Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Coronavirus: 204 nouveaux cas, 140 guérisons et 7 décès    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    Haltérophilie : Ahmed Tarbi n'est plus    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamoudia, trois fois Hiroshima
Publié dans El Watan le 14 - 02 - 2006

Entre 1960 et 1966, la France a effectué quatre essais atmosphériques et treize essais souterrains, dont un, celui dit du Béryl (nom de code du tir), en mai 1962, à In Ekker, au Hoggar, se termina en grave accident : un nuage radioactif s'échappe de la galerie souterraine et contamine les alentours. 46 ans après, les séquelles des expériences françaises restent aussi vivaces qu'impunies. En France, plusieurs actions en justice sont menées par d'anciens soldats, représentés par l'Association des vétérans des essais nucléaires (AVEN) [www.aven.org], qui s'estiment victimes de ces essais au Sahara et en Polynésie française. La presse française a révélé qu'en 1960 et 1961, l'armée française aurait profité des essais nucléaires dans le Sahara algérien pour organiser des manœuvres en milieu radioactif. «Les appelés cobayes n'ont jamais entendu parler d'indemnisation», a indiqué l'hebdomadaire Le Point en 2002.
Certains vétérans ont réussi à faire reconnaître à la justice française «l'exposition au risque nucléaire» comme cause déterminante de leur infirmité. Dans le texte de la plainte contre X déposée le 28 novembre 2003 par l'AVEN et l'association Mururoa e Tatou, on apprend que même le démantèlement des installations de tir a été réalisé de «façon sommaire», le matériel ayant été enfoui. Dans la région du Tan Affla, les tribus éloignées par les militaires français sont revenues avec leurs cheptels sur le site des tirs nucléaires sans qu'ils soient prévenus.
En août 2002, a eu lieu, à Hiroshima, au Japon, la conférence internationale sur les essais nucléaires français, qui a regroupé des représentants de l'association Mururoa e Tatou, de l'AVEN, de l'Observatoire des armes nucléaires françaises, et pour la première fois, un représentant des victimes algériennes des essais nucléaires français et un représentant des populations habitant au voisinage de Mururoa.
Cette conférence était organisée par l'Association des survivants des bombardements de Hiroshima et Nagasaki.
Par ailleurs, le site web de l'AVEN indique que des parlementaires polynésiens viendront à Paris pour présenter le rapport lors d'un colloque à l'Assemblée nationale française, le 21 février 2006. Aucune demande algérienne officielle d'indemnisation n'a été formulée jusqu'à présent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.