Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 1ère journée    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Images d'ailleurs, regards d'ici    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le décès de Maradona secoue le monde du football    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La question de l'exercice du pouvoir en Algérie
Publié dans El Watan le 13 - 02 - 2011

Faudrait-il en imputer la responsabilité à l'ancien colonisateur qui a tout entrepris pour l'éjecter de la course au pouvoir, notamment en négociant avec lui sans le reconnaître officiellement, ainsi que d'avoir projeté son extinction durant la période transitoire, soit juste après la signature des Accords d'Evian du 18 mars 1962, ou encore et surtout en s'abstenant d'empêcher les déserteurs algériens de l'armée française de rejoindre en force l'armée des frontières à l'approche de l'indépendance.
Faudrait-il en trouver l'explication théorique dans la nécessité urgente, pour les dirigeants de l'Algérie indépendante, de privilégier (par pragmatisme) le développement économique au détriment du développement politique, d'autant plus que le «Wilayisme» menaçait alors le pays dans son unité et sa stabilité au lendemain de l'indépendance, où l'Etat restait à construire.
Faudrait-il enfin en attribuer la faute à l'absence en Algérie d'une culture démocratique, autant chez les gouvernants que chez les gouvernés, ce qui est le cas de toute société de type transitoire qui, selon le sociologue allemand Max Weber, serait plutôt encline à se soumettre à une forme de légitimité charismatique, où l'exercice du pouvoir aurait tendance à relever, systématiquement, d'une dictature civile ou militaire.
L'Algérie avait raté sa transition démocratique du temps du règne du président Chadli Bendjedid qui voulait imposer un régime parlementaire pluraliste dans des circonstances politiques et économiques particulières, notamment marquées par la baisse drastique de la rente pétrolière, où la démocratie apparaissait certes répondre à une exigence extérieure, mais aussi et surtout prendre la forme d'un «produit d'importation» destiné à la consommation locale, faute de pouvoir satisfaire les principaux besoins matériels de la société algérienne. La Constitution de février 1989 devait enfanter une situation qui a donné naissance à une soixantaine de partis politiques agréés, comme si la culture démocratique en Algérie dépendrait plus du nombre que de la qualité des acteurs en compétition électorale, alors qu'il s'agissait en fait d'émietter les forces politiques réelles et artificielles, dans l'objectif de faire perdurer le système politique en place depuis l'indépendance.
En outre, il y avait, du côté de l'opposition dite démocratique ou religieuse, des leaders charismatiques qui ont imposé leur légitimé par cooptation, ce qui correspondrait à l'approche sociologique du pouvoir développée par Max Weber, où le système d'allégeance est une règle fondamentale.Or, l'exercice démocratique du pouvoir repose sur des institutions politiques réellement soumises à un Etat de droit, c'est-à-dire celui fondé sur une légitimité dite rationnelle, ce qui permet de développer des contre-pouvoirs performants, en dehors desquels aucune culture politique ne peut émerger ni s'épanouir dans la société. En la matière, l'Algérie est loin du compte, notamment pour avoir été longtemps soumise à un régime politique fondé sur la légitimité charismatique du pouvoir, ce qui a contribué à fermer le jeu politique et à ouvrir la voie à un système d'allégeance, où le clientélisme politique règne en maître, quitte à marginaliser les élites modernes qui ont fait les grandes nations dans les sociétés développées.
Ce qui se passe dans les sociétés tunisienne et égyptienne peut être interprété comme une tentative populaire d'accéder à la légitimité rationnelle du pouvoir, après avoir longtemps supporté les méfaits de l'exercice charismatique du pouvoir, dont les dérives despotiques ont fini par pousser à la révolte des gouvernés pacifiques et lettrés.
Les autres sociétés arabes, qu'elles soient soumises à la légitimité traditionnelle (de type monarchique) ou charismatique (sous forme d'une dictature civile ou militaire) peuvent être tentées par les syndromes tunisien ou égyptien, ce qui ne saurait laisser dans l'indifférence les gouvernants en place qui découvrent les risques réels ou potentiels liés à un exercice du pouvoir qui va à l'encontre des aspirations populaires. A l'évidence, tous les despotes arabes en exercice redoutent maintenant de subir le même sort tragique que celui qu'a réservé la population tunisienne «éclairée» à son ancien despote «éclairé» qui se croyait «Président à vie» … En Algérie, la question est de savoir si notre Président actuel irait jusqu'au bout de son troisième mandat, compte tenu du fait qu'aucun Président n'a dépassé à ce jour le seuil de 13 années dans l'exercice du pouvoir, quoique tout est possible avec la baraka des zaouia qui lui sont toutes dévouées.
Car il existe une étroite corrélation entre légitimité traditionnelle et légitimité charismatique dans l'exercice du pouvoir, à la différence du passage risqué vers la légitimé rationnelle comme illustré avec la Constitution de février 1989.
Notre Président aurait beaucoup à gagner en préparant le passage en douceur de l'Algérie vers son ascension inéluctable à un véritable Etat de droit qui empêcherait les barons de l'informel de faire du lobbying en vue de préserver, à tout prix, leurs privilèges mal acquis, quitte à se servir du désarroi d'une jeunesse profondément nationaliste, comme illustré lors des éliminatoires de la Coupe du monde…
La politique qui consiste à fermer le jeu politique et à ouvrir le champ des affaires, y compris louches, s'avère, en définitive, porteuse de risques gravement préjudiciables à notre pays qui veut affronter le défi démocratique «debout» et non pas «à plat ventre» …


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.