Les candidats réitèrent leur appel à la consolidation du front interne pour préserver l'Algérie    Affaires montage automobile-financement de la campagne Bouteflika : Saïd Bouteflika renvoyé de l'audience    Vote des Algériens à l'étranger à la présidentielle : l'ANIE en appelle au respect de l'opinion de l'autre    L'USM Alger tient en échec le Petro Atletico    DEBAT TELEVISE POUR LA PRESIDENTIELLE 2019 : Un premier face à face équidistant entre candidats    Man United : Solskjaer fracasse Manchester City !    EL TARF : Saisie de 20 millions de cts en faux billets à Aïn Assel    ACCIDENTS DE LA ROUTE : 9 morts et 39 blessés en 48 heures    Energies renouvelables: bientôt une stratégie globale pour donner une vision claire aux investisseurs    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    «Je connais parfaitement vos problèmes»    Appel à une nouvelle journée de grève et des manifestations mardi    Au moins 7 000 personnes auraient été arrêtées    Ali Bongo prépare son fils pour lui succéder    Une quinzaine de morts dans un nouveau massacre    Le Premier ministre désigné de plus en plus isolé    Nouvelle mobilisation exceptionnelle    Les producteurs sous forte pression    Vers un Algérie-Belgique en mars prochain    Favorable au Chabab, le Doyen sur le gril    13 ateliers d'accompagnement organisés    La Cnac de Aïn Témouchent signe cinq conventions de partenariat    Boulettes de crevettes au gingembre    Des fauteuils et des tricycles distribués à Médéa    Création de plus de 22 000 postes d'emploi    ACTUCULT    Générale de la pièce "Ez'zaouèche" au TNA    Mohamed Attaf : "L'histoire des rois berbères doit être enseignée"    Chouiten, Laceb et Belkheir, lauréats de la 5e édition    Les balances et cette odeur insupportable …    Histoire d'une ville, côté oued, côté jardin    CSC: Redjradj annonce sa démission et met les propriétaires dans l'embarras    Athènes expulse l'ambassadeur libyen    La diaspora algérienne à l'unisson de son peuple    Le MJS l'a déclaré jeudi à Oran : «Le processus de partenariat clubs-entreprises est enclenché»    EN (U21) féminine : Alger abritera le tournoi de l'UNAF    Skikda : Le cadavre d'un pêcheur repêché    Galatasaray : Feghouli indisponible pour quelques jours    Port d'Oran: Près de 2 kilos de cocaïne découverts sur un bananier    Selon des sources sécuritaires: Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Amnesty International dénonce «l'intensification des arrestations» en Algérie    La nouvelle loi des hydrocarbures à l'épreuve du terrain    Sebdou: Une bonbonne de gaz chargée d'explosifs découverte dans une station Naftal    Gaid Salah: L'Algérie forteresse impénétrable    Une «petite victoire» au goût d'inachevé: «Concessions» du ministère, insatisfaction chez les instituteurs    Mostaganem: Près de 100 mandats de dépôt en un mois    Chaïb Maâchi n'est plus    Arrestation d'activistes présumés du PNP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un imbroglio qui n'en finit plus
Affaire des 56 logements de l'ex-IAP de Sétif
Publié dans El Watan le 29 - 12 - 2018

Ne voyant toujours pas le bout du tunnel, d'autant que l'angoisse et l'incertitude ont atteint des pics insoutenables, les concernés remettent sur la voie publique un problème s'apparentant à un mal incurable.
Pointée du doigt à maintes reprises, la situation juridique des 56 logements se trouvant au cœur de la nouvelle cité administrative où sont implantées de nombreuses directions de l'exécutif de la wilaya de Sétif demeure à la fois contraignante, ambiguë et floue, au grand dam des occupants des lieux, des enseignants et travailleurs de l'université Sétif I (Ferhat Mekki Abbas).
Pour mettre un terme à un tel imbroglio perdurant depuis plus de 30 ans, les habitants, dont certains ne sont plus de ce monde, reviennent à la charge. D'autant que les innombrables doléances transmises à différentes instances (université, mairie, wilaya, ainsi que le ministère de l'Enseignement supérieur) n'ont pas obtenu le résultat escompté.
Le silence radio des responsables a accentué le désarroi de ces familles, qui se trouvent plus que jamais dans l'expectative. Ne voyant toujours pas le bout du tunnel, d'autant que l'angoisse et l'incertitude ont atteint des pics insoutenables, les concernés remettent sur la voie publique un problème s'apparentant à un mal incurable.
«En dépit des multiples démarches et cris de détresse, la situation administrative des logements, que nous occupons depuis maintenant 30 ans, reste inchangée. Sollicités, les différents walis qui se sont succédé à la tête de la wilaya, ainsi que les responsables de l'université, n'ont malheureusement donné aucune suite à nos doléances.
Détenteurs de titres d'attribution délivrés par l'ancien recteur le 01/07/1994 et des décisions de désistement de l'université le 14/04/1999, la situation administrative de nos logements, occupés pour certains d'entre nous depuis 1988, demeure ambiguë.
Ce problème ne peut durer éternellement. Le plus navrant dans cette triste histoire, c'est le cas des collègues décédés et ayant laissé derrière eux des familles qui ne savent plus où donner de la tête. Nous sollicitons l'intervention du wali de Sétif pour statuer sur ce cas.
Il faut savoir que nous ne payons aucun centime depuis des années. Ayant financé la réalisation de ces logements, le Trésor public est le plus grand perdant dans cette affaire», fulminent des habitants des 56 logements qui se sont une fois de plus rapprochés de notre bureau.
Pour connaître l'autre son de cloche, on a pris attache avec le professeur Djenane, recteur de l'université Sétif I, qui n'a pas voulu s'étaler sur le sujet : «Selon la réglementation en vigueur, je ne suis pas habilité à parler du problème du logement, qui est du ressort exclusif du professeur Guechi (recteur de l'université Sétif II-Dr Lamine Debbaghine), président de la ville universitaire.
En matière de logements universitaires, il est le seul à pouvoir vous répondre. Cela dit, nous avons essayé de régler cet épineux problème, en vain. A cet effet, la wilaya, ainsi que la tutelle, ont été saisis. Je pense que le problème se situe au niveau des Domaines».
Avant de joindre le professeur Khier Guechi, il convient de souligner que la nature juridique du terrain sur lequel ont été érigés les logements en question ne prête à aucune équivoque. Selon l'actif administratif n°01/1977du 11 janvier 1977 publié à la Conservation foncière volumes n°1926 et n°41, la parcelle de 17 ha 99 ares et 84 ca, fait partie du foncier de l'université de Sétif (El Watan détient une copie dudit document).
«On m'a désigné comme président de la commission de distribution du logement universitaire en 2014. Pour être franc avec vous, je n'ai aucun élément concernant ce dossier que nous devons régler. Ce n'est pas normal qu'une situation demeure en suspens depuis presque 30 ans», dira le Pr Guechi, qui a promis de tout entreprendre pour mettre un terme à cet imbroglio.
Notons à toutes fins utiles qu'en réponse à une correspondance d'un député interpellé par des habitants, le sous-directeur du patrimoine au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS) avait, en mai 2016, demandé à l'université de Sétif I un dossier sur ce cas précis. Selon nos sources, la demande du responsable du patrimoine au MESRS est restée sans suite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.