ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trous de mémoire
Publié dans El Watan le 25 - 05 - 2009

La cour d'appel de Paris vient de débouter douze anciens militaires qui entendaient se faire reconnaître comme victimes des essais nucléaires français. Cette décision de justice s'est fondée sur l'appréciation que les dossiers des plaignants étaient trop anciens. Implicitement, c'est une manière de prescription qui pèse sur les faits. Si l'arrêt de la cour d'appel de Paris devait faire jurisprudence, cela devrait d'abord dire que les actions en cours engagées notamment par les victimes des expériences atomiques françaises dans le Sahara algérien et la Polynésie pourraient ne pas aboutir.
C'est un sujet qui fâche autant que l'évocation des mines antipersonnel disséminées sur le territoire algérien par l'armée coloniale française et, à une échelle politique, de la repentance. Un demi-siècle plus tard, la France officielle reste dans le déni sur cette question comme sur les massacres perpétrés en 132 ans de présence coloniale en Algérie, dont ceux du 8 mai 1945. Les victimes des essais nucléaires, autant que celles des mines antipersonnel, sont-elles en droit de réclamer des indemnisations, même a posteriori ? A l'évidence non, et au-delà des dossiers personnels ou collectifs, c'est un rapport à l'histoire qui continue d'être occulté.
Il est plus commode de plaider pour un oubli consenti de part et d'autre comme semblent le faire les tenants d'une mémoire aseptisée. Ce sont ceux-là mêmes qui ont plaidé pour que soit minimisé le rôle de l'Occident dans l'esclavage, l'extermination des peuples indiens des Amériques et le colonialisme imposé aux peuples d'Afrique et d'Asie. Ainsi, les explosions d'Hiroshima et de Nagasaki, de Reggane et de Mururoa ne devraient avoir aujourd'hui que valeur anecdotique. Dans le même temps, toute une littérature se plaît à rappeler, avec un sentiment d'épouvante rétrospectif, que Paris a failli brûler pendant la Seconde Guerre mondiale. On voit tout de suite la disproportion dans le traitement des faits d'histoire. Qui demandera réparation pour les irradiés, les handicapés des champs de mines et les traumatisés de la violence coloniale.
Certes, les indépendances ont peu ou prou contribué à tourner la page mais sans diluer pour autant une posture de domination encore à l'œuvre chez les anciennes puissances coloniales. L'épisode des douze militaires français déboutés est significatif d'une crispation érigée en système d'autodéfense et a même tenté de légitimer la colonisation comme un fait positif de civilisation.
C'est une attitude qui n'augure pas des avancées qui devraient intervenir pour dédramatiser le rapport à la mémoire et à l'histoire afin de permettre aux nouvelles générations d'entrer dans une ère apaisée. Avec des retombées certainement plus bénéfiques que celles, par exemple, qui continuent à ce jour d'être nocives pour le Sahara algérien et les atolls polynésiens. Dans de telles conditions, le refus d'assumer ses responsabilités à grand renfort de subterfuges juridico-législatifs est une forme d'autisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.