SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Bouira : Les structures sportives se dégradent    Arsenal - Wilshere : "Özil ? C'est une honte"    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Haïzer (Bouira) : Dysfonctionnements à la polyclinique    Violences contre les femmes : 96 affaires traitées depuis janvier à Tizi Ouzou    Man City : Mahrez et ses coéquipiers assurés de terminer premiers de leur groupe    7 conseils pour dormir plus rapidement    Combat «Don quichotien» ?    Indifférence aux prix    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Quand s'endetter rapporte    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Procès de Karim Tabbou : verdict le 07 décembre    NI OFFRE NI DEMANDE    oeuvres sociales de l'Education: Une prime pour le personnel infecté par la Covid-19    Khenchela: L'ancien et l'actuel directeurs de la CCLS écroués pour corruption    Henri Teissier, l'ancien archevêque d'Alger, est décédé    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Prolongement du confinement partiel dans 34 wilayas    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    La vente des billets à partir de demain    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des Damascènes racontent
Publié dans El Watan le 20 - 08 - 2010


-Muhammed, 26 ans,banquier
«L'ambiance est toujours très différente en Syrie pendant le mois de Ramadhan. Tout le monde a tendance à aller beaucoup plus aux marchés populaires de Damas, comme le Souk Hamidié ou Midhat Bacha. Les Damascènes, friands de pâtisseries, surtout de celles qu'on ne trouve que pendant le mois de Ramadhan, se ruent sur les étals pour préparer le repas du s'hour et l'iftar. Comme partout dans le monde musulman, le rythme en journée est particulièrement ralenti.
La journée de travail est réduite, et tout le monde quitte plus tôt son lieu de travail pour faire les courses nécessaires pour la préparation du repas du soir. Lorsque le coup de canon se fait entendre, qui annonce la rupture du jeûne, tout le monde commence à s'attabler. Puis le repas terminé, le moment musalsalat commence, avec en tête Bab el hara bien sûr, dont c'est la dernière saison cette année. Les tentes installées pour le Ramadhan, les cafés, les échoppes sont alors bondés jusque très tard dans la nuit. Cette journée type se répète alors jusqu'à quelques jours avant la fin du mois sacré. Ensuite, tout s'accélère. Les courses pour l'Aïd el Adha commencent. Vêtements et pâtisseries sont achetés en pagaille dans les différents magasins, souks et boutiques de la ville pour un jour de fête, qui mettra toute une année pour réapparaître.»
-Mahiar, 24 ans, sculpteur
«L'ambiance à Damas en ce mois de Ramadhan 2010 est celle des vacances. A certaines heures de la journée, les rues restent mornes et désertes. C'est un moment de paix et de relaxation avec la famille et entre amis. Les nombreux plats du Ramadhan se succèdent et tout le monde est d'humeur spirituelle. Les pâtisseries, l'arak et les dattes indiennes s'échangent à table, entre amis pour les jeunes. On travaille moins bien sûr. Les évènements culturels sont en stand-by pour quelques semaines, mais les activités religieuses et les restaurants suppléent ce vide. Les derviches et les soufis se font plus visibles, et les musiciens jouent de la musique traditionnelle, à base de qanoun et de oud.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.