Décès de quatre médecins du Coronavirus: le Président Tebboune adresse ses condoléances    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Covid-19: confinement partiel dans les communes d'El Kala et d'Echatt à la wilaya d'El Tarf    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Accablant réquisitoire    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    54 infractions à la législation forestière enregistrées    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'échec et mat du roi
Mohammed VI piège la rencontre informelle de Vienne
Publié dans El Watan le 02 - 08 - 2009

Annoncée hier depuis Tanger par le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, la tenue de la première rencontre informelle entre le Maroc et le Front Polisario, sur la question du Sahara occidental pour le 9 de ce mois en Autriche, n'est pas forcément de bon augure.
Intervenant au lendemain du discours marquant le 10e anniversaire de son accession au trône, dans lequel il a insisté sur son attachement » au plan d'autonomie, le roi a piégé la future rencontre. A quoi bon, en effet, se perdre dans des discussions formelles ou informelles quand un protagoniste s'accroche mordicus à sa proposition et refuse tout débat qui n'intégrerait pas son projet d'autonomie ? C'est là la quintessence de la réaction du Front Polisario, qui ne comprend pas pourquoi le Maroc s'entête à court-circuiter tout effort des Nations unies pour trouver une solution mutuellement acceptable.
Le discours du roi a donc logiquement suscité les critiques acerbes du Front Polisario, qui l'accuse de « saper les efforts de l'ONU » pour régler le conflit du Sahara occidental. Cette ambiance constitue un avant-goût de ce que seront les conclusions du rendez-vous de Vienne. « Le Maroc sape les efforts déployés par le secrétaire général de l'ONU et son envoyé personnel, Christopher Ross, et ferme la porte à toute solution du conflit qui l'oppose au peuple sahraoui », a affirmé à l'APS Abdelkader Taleb Omar, un responsable du front Polisario. Pour ce responsable, le discours du roi du Maroc « portait en lui les germes de la déstabilisation de la région » et « entravait les efforts visant à construire le Maghreb ». Toujours dans son discours de jeudi, Mohammed VI a réitéré l'« attachement (du Maroc) à l'initiative d'autonomie » proposée pour le Sahara occidental. Or, comme le souligne à juste titre Abdelkader Taleb Omar, ce discours s'inscrit « en porte-à-faux » avec les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU qui « appellent à engager des négociations directes « de bonne foi et sans conditions préalables ». En remettant sur la table « son préalable » inacceptable pour le Polisario mais surtout contraire aux résolutions de l'ONU, à la légalité internationale et même aux objectifs de Christopher Ross qui a plaidé une solution qui satisfait les deux parties, Mohammed VI ôte toute crédibilité à la réunion de Vienne. Il est en effet impossible d'imaginer que les délégués sahraouis, si jaloux de l'indépendance de leur pays, puissent palabrer uniquement sur la « meilleure autonomie » possible, comme le suggère la partie marocaine. Mais il est clair que le royaume tente de gagner du temps à travers ses louvoiements pour pérenniser le statu quo dont il tire grandement profit.
« Dialoguer autour d'un monologue… »
Et au-delà de l'accueil indigné du Polisario à la thèse annexionniste du roi, c'est l'optimisme de l'émissaire de l'ONU, Christopher Ross, qui en prend un sérieux coup. Ce dernier s'était déclaré, lors de sa dernière tournée dans la région, « optimiste » quant à l'organisation d'« une première rencontre informelle » entre le Maroc et le Front Polisario pour discuter de l'avenir de ce territoire. A la veille de cette rencontre informelle, le roi du Maroc oppose un soutien, très formel celui-là, au plan d'autonomie. Il est à se demander à quoi servirait une réunion à l'ordre du jour préétabli. Et unilatéralement ! Ce premier cycle de rencontres informelles va, au mieux, ressembler aux quatre séries de négociations officielles ayant eu lieu à Manhasset (New York) et qui avaient buté sur l'intransigeance marocaine. Fortement soutenu par la France, l'Espagne et à un degré moindre par les Etats-Unis depuis l'élection d'Obama, Rabat joue l'empêcheur de tourner en rond. Et dès que la cause sahraouie gagne des sympathies, le roi sort son chéquier pour s'offrir de puissants lobbies à Washington, chargés de bloquer aussi longtemps que possible une résolution ou un changement de position de l'Administration américaine. Le ministre des Affaires étrangère de sa majesté, Taieb Fassi Fihri, a souhaité hier « la fin du conflit du Sahara occidental » en précisant que son pays milite pour « une solution pacifique et politique en faveur du Sahara marocain ». Il aurait sans doute été mieux inspiré de demander à son invité du jour, Miguel Angel Moratinos, de restituer les deux enclaves de Ceuta et Melilla qui, elles, sont bel et bien marocaines…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.