Quelles formes pénales ?    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À la barre ! : Court Cesare, court…
Publié dans El Watan le 11 - 12 - 2009

N'est-ce pas Lula qui lui avait déjà offert en janvier 2009 l'asile politique quand l'écrivain avait fui la France pour trouver refuge au pays des cariocas, de la samba, du foot ? A une lointaine époque, Cesare Battisti, né en 1954 au sud de Rome, appartenait aux Prolétaires armés pour le communisme (PAC), un groupe gauchiste qui prônait la révolution armée pour renverser la démocratie chrétienne au pouvoir en Italie depuis 1953. Meurtres, enlèvements, tortures, chantages ou divers actes de violences, le PAC ainsi qu'une foultitude d'autres organisations d'extrême-gauche faisaient régner la terreur au cours de cette époque, dite des «années de plomb». Cesare a-t-il usé de la gâchette ? A-t-il du sang sur les mains ? En juin 1979, il est arrêté dans le cadre d'une enquête sur le meurtre d'un bijoutier commis le16 février à Milan. Deux ans plus tard, Cesare est condamné à douze ans et dix mois de prison pour «participation à bande armée» et «recel d'armes».
Mais l'homme réussira à faire la belle pour gagner la France avant d'aller se planquer au Mexique. Il refait sa vie, prend ses distances avec l'extrême-gauche et revient s'installer en France en 1990, le président Mitterrand s'étant engagé à ne pas extrader les ex-activistes qui ont fait table rase du passé. Cesare Battisti devient écrivain de polars. Mais si la France est généreuse, l'Italie n'est pas oublieuse. En 1993, la cour d'assises de Milan le condamne à la réclusion à perpétuité pour le meurtre d'un gardien de prison, d'un agent de police, d'un militant néo-fasciste et du bijoutier. En dépit des multiples demandes italiennes, la France refuse de le livrer jusqu'à ce mois de mars 2005 ou le Conseil d'Etat français rejette le recours de l'écrivain contre le décret d'extradition. Plutôt mourir que de retourner en Italie, Cesare prend à nouveau la poudre d'escampette pour débarquer au Brésil. Dernière terre d'asile ? La balle, pour ainsi dire, est désormais dans le camp de Lula. S'il botte en touche la décision de la Cour suprême, Cesare gagne le droit de rester à Copacabana. Sinon, ce dernier prendra un billet sans retour vers la terre de ses aïeux. Mais on voit mal comment Lula, qui hier a accordé l'asile politique, se déjugera demain en offrant à l'Italie la tête de Cesare Battisti.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.