L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Espaces perdus
Publié dans El Watan le 12 - 05 - 2009

La récente réouverture au public, après de très longues années d'absence, du jardin d'Essais d'Alger, le formidable engouement qui a accompagné cet événement, montrent à quel point un tel espace de récréation, de loisirs et d'apprentissage est nécessaire à la capitale. Alger a vu disparaître, l'un après l'autre, ses sites emblématiques les plus fortement liés à ses activités ludiques et culturelles. Il en est ainsi des lieux privilégiés, proches de la Cinémathèque d'Alger, ou du Théâtre national algérien, où les artistes aimaient se retrouver dans un esprit de convivialité et d'échange d'idées souvent passionné. On peut en dire autant de la famille universitaire et estudiantine qui avait des espaces de référence. Ces endroits, que ne célèbre plus aujourd'hui une mémoire forcément nostalgique, ont disparu au profit du vide, véritable suicide symbolique qui bénéficie d'abord aux tenants de la régression. Le jardin d'Essais était fermé comme le sont désormais toutes les salles de cinéma, un nombre grandissant de librairies et les restaurants, cafés, ou pâtisseries peu ou prou liés à la sphère intellectuelle.
C'est ainsi que la capitale a été amputée de cette dynamique de la convivialité qui était une quasi seconde nature pour ses habitants lorsque les institutions culturelles jouaient leur rôle au point qu'il y avait foule à la salle des Actes de l'université d'Alger et que les débats à la Cinémathèque d'Alger se prolongeaient jusqu'à l'aube. Les livres, en dépit d'un pouvoir d'achat restreint, étaient disponibles en quantités telles que les Algériens les achetaient par couffins pleins. C'était le cas à Alger, mais aussi dans les villes de l'intérieur du pays. Cet appétit pour les choses de l'esprit, ce sens développé du beau ont été taillés par le surgissement, puis l'affirmation à la fin des années 1980, il y a si peu encore, d'un rigorisme qui a vite viré à l'intégrisme castrateur. Le cinéma, le théâtre, la musique, les arts plastiques ont été pratiquement proscrits de manifestation publique et leurs lieux fédérateurs assignés à d'autres vocations. C'est ainsi qu'on a vu, et qu'on continue de voir, des librairies associées à l'histoire même de la capitale transformées en pizzerias. Cette destruction systématique des repères qui forgent l'identité d'une ville autant que de sa population entraîne forcément des séquelles. La preuve en a été donnée au jardin d'Essais rouvert, où ont eu lieu des scènes de vandalisme effroyables qui ont vu des animaux molestés et des arbres dégradés.
L'attitude irrespectueuse d'une partie, certes minime, du public n'atteste pas seulement d'un déficit d'éducation et de civilité, elle traduit une posture d'autopunition, car en altérant ainsi le jardin d'Essais, c'est leur propre conscience sociale que les auteurs de tels actes atteignent. C'est un énorme travail de refondation qui attend les institutions compétentes de l'Etat et la société civile pour réintroduire dans l'espace public des habitudes aussi fortement normalisées ailleurs dans le monde que le fait de respecter les œuvres de l'esprit et de la nature, et de protéger la faune et la flore. Lorsqu'on en arrive à agresser des animaux, à piétiner des fleurs, c'est que la part d'humanité qui fait la citoyenneté s'est érodée en cours de chemin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.