Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ramadhan en Syrie
Us et coutumes
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 09 - 2009

Au pays de Cham, l'une des plus vieilles contrées du Moyen-Orient, le mois sacré incarne une valeur spirituelle toute particulière : visites familiales, spiritualité, prières, psalmodies, veillées, chants… font le lot des activités récurrentes durant le mois de ramadhan.
Au pays de Cham, l'une des plus vieilles contrées du Moyen-Orient, le mois sacré incarne une valeur spirituelle toute particulière : visites familiales, spiritualité, prières, psalmodies, veillées, chants… font le lot des activités récurrentes durant le mois de ramadhan.
La Syrie, rappelons-le, est l'une des plus vieilles civilisations du Moyen-Orient qui plus est un pays laïque.
Aux frontières de la Turquie, de l'Irak, de la Jordanie et du Liban, la Syrie est un pays chargé d'histoire. En témoigne l'une des plus vieilles mosquées de la région située à Damas. A l'heure de la prière, les mosquées sont bondées surtout le soir et durant la dernière quinzaine du mois. Psalmodies, cours religieux, prêches, tarawihs… fédèrent de plus en plus de pratiquants. Les fidèles deviennent plus généreux. Des opérations de collecte d'aumône et de dons sont organisées à la sortie des lieux de culte.
Au fur et à mesure que le ramadhan avance, hommes et femmes sont de plus en plus nombreux à se rendre aux mosquées le soir. A Damas par exemple, le recueillement pour les tarawihs connaît un rush ves la mosquée des Ommeyades. Vieille de plus de 13 siècles, blanche et décorée de somptueuses mosaïques, la mosquée des Omeyyades est l'un des témoignages les plus remarquables de l'art islamique. Un monument à l'architecture exceptionnelle qui, pendant des siècles, allait servir de modèle aux constructeurs de mosquées dans tout le monde arabo-musulman.
C'est dans ce lieu de culte exceptionnel que des milliers de fidèles damascènes font leurs prières durant le mois sacré. Le mois sacré est par excellence une période spirituelle, de ferveur et de piété.
Les Syriens ont un sens aigu de la famille et de l'échange exceptionnellement durant ce mois. Pour eux, le mois de ramdhan est l'un des moments forts pour resserrer les liens familiaux. Sans prévenir, les visites se font nombreuses après le F'tour et surtout durant la dernière quinzaine du mois sacré.
De jour comme de nuit, les traits du mois sacré sont perceptibles dans les principales villes syriennes. Que ce soit à Damas, à Alep, Hama ou encore Al Quneitra… les principales villes adoptent un rythme, un ton et des couleurs particulières. Tout prête à la méditation et au recueillement et les résonances du muezzin et l'appel à la prière ont un effet particulier durant le mois sacré. A la rupture du jeûne, la table du f'tour est assez variée. Le dîner est servi en même temps que le f'tour.
Au menu : Fattouche est incontournable. C'est une salade garnie de petits morceaux de pain frit, des légumes émincés et frais et des herbes… la soupe à la vermicelle ainsi que le plat de résistance sont incontournables.
Le hoummos, une purée de pois chiche avec de la crème de sésame, de la coriandre fraîche et d'autres épices, reste une spécialité prisée.
Le thé noir et le café turc sont servis à volonté durant le f'tour. Le café est servi dans de petites tasses et aromatisé à la cardamome. Quant au thé, il est pour sa part très sucré, et siroté à longueur de soirée. Les Syriens boivent aussi beaucoup de jus de dattes chaud. Le tout accompagné de pâtisseries composées d'amandes, de noisettes, pistache, farine et sirop de sucre.
A quelques heures du coucher du soleil, les Syriens aiment flâner dans les souks, principalement à Damas et Alep: les marchés les plus vivants et les plus colorés du Proche-Orient. Dans les ruelles de la capitale, les artisans sont à pied d'œuvre, ils deviennent plus actifs et enregistrent plus de commandes durant le mois sacré.
La rue est plus animée dans les quartiers populaires le soir. Des veillées de chant spirituel y sont célébrées. L'on organise aussi des spectacles d'une rare beauté, telle que la danse des derviches-tourneurs.
Les cafés de Damas ne désemplissent pas à leur tour le soir. Jeux d'échecs, de cartes et amuse-bouches (cacahuètes, pistache, amandes…) deviennent très prisés sur les terrasses.
