Tipasa : interdiction de la circulation automobile de et vers la wilaya sauf les véhicules de transport de marchandises    Boxe : fin de la saison sportive 2019-2020    Plusieurs mesures en faveur des jeunes et des femmes rurales    Chanegriha met l'accent sur l'impératif d'adopter des critères objectifs lors de la désignation dans les postes et les fonctions    Le Directeur général de la sûreté nationale inaugure plusieurs structures de police à Oran    Gestion de la crise sanitaire : Carte blanche pour le wali de Sétif    494 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : Un déficit de 68000 milliards de centimes à la CNR    Une base militaire à nos frontières est une escalade    Ali Ghediri entame une grève de la faim    Le FFS pourrait quitter le PAD    Ahmed Ouyahia transféré au CHU Mustapha Pacha    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    RESERVES ENERGETIQUES : Le président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    LE PREMIER MINISTRE A SIDI BEL ABBES : ‘'Encourager l'implication des jeunes dans le travail''    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : Deux morts et 128 blessés en 24 heures    ORAN : Quatre communes d'Ain Türck sans eau depuis 15 jours    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Vladimir Poutine    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cherchell-7e édition des soirées de musique andalouse : Le duo Hamidou-Baâziz enflamme le public
Publié dans El Watan le 09 - 08 - 2009

Après Koléa et Tipaza, les journées de musique andalouse se sont dirigées vers la localité côtière de Cherchell. Pendant les saisons estivales, cette manifestation culturelle, consacrée à la musique andalouse et au hawzi, effectue sa tournée dans la wilaya de Tipaza, pour aller à la rencontre des familles.
Alors qu'au niveau du chef-lieu de la wilaya de Tipaza, c'est la direction de la culture qui se charge de l'intégralité de l'organisation des soirées, dans les deux autres villes, Koléa et Cherchell, c'est respectivement les associations « Dar El Gharnatia » et « Errachidia » qui s'occupent de la tenue des spectacles et de l'accueil des troupes musicales venues des autres wilayas du pays. La soirée-phare de la 7e édition des journées de musique andalouse de Cherchell, pour de nombreuses familles mélomanes, aura été celle où se sont produits l'association « El-Bachtarzia » de Koléa et le chanteur Hamidou. Le spectacle avait eu lieu dans la nuit du mercredi au jeudi dernier. Il s'est terminé presque à l'aube de jeudi.
La troupe musicale de Koléa « El-Bachtarzia » dirigée par le président de l'association, Yazid Hamoudi, a émerveillé l'assistance très nombreuse, composée essentiellement de femmes et d' hommes âgés. L'orchestre mixte d' « El-Bachtarzia » a l'habitude de se produire à Cherchell. Les 18 musiciens et musiciennes de Koléa ont entamé leur tour de chant d'une durée de 45 minutes par la touchiyate nouba Essoltane avant d'interpréter un Inkilabe raml maya Mane nouhibouhou, suivi par deux insirafates, bah istabari et Allah Allah achi dâani nâachik hou. Le docteur Harchi Nasr-Eddine, l'un des élèves de la troupe, interprèta dans le style haouzi des chansons qui ont fait tanguer l'assistance. Mohamed Yanina, l'un des transfuges du « Mouvement théâtral de Koléa » (MTK) fait aussi partie de l'association « El-Bachtarzia ».
Soucieux de la bonne qualité du son, Yanina bougeait dans tous les sens et s'approchait de temps à autre du technicien de la sonorisation, Mazari Mahmoud, l'ex-musicien pianiste du groupe de musique moderne « The Iol's ». « Cette fois-ci, nous murmure-t-il, la troupe va interpréter deux morceaux de style ‘'maghrébi'', spécialement pour vous avant de terminer », ajouta-t-il. Des chansons très appréciées d'ailleurs par le public. Il est 23h55. C'est à ce moment que le chanteur Hamidou, vêtu et chaussé tout de blanc, mandole à la main, fait son apparition sur la scène pour ne la quitter qu'à 2h00 du matin. En dépit de l'heure tardive, la cour du CEM Yamina-Oudaï n'a pas désempli. Le trac affiché en coulisse aura disparu au fil des minutes de sa présence sur la scène. Hamidou était accompagné par une brochette de musiciens dont la majorité était issue de l'association « Errachidia » : Kamel au violon, Mohamed Ou-Yahia au piano électrique, Abdelhafidh au banjo, M'hamed Larinouna au tar, Islam à la guitare, Kamel Sebagh au violon et bien d'autres qui se sont avérés des virtuoses, car Hamidou s'est produit pour la 1re fois en leur compagnie, face à une assistance qui connaît parfaitement le répertoire du chanteur. Hamidou s'est lancé dans une série de chansons de différents styles : l'andalou, le haouzi et le châabi. La chanson du défunt Guerrouabi, El Barah ; est l'une des chansons qui aura été interpêtée par l'artiste Hamidou et reprise en chœur par les familles qui ne cessaient d'applaudir, alors que les youyou fusaient de partout.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.