Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Onze camps secrets d'enfermement de harraga en Tunisie
Plus de 300 algériens déclarés disparus
Publié dans El Watan le 04 - 07 - 2009

En réaction à la reprise hier des expéditions vers l'inconnu de harraga, après une brève accalmie, Kamel Belabed, porte-parole du collectif des familles de harraga disparus en mer réitère l'appel des centaines de familles qu'il représente quant à l'ouverture d'une enquête parlementaire sur le dossier des 300 émigrants clandestins algériens détenus en Tunisie.
Ces derniers qui ont foulé le sol tunisien ou transité par ses eaux territoriales, dans leur tentative d'atteindre les côtes italiennes, sont actuellement détenus dans des centres de rétention secrets. Ces centres seraient au nombre de 11 puisqu'en contrepartie de sa coopération dans la lutte contre l'immigration clandestine, l'Italie s'était engagée à aider son partenaire tunisien et ce, dans le cadre du premier accord bilatéral sur l'immigration qu'ils ont signé en 1998. A l'époque, l'Italie entendait par engagement économique vis-à-vis de la Tunisie, le déboursement de 150 milliards de lires (correspondant à 300 milliards d'euros) en trois ans en crédits pour l'industrie, dont 500 millions de lires (correspondant à 1 milliard d'euros) pour la réalisation en Tunisie des centres de rétention, précisent d'autres sources humanitaires sûres. A partir de cette date, ont été construits 13 camps d'enfermement (dont un près de Tunis, un autre entre Gabes et la frontière libyenne. « Où sont les 11 autres camps ? » Cela a toujours été un secret, personne n'a jamais pu savoir ce qui se passe à l'intérieur, s'interrogent les mêmes sources qui ont requis l'anonymat.
Les mêmes dispositions de cet accord ont été retenues dans le second accord signé fin janvier 2009. Outre le maintien du soutien à la Tunisie dans la lutte contre l'immigration illégale, déjà prévu par les accords signés depuis 1998, dans ce nouvel accord, il est question de la définition d'un plan qui permet la simplification et l'accélération des procédures d'identification des migrants tunisiens enfermés dans les centres de rétention italiens et l'expulsion « graduelle et constante » des migrants déjà identifiés comme ressortissants tunisiens qui se trouvent actuellement dans les camps de Lampedusa. En réalité, indiquent ces sources, Tunis a accepté l'expulsion de 500 migrants, à la condition qu'elle soit étalée dans le temps 150 migrants expulsés par mois les deux premiers mois succédant l'entrée en vigueur de l'accord, ensuite 100 personnes par mois par petits groupes de 7 personnes maximum.
« Le nombre de personnes expulsées dans le cadre de cet accord n'est pas clair, vu qu'aucun chiffre officiel n'est donné. Le gouvernement italien se limite à donner des informations mais sur un nombre total d'expulsés mélangeant ainsi toutes les nationalités concernées », ont-elles relevé. La réadmission par la Tunisie de harraga, non sans faire abstraction de l'identification préalable de leurs origines, a trouvé sa légitimité dans l'un des points de l'accord souscrit le 27 janvier 2009 qui prévoient entre autres la réadmission, par la Tunisie, de ses citoyens mais aussi de ressortissants de pays tiers entrés illégalement sur le territoire italien en provenance des côtes tunisiennes, programmes communs pour lutter contre l'immigration illégale, engagement de la part du gouvernement Italien d'aider à l'amélioration des conditions socio-économiques de zones déprimées de Tunisie ainsi que l'intensification des contrôles des forces de l'ordre des deux pays le long des côtes tunisiennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.