Dans les quartiers populaires et les ruelles, les effluves des braises brûlantes et de tabac parfumé (Al Maâssel) animent les conversations. Jeunes et moins jeunes palabrent et savourent en tirant sur le long tuyau des narguilés. Plus qu'une distraction, un rituel incontournable à bilad Cham.
La Syrie, rappelons-le, est l'une des plus vieilles civilisations du Moyen-Orient qui plus est un pays laïque.
Aux frontières de la Turquie, de l'Irak, de la Jordanie et du Liban, la Syrie est un pays chargé d'histoire. En témoigne l'une des plus vieilles mosquées de la région située à Damas. A l'heure de la prière, les mosquées sont bondées surtout le soir et durant la dernière quinzaine du mois. Psalmodies, cours religieux, prêches, tarawihs… fédèrent de plus en plus de pratiquants. Les fidèles deviennent plus généreux. Des opérations de collecte d'aumône et de dons sont organisées à la sortie des lieux de culte.
Au fur et à mesure que le ramadhan avance, hommes et femmes sont de plus en plus nombreux à se rendre aux mosquées le soir. A Damas par exemple, le recueillement pour les tarawihs connaît un rush ves la mosquée des Ommeyades. Vieille de plus de 13 siècles, blanche et décorée de somptueuses mosaïques, la mosquée des Omeyyades est l'un des témoignages les plus remarquables de l'art islamique. Un monument à l'architecture exceptionnelle qui, pendant des siècles, allait servir de modèle aux constructeurs de mosquées dans tout le monde arabo-musulman.
C'est dans ce lieu de culte exceptionnel que des milliers de fidèles damascènes font leurs prières durant le mois sacré. Le mois sacré est par excellence une période spirituelle, de ferveur et de piété.
Les Syriens ont un sens aigu de la famille et de l'échange exceptionnellement durant ce mois. Pour eux, le mois de ramdhan est l'un des moments forts pour resserrer les liens familiaux. Sans prévenir, les visites se font nombreuses après le F'tour et surtout durant la dernière quinzaine du mois sacré.
De jour comme de nuit, les traits du mois sacré sont perceptibles dans les principales villes syriennes. Que ce soit à Damas, à Alep, Hama ou encore Al Quneitra… les principales villes adoptent un rythme, un ton et des couleurs particulières. Tout prête à la méditation et au recueillement et les résonances du muezzin et l'appel à la prière ont un effet particulier durant le mois sacré. A la rupture du jeûne, la table du f'tour est assez variée. Le dîner est servi en même temps que le f'tour.
Au menu : Fattouche est incontournable. C'est une salade garnie de petits morceaux de pain frit, des légumes émincés et frais et des herbes… la soupe à la vermicelle ainsi que le plat de résistance sont incontournables.
Le hoummos, une purée de pois chiche avec de la crème de sésame, de la coriandre fraîche et d'autres épices, reste une spécialité prisée.
Le thé noir et le café turc sont servis à volonté durant le f'tour. Le café est servi dans de petites tasses et aromatisé à la cardamome. Quant au thé, il est pour sa part très sucré, et siroté à longueur de soirée. Les Syriens boivent aussi beaucoup de jus de dattes chaud. Le tout accompagné de pâtisseries composées d'amandes, de noisettes, pistache, farine et sirop de sucre.
A quelques heures du coucher du soleil, les Syriens aiment flâner dans les souks, principalement à Damas et Alep: les marchés les plus vivants et les plus colorés du Proche-Orient. Dans les ruelles de la capitale, les artisans sont à pied d'œuvre, ils deviennent plus actifs et enregistrent plus de commandes durant le mois sacré.
La rue est plus animée dans les quartiers populaires le soir. Des veillées de chant spirituel y sont célébrées. L'on organise aussi des spectacles d'une rare beauté, telle que la danse des derviches-tourneurs.
Les cafés de Damas ne désemplissent pas à leur tour le soir. Jeux d'échecs, de cartes et amuse-bouches (cacahuètes, pistache, amandes…) deviennent très prisés sur les terrasses.
Dans les quartiers populaires et les ruelles, les effluves des braises brûlantes et de tabac parfumé (Al Maâssel) animent les conversations. Jeunes et moins jeunes palabrent et savourent en tirant sur le long tuyau des narguilés. Plus qu'une distraction, un rituel incontournable à bilad Cham.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.