Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Wilaya de Tizi Ouzou : Risque de pollution sur le barrage Taksebt
Publié dans El Watan le 06 - 03 - 2010

Le même constat est valable à l'autre versant, sur les berges de l'infrastructure qui longent la RN30 où l'on trouve également toutes sortes d'emballages.
Le barrage est également menacé par d'autres sources de pollution, d'origine ménagère et industrielle. Pas moins de 17 communes déversent, quotidiennement, des milliers de mètre cubes d'eaux usées dans les ravins qui se jettent dans le bassin versant du barrage. Aux alentours, il n'existe pas de grandes industries, susceptibles de porter atteinte aux eaux du barrage, mais de petits ateliers, telles que les huileries et les stations lavage qui se comptent par dizaines, constituant un agent pollueur avec des rejets chimiques. Rappelons que dans ce contexte, 103 huileries ont été fermées depuis le début de la campagne oléicole, à travers la wilaya de Tizi Ouzou pour non-conformité aux normes environnementales.
Pour le maire de la commune d'Irdjen, M. Leslous, «70% des rejets en eaux usées de ma commune se déversent dans les talwegs et rejoignent les eaux du barrage étant donné la proximité des villages du bassin versant. D'ailleurs, notre agglomération est concernée par une étude pour la protection du barrage et son environnement».
A Larbâa Nath Irathen, le plus grand souci est la décharge sauvage qui se trouve sur la route qui mène vers le village Aït Atteli, à quelques encablures du chef-lieu communal. «Cette décharge se trouve en amont du barrage Taksebt et constitue inévitablement une source de pollution si des mesures ne sont pas prises à brève échéance», déclare le maire, M. Lounis, avant d'ajouter : «Nous attendons une suite à la délocalisation du projet du CET dans la commune d'Aït Aggouacha sur un site plus approprié.» Par ailleurs, à la direction de l'hydraulique l'on se veut rassurant et on ne s'alarme point. «L'éloignement de la plupart de ces communes du barrage Taksebt permet aux eaux usées, pour l'instant, d'effectuer leur propre autoépuration en traversant plusieurs kilomètres avant d'atteindre le bassin. Néanmoins, il y a 5 communes qui posent problème : Aïn El Hammam, Larbâa Nath Irathen, Irdjen, Ouacifs et Ouadhias, pour lesquelles il est projeté la construction de 5 stations d'épuration, dont 2 à Irdjen et une dans chaque commune de Aïn El Hammam, Ouadhias et Ouacifs.
Ainsi que la réalisation de 300 bassins de décantation. Malheureusement, le terrain accidenté de la région ne nous permet pas d'en inscrire plus», explique le chargé d'étude.
Les responsables indiquent, par ailleurs, que l'étude pour la protection de la cuvette du barrage Taksebt est fin prête. Elle sera proposée, selon le directeur de l'hydraulique, M. Abbas, au ministère de tutelle pour son inscription dans le cadre du programme de 2010-2014.
L'opération comprend également le prolongement du réseau d'assainissement de 8 km, précise-t-on encore, tout en rassurant sur la qualité de l'eau qui arrive au consommateur. Et ce, grâce, explique-t-on, au suivi et au contrôle quotidien des eaux du barrage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.