Les candidats réitèrent leur appel à la consolidation du front interne pour préserver l'Algérie    Affaires montage automobile-financement de la campagne Bouteflika : Saïd Bouteflika renvoyé de l'audience    Vote des Algériens à l'étranger à la présidentielle : l'ANIE en appelle au respect de l'opinion de l'autre    L'USM Alger tient en échec le Petro Atletico    DEBAT TELEVISE POUR LA PRESIDENTIELLE 2019 : Un premier face à face équidistant entre candidats    Man United : Solskjaer fracasse Manchester City !    EL TARF : Saisie de 20 millions de cts en faux billets à Aïn Assel    ACCIDENTS DE LA ROUTE : 9 morts et 39 blessés en 48 heures    Energies renouvelables: bientôt une stratégie globale pour donner une vision claire aux investisseurs    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    «Je connais parfaitement vos problèmes»    Appel à une nouvelle journée de grève et des manifestations mardi    Au moins 7 000 personnes auraient été arrêtées    Ali Bongo prépare son fils pour lui succéder    Une quinzaine de morts dans un nouveau massacre    Le Premier ministre désigné de plus en plus isolé    Nouvelle mobilisation exceptionnelle    Les producteurs sous forte pression    Vers un Algérie-Belgique en mars prochain    Favorable au Chabab, le Doyen sur le gril    13 ateliers d'accompagnement organisés    La Cnac de Aïn Témouchent signe cinq conventions de partenariat    Boulettes de crevettes au gingembre    Des fauteuils et des tricycles distribués à Médéa    Création de plus de 22 000 postes d'emploi    ACTUCULT    Générale de la pièce "Ez'zaouèche" au TNA    Mohamed Attaf : "L'histoire des rois berbères doit être enseignée"    Chouiten, Laceb et Belkheir, lauréats de la 5e édition    Les balances et cette odeur insupportable …    Histoire d'une ville, côté oued, côté jardin    CSC: Redjradj annonce sa démission et met les propriétaires dans l'embarras    Athènes expulse l'ambassadeur libyen    La diaspora algérienne à l'unisson de son peuple    Le MJS l'a déclaré jeudi à Oran : «Le processus de partenariat clubs-entreprises est enclenché»    EN (U21) féminine : Alger abritera le tournoi de l'UNAF    Skikda : Le cadavre d'un pêcheur repêché    Galatasaray : Feghouli indisponible pour quelques jours    Port d'Oran: Près de 2 kilos de cocaïne découverts sur un bananier    Selon des sources sécuritaires: Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Amnesty International dénonce «l'intensification des arrestations» en Algérie    La nouvelle loi des hydrocarbures à l'épreuve du terrain    Sebdou: Une bonbonne de gaz chargée d'explosifs découverte dans une station Naftal    Gaid Salah: L'Algérie forteresse impénétrable    Une «petite victoire» au goût d'inachevé: «Concessions» du ministère, insatisfaction chez les instituteurs    Mostaganem: Près de 100 mandats de dépôt en un mois    Chaïb Maâchi n'est plus    Arrestation d'activistes présumés du PNP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Onze camps secrets d'enfermement de harraga en Tunisie
Plus de 300 algériens déclarés disparus
Publié dans El Watan le 04 - 07 - 2009

En réaction à la reprise hier des expéditions vers l'inconnu de harraga, après une brève accalmie, Kamel Belabed, porte-parole du collectif des familles de harraga disparus en mer réitère l'appel des centaines de familles qu'il représente quant à l'ouverture d'une enquête parlementaire sur le dossier des 300 émigrants clandestins algériens détenus en Tunisie.
Ces derniers qui ont foulé le sol tunisien ou transité par ses eaux territoriales, dans leur tentative d'atteindre les côtes italiennes, sont actuellement détenus dans des centres de rétention secrets. Ces centres seraient au nombre de 11 puisqu'en contrepartie de sa coopération dans la lutte contre l'immigration clandestine, l'Italie s'était engagée à aider son partenaire tunisien et ce, dans le cadre du premier accord bilatéral sur l'immigration qu'ils ont signé en 1998. A l'époque, l'Italie entendait par engagement économique vis-à-vis de la Tunisie, le déboursement de 150 milliards de lires (correspondant à 300 milliards d'euros) en trois ans en crédits pour l'industrie, dont 500 millions de lires (correspondant à 1 milliard d'euros) pour la réalisation en Tunisie des centres de rétention, précisent d'autres sources humanitaires sûres. A partir de cette date, ont été construits 13 camps d'enfermement (dont un près de Tunis, un autre entre Gabes et la frontière libyenne. « Où sont les 11 autres camps ? » Cela a toujours été un secret, personne n'a jamais pu savoir ce qui se passe à l'intérieur, s'interrogent les mêmes sources qui ont requis l'anonymat.
Les mêmes dispositions de cet accord ont été retenues dans le second accord signé fin janvier 2009. Outre le maintien du soutien à la Tunisie dans la lutte contre l'immigration illégale, déjà prévu par les accords signés depuis 1998, dans ce nouvel accord, il est question de la définition d'un plan qui permet la simplification et l'accélération des procédures d'identification des migrants tunisiens enfermés dans les centres de rétention italiens et l'expulsion « graduelle et constante » des migrants déjà identifiés comme ressortissants tunisiens qui se trouvent actuellement dans les camps de Lampedusa. En réalité, indiquent ces sources, Tunis a accepté l'expulsion de 500 migrants, à la condition qu'elle soit étalée dans le temps 150 migrants expulsés par mois les deux premiers mois succédant l'entrée en vigueur de l'accord, ensuite 100 personnes par mois par petits groupes de 7 personnes maximum.
« Le nombre de personnes expulsées dans le cadre de cet accord n'est pas clair, vu qu'aucun chiffre officiel n'est donné. Le gouvernement italien se limite à donner des informations mais sur un nombre total d'expulsés mélangeant ainsi toutes les nationalités concernées », ont-elles relevé. La réadmission par la Tunisie de harraga, non sans faire abstraction de l'identification préalable de leurs origines, a trouvé sa légitimité dans l'un des points de l'accord souscrit le 27 janvier 2009 qui prévoient entre autres la réadmission, par la Tunisie, de ses citoyens mais aussi de ressortissants de pays tiers entrés illégalement sur le territoire italien en provenance des côtes tunisiennes, programmes communs pour lutter contre l'immigration illégale, engagement de la part du gouvernement Italien d'aider à l'amélioration des conditions socio-économiques de zones déprimées de Tunisie ainsi que l'intensification des contrôles des forces de l'ordre des deux pays le long des côtes tunisiennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.