Un des fondateurs du FIS dissous.. Abassi Madani, n'est plus    Le président de la Corée du Nord en Russie    Washington prépare le plan de paix pour la Palestine.. Le mutisme complice de pays musulmans    Libye: Des dirigeants africains demandent "l'arrêt immédiat" des combats    Libye: al Sarraj surpris que la France soutienne Haftar    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les Kouninef placés sous mandat de dépôt    ORAN : 2000 logements AADL, distribués en juin prochain    Le PDG de Sonatrach est le frère du commissaire Hachichi    Bensalah limoge des walis    Des milliers manifestent à Annaba    L'argent pillé sera récupéré    SESSION EXTRAORDINAIRE DU CC DU FLN : L'élection d'un nouveau SG reportée    Mahrez veut quitter City    Quel Chabab pour la grande finale ?    L'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en Egypte    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    130 comprimés psychotropes saisis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    MAISON D'ACCUEIL DES CANCEREUX : L'inauguration attendue au mois de Ramadhan    L'atteinte au patrimoine peut conduire à l'effacement de l'identité civilisationnelle    Le président de la Fédération dénonce la «passivité» du MJS dans l'organisation du Rallye Touareg    USM Alger : un leader aux pieds d'argile    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    L'AG élective début mai, dépôt de candidatures à partir de mardi    Semaine de la critique riche en premiers films    Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Qui veut enflammer la Kabylie ?    Washington menace ses alliés    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    M. Desrocher : Etablir des partenariats avec l'Algérie, "une des priorités des USA"    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès de Réda City 16 renvoyé au 31 décembre : Le juge refuse la mise en liberté des quatre détenus et la levée des ISTN
Des procès qui ne livrent pas tous les secrets des dossiers : Ces étranges affaires de «chantage»
Publié dans El Watan le 18 - 12 - 2018

Il y avait foule, hier, au tribunal de Sidi M'hamed près la cour d'Alger, où le procès du rappeur Réda City 16, de son vrai nom Rada Hmimid, était inscrit au rôle. Dès 9h30, le juge a fait son apparition avec une pile de dossiers qu'il examine avant que les détenus soient installés dans le box.
C'est Réda City 16 qui entre le premier, avec son beau-frère, salué par ses proches. Il est suivi par ses deux codétenus, les blogueurs Ahmed Chaoui et Madani Rouabhi.
Le juge appelle les trois autres prévenus : Billal Tahkout, fils du puissant concessionnaire automobile, présent depuis l'ouverture de l'audience dans le hall du tribunal, et Lyes Hadibi, restés en liberté provisoire, ainsi qu'Amir Boukhors, considéré en état de fuite. Les sept mis en cause sont poursuivis pour, entre autres, «chantage» et «diffamation».
Si l'on se réfère à l'enquête judiciaire, certains mis en cause auraient fait chanter deux hommes d'affaires, Mazouz et Bellat, en les menaçant de publier des enregistrements vidéos privés avec la présumée complicité du blogueur Amir DZ, et d'autres auraient payé ce dernier pour diffuser des informations sur les victimes, absentes à l'audience. Le juge fait savoir aux nombreux avocats que «la présence de la partie civile est très importante pour le procès».
Le ton est donné pour un report et la défense en profite pour faire ses demandes. Les premiers avocats plaident la liberté provisoire pour les détenus. «Réda City 16 souffre de plusieurs maladies chroniques. Il a été opéré à deux reprises. Il n'a jamais été poursuivi et présente toutes les garanties pour répondre aux convocations de la justice. Sa place est au sein de sa famille», déclare l'avocat avant que d'autres ne lui emboîtent le pas pour plaider la liberté aux trois prévenus restants.
Plusieurs avocats se succèdent pour réclamer la levée de l'ISTN (interdiction de sortie du territoire national). «Le prévenu n'a jamais enfreint ses obligations à l'égard de la justice. C'est un opérateur qui a besoin de se déplacer à l'étranger. Le bloquer avec une ISTN, c'est porter atteinte à l'économie du pays.
Il fait marcher de nombreuses sociétés qui risquent d'être bloquées»,souligne la défense de Tahkout, composée d'au moins six avocats. L'un d'eux s'étonne que les poursuites soient maintenues à l'encontre du fils de Mahieddine Tahkout, le patron du groupe Cima Motors, alors que «la partie civile s'est désistée par écrit de la plainte au niveau du juge d'instruction. Sur quelle base Billal Tahkout est-il poursuivi et maintenu sous ISTN ? Nous demandons au tribunal de lever cette interdiction», lance la défense de Tahkout.
Les mêmes propos sont tenus par l'avocat de Lyes Hadibi précisant toutefois : «Mon mandant est un journaliste qui a besoin de se déplacer à l'étranger pour faire son travail. Comment peut-il exercer son métier s'il est bloqué dans son pays en raison d'une interdiction de sortie du territoire ? Il offre toutes les garanties pour être au service de la justice à n'importe quel moment.»
Le juge s'adresse à Réda City 16 : «De quoi souffrez-vous ?» Le prévenu : «J'ai un problème de reins. J'ai été opéré à deux reprises, en plus de l'arthrose et de deux hernies discales. Il y a deux jours, j'ai été évacué à l'hôpital. Mon état de santé se dégrade, parce que les médicaments que je reçois en prison sont différents de ceux que je ramenais de France
Le représentant du ministère public rejette les demandes de mise en liberté provisoire et de levée de l'ISTN, avant de redonner la parole au président qui décide de renvoyer l'affaire au 31 décembre. Certains avocats, notamment ceux de Tahkout, ne semblent pas d'accord. «Vous ne pouvez pas partir ailleurs. Vous passerez votre réveillon en Algérie», lance le magistrat au prévenu.
Dans la salle, les présents sont crispés, alors que dehors, la foule importante exprime sa déception de ne pas voir les quatre détenus retrouver leur liberté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.