Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Algérie-Mauritanie le 3 juin à Blida    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Le football est piégé    "PAS DE MUSELIÈRE"    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamoudia, trois fois Hiroshima
Publié dans El Watan le 14 - 02 - 2006

Le 13 février 1960, la France a fait exploser sa première bombe atomique - trois fois plus puissante que la bombe A lancée sur Hiroshima par les Américains en 1945 - à Hamoudia, à une quarantaine de kilomètres de Reggane, dans le grand Sud algérien.
Entre 1960 et 1966, la France a effectué quatre essais atmosphériques et treize essais souterrains, dont un, celui dit du Béryl (nom de code du tir), en mai 1962, à In Ekker, au Hoggar, se termina en grave accident : un nuage radioactif s'échappe de la galerie souterraine et contamine les alentours. 46 ans après, les séquelles des expériences françaises restent aussi vivaces qu'impunies. En France, plusieurs actions en justice sont menées par d'anciens soldats, représentés par l'Association des vétérans des essais nucléaires (AVEN) [www.aven.org], qui s'estiment victimes de ces essais au Sahara et en Polynésie française. La presse française a révélé qu'en 1960 et 1961, l'armée française aurait profité des essais nucléaires dans le Sahara algérien pour organiser des manœuvres en milieu radioactif. « Les appelés cobayes n'ont jamais entendu parler d'indemnisation », a indiqué l'hebdomadaire Le Point en 2002. Certains vétérans ont réussi à faire reconnaître à la justice française « l'exposition au risque nucléaire » comme cause déterminante de leur infirmité. Dans le texte de la plainte contre X déposée le 28 novembre 2003 par l'AVEN et l'association Mururoa e Tatou, on apprend que même le démantèlement des installations de tir a été réalisé de « façon sommaire », le matériel ayant été enfoui. Dans la région du Tan Affla, les tribus éloignées par les militaires français sont revenues avec leurs cheptels sur le site des tirs nucléaires sans qu'ils soient prévenus. En août 2002, a eu lieu, à Hiroshima, au Japon, la conférence internationale sur les essais nucléaires français, qui a regroupé des représentants de l'association Mururoa e Tatou, de l'AVEN, de l'Observatoire des armes nucléaires françaises, et pour la première fois, un représentant des victimes algériennes des essais nucléaires français et un représentant des populations habitant au voisinage de Mururoa. Cette conférence était organisée par l'Association des survivants des bombardements de Hiroshima et Nagasaki. Par ailleurs, le site web de l'AVEN indique que des parlementaires polynésiens viendront à Paris pour présenter le rapport lors d'un colloque à l'Assemblée nationale française, le 21 février 2006. Aucune demande algérienne officielle d'indemnisation n'a été formulée jusqu'à présent.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.