Justice L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi mis sous contrôle judiciaire    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Hommage à Ahmed Kellil    Dialogue… ?    Conférence nationale de la société civile : Quelques observations sur les propositions du 15 juin 2019    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Dispersion d'un sit-in début juin à Khartoum (Soudan): Résultats de l'enquête des militaires    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le réseau routier en dégradation permanente à Benaga    Les énergies renouvelables en débat    BAC 2019 : Connexion perturbée et silence des autorités    Des noms communs devenus des toponymes composés    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    La campagne présidentiellebat son plein    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    Qui veut enflammer le Golfe ?    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lazhari Labter retrace 40 ans de la BD algérienne
Publié dans El Watan le 17 - 10 - 2009

La bande dessinée algérienne a déjà quarante ans. Lazhari Labter a, à la faveur de la tenue du Festival international de la bande dessinée d'Alger (FIBDA), publié, dans sa propre maison d'édition, Panorama de la bande dessinée algérienne de 1969-2009.
C'est la première fois qu'un livre restitue l'itinéraire du neuvième art algérien. « C'est l'histoire de la BD algérienne de son origine à nos jours. En février 1969 est sortie, à la SNED, la première BD algérienne avec la revue M'Quidèch avec une équipe menée par Abderrahmane Madhoui », a indiqué Lazhari Labter. Pour lui, 1969 est une date symbolique puisque la première BD algérienne est parue en 1967, signée Mohamed Aram, Naâr : une sirène à Sidi Ferruch, publiée par Algérie Actualités. En 1968 est paru le premier album signé Menouar Merabtène (Slim), Moustache et les Belgacem