Coupe de la Ligue: le NAHD, l'OM et le NCM passent en 8es de finale    Décès d'Idris Deby : l'Algérie suit avec une grande préoccupation les événements en cours au Tchad    Le Conseil de sécurité appelé à accélérer la décolonisation du Sahara occidental    MCA : Brahmia, nouveau président    Lancement de l'opération de vaccination anti-covid dans les wilayas et les institutions sahraouies    Nette hausse des exportations gazière au 1er trimestre 2021    Le pari électrique officialisé    Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Nahda participera avec une trentaine de listes    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    Le front anti-Rachad se consolide    Constantine: réception du tunnel de Djebel Ouahch "durant l'année 2025"    Ceferin fustige    Mourinho n'est plus entraîneur des Spurs    Délocalisation de l'AGE bis de la FABB à l'ESSTS    Hausse des prix : Rezig évoque les «spéculateurs»    Accidents de la route: 25 morts et 1322 blessés en une semaine    Gâteau de crêpes    Mécontentement    Naïma Ababsa    "Les stocks des produits alimentaires ont atteint un niveau rassurant"    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Un sans-papiers algérien expulsé de France    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    Tamazight avance doucement, mais sûrement    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Hadj Merine ne s'enflamme pas    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Boumala victime de son paradoxe    Brèves    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    HCA: Une célébration dans la fierté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'empreinte du passé
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2009

Le retour de Benyamin Netanyahu au pouvoir, en Israël, marque un coup d'arrêt au processus de paix engagé avec les Palestiniens. Incarnant le courant le plus radical du Likoud, Netanyahu, qui a déjà été Premier ministre de 1996 à 1999, n'a accepté qu'à contre-cœur un dialogue avec les Palestiniens qu'avaient rendu inéluctable les accords d'Oslo. Il est l'artisan de l'échec de la médiation personnelle qu'avait entreprise le président Bill Clinton pour sauver un processus de paix pratiquement condamné après l'assassinat d'Itzhak Rabin en 1995. Depuis cette date, les gouvernements qui se sont succédé en Israël ont tout mis en œuvre pour rendre caducs les accords d'Oslo.
C'est loin d'être un fait du hasard si les radicaux ont toujours eu les faveurs de l'électorat israélien. La prolifération de petits partis extrémistes et fondamentalistes qui viennent à chaque coup s'agréger aux partis traditionnellement dirigeants, témoigne d'une orientation profonde de la société israélienne par rapport à des relations apaisées avec les Palestiniens. Sur ce registre, il n'y a pas de différence, au-delà des inscriptions partisanes, entre Netanyahu, Ariel Sharon, Ehud Barak ou tout récemment encore Ehud Olmert. Leur dénominateur commun reste d'étouffer les promesses nées des accords d'Oslo signés en 1993 par le défunt Yasser Arafat et Itzhak Rabin.
Qu'ont obtenu les Palestiniens dès lors ? Une répression sanglante, l'implantation de nouvelles colonies hébreues et l'édification d'un mur de séparation qui fait de leurs territoires des prisons sous haute surveillance. Ce n'est donc pas seulement l'enterrement solennel des accords d'Oslo que consacre le retour aux affaires de Netanyahu, mais un recul israélien aux années Ben Gourion et Golda Meir. Cette résurgence tord le cou au mythe d'un Israël démocratique dans la mesure où ce sont les Palestiniens qui en payent le prix pour avoir accepté le pari d'une paix possible. Cet espoir s'est heurté non seulement aux manœuvres de la classe politique, mais de toute la société israélienne qui cautionne invariablement le recours à la guerre. Pas plus qu'Olmert avant lui, Netanyahu ne veut pas entendre parler d'un Etat palestinien et il ne prend pas de précautions oratoires pour le dire avec une brutalité qui lui a valu les faveurs d'une grosse proportion de l'électorat israélien.
Le plus que pourrait accepter Netanyahu, et ce serait pour lui une concession, serait d'enfermer les Palestiniens dans une espèce de Bantoustan qui les ferait dépendre de toutes les façons d'Israël. C'est une posture irresponsable et provocatrice qui n'insulte pas seulement les Palestiniens mais toute la communauté internationale, en plus d'un déni de toutes les années d'efforts pour tenter de construire de nouveaux équilibres dans la région. S'il adopte cette ligne de conduite extrémiste, c'est que Netanyahu sait qu'il dispose de l'appui et de la protection des Etats-Unis, mais qu'en outre les Israéliens le considèrent comme l'homme de la situation pour faire face à la seule et vraie menace qui pèse sur Israël : la paix. C'est en cela que Netanyahu est un homme du passé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.