Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De l'écriture à l'engagement
Andre Brink. Romancier sud-africain
Publié dans El Watan le 16 - 07 - 2009

Romancier, essayiste, universitaire, militant anti-apartheid, André Brink est tout cela et bien plus car il est un humaniste, un brin ironique, témoin de son temps et de l'histoire, critique de la société sud-africaine pendant et après l'apartheid.
André Brink a refusé le confort intellectuel dans le seul pays au monde à avoir inscrit dans son institution le racisme. Après la présidence de Nelson Mandela, il devint très critique par rapport à l'évolution de la gouvernance de son pays dans la mesure où il fustige les dirigeants corrompus qui n'œuvrent pas pour l'amélioration du quotidien des Sud-Africains en souffrance, que ces derniers soient Noirs ou Blancs. André Brink ne s'inscrit nullement dans l'angélisme. Au-delà de son engagement dans la cité, il est un romancier de belle plume imagée mais acerbe où se mélange l'amour de la langue anglaise et afrikaans. Son imaginaire fertile, dur et sensible à la fois, met en place des personnages d'une grande vérité et d'une densité sans conteste. Il a reçu de nombreux prix littéraires dont le prix Medicis, le prix Martin Luther King, il a été nommé deux fois au Booker Prize (Goncourt britannique), il a reçu un prix de traduction, fait officier des Arts et des Lettres. Depuis son adolescence, il a toujours éprouvé le besoin de s'exprimer par le biais de la fiction et donc de l'écriture, par la poésie des mots qu'il manie avec dextérité et conviction. Son territoire ainsi que son terroir sont toujours l'Afrique du Sud, à l'instar de sa compatriote et grande amie Nadine Gordimer.
André Brink vient tout juste de publier ses mémoires, superbe ouvrage intitulé A Fork in the Road où il se raconte depuis l'année de sa naissance en 1935 à Vrede jusqu'aux années 90. Il revient sur ses racines, sur son amour pour sa famille, sur ses convictions naissantes, ses révoltes et sa mise en scène de ce peuple blanc et noir, qu'il connaît de l'intérieur et qu'il aime par dessus tout. Il a chevillé au corps, cette Afrique du Sud si complexe. Il raconte ses amours, ses amitiés et ses rencontres politiques comme celle avec Nelson Mandela qui a du reste préfacé un de ses essais politiques : Retour au jardin du Luxembourg, Littérature et politique en Afrique du Sud. J'ai rencontré André Brink à Salzburg en Autriche, à Schloss Leopoldskron dans les années 90, où une cinquantaine d'écrivains et d'universitaires du monde entier ont débattu pendant deux semaines sur l'évolution du monde d'aujourd'hui dans les lettres. C'est avec plaisir que j'ai découvert qu'il consacre un chapitre à Salzburg dans son autobiographie. La densité des rencontres et des débats entre participants l'ont marqué et, en effet, je peux dire que nous avons beaucoup discuté, tous les jours, de l'Algérie et de l'Afrique du Sud, d'Albert Camus avec qui il a une grande complicité spirituelle, vu leur attachement mutuel à la terre africaine.
Chaleureux, humain, André Brink aime débattre, discuter, comprendre le monde. Ces quinze jours ont été d'une richesse exceptionnelle en effet. André Brink est de la même trempe que Gabriel Garcia Marquez ou Soljenitsyne car sa version de l'Histoire à travers des histoires n'est jamais tranchée. Il place au cœur de ses romans des personnages authentiques, Il narre des expériences humaines sud-africaines et il réussit à faire sentir à travers sa fiction que la vie est complexe, qu'elle peut basculer dans un sens ou dans l'autre à n'importe quel moment et donc finalement le jugement ne doit jamais être définitif. Censuré, banni, honni par le régime raciste de Pretoria, il n'a jamais cessé de s'exprimer. Dans son ouvrage autobiographique, il a inclus une photo où il est, âgé de six mois, sur les genoux de son père et le bébé qu'il était riait aux éclats : cette photo résume à mon avis l'optimisme éternel d'André Brink malgré les malheurs de son peuple qu'il a su décrire et révéler au monde. André Brink ne regrette pas le long chemin parcouru comme il le dit dans un entretien qu'il m'a accordé : « On apprend par l'expérience, par la vie que la lutte d'un écrivain pour une véritable libération ne finit jamais. Mais dans le même temps, tout cela donne de la force pour continuer et aussi rester fidèle aux valeurs telles qu'exprimées par Albert Camus il y a des années : la fidélité vis-à-vis de la vérité, de la justice et de la liberté » . Son combat pour les belles lettres est passé aussi par la traduction des pièces de Shakespeare et des romans d'Albert Camus vers la langue afrikaans. Ce romancier immense vit toujours en Afrique du Sud, à Cape Town où il continue d'écrire, une conscience alerte, n'hésitant jamais à être critique pour que l'Afrique du Sud réponde enfin aux attentes des plus fragiles, une Afrique du Sud si attachante, si multiple.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.