d'un énième «accord» censé réconcilier les deux pays voisins, mais Khartoum a immédiatement démenti toute implication. Des combats meurtriers ont opposé lundi, à la frontière entre les deux pays, l'armée de N'Djamena aux rebelles tchadiens, rapporte de son côté le Centre soudanais des médias, proche des services de renseignement de Khartoum. Aucune autre source n'a fait état d'affrontements jusqu'ici. Base-arrière des rebelles tchadiens, qui ont failli renverser le président Idriss Deby Itno en février 2008 à N'Djamena, le Soudan est souvent considéré comme leur principal soutien. Pour certains observateurs, le Tchad joue le même rôle auprès de factions rebelles du Darfour, dans l'ouest du Soudan. Ces derniers jours, diverses sources avaient évoqué l'imminence d'une nouvelle offensive de la rébellion tchadienne contre le régime tchadien. «Alors que l'encre de l'accord de Doha n'a même pas séché, le régime de Khartoum vient de lancer plusieurs colonnes armées contre notre pays», a affirmé hier à la radio d'Etat le porte-parole du gouvernement tchadien Mahamat Hissène. Il a évoqué une «agression programmée contre le Tchad», sans indiquer la localisation de ces «colonnes armées» ni la date du début de l'offensive présumée. Le porte-parole, également ministre de la Communication, a pris «à témoin» la communauté internationale de «la mauvaise foi» et de la «duplicité» de Khartoum. Les forces armées soudanaises ont immédiatement démenti toute implication, assurant n'avoir «aucun lien» avec une telle offensive. «Ce qui se passe actuellement au Tchad concerne l'armée tchadienne et les rebelles tchadiens», a déclaré un porte-parole, Osmane al-Aghbash. Dimanche, sous l'égide du Qatar et de la Libye, Khartoum et N'Djamena avaient signé à Doha un nouvel accord s'ajoutant à de nombreuses «ententes» conclues ces dernières années pour pacifier leurs relations tumultueuses mais restées lettre morte. Après une première tentative qui avait fait long feu en avril 2006, les rebelles tchadiens avaient lancé l'an dernier une offensive spectaculaire depuis leurs bases-arrière soudanaises. En moins d'une semaine, ils avaient traversé le pays d'est en ouest (un millier de kilomètres) pour entrer le 2 février à N'Djamena, où ils ont été à deux doigts de renverser Idriss Deby. Mais, divisés et à court de munitions, les rebelles avaient été repoussés le lendemain par l'armée tchadienne, avec notamment une aide de la France, présente au Tchad depuis 1986 avec le dispositif Epervier qui apporte un soutien logistique et en renseignement aérien au régime de N'Djamena. Depuis, les principales factions rebelles du Tchad ont formé une nouvelle alliance, l'Union des forces de la résistance (UFR), dirigée par Timan Erdimi, un neveu et ancien proche du président Deby. Lundi, l'UFR a appelé la France et les «pays amis» à observer «une stricte neutralité dans le conflit interne tchadien», affirmant que ses positions avaient été survolée dernièrement par des avions non identifiés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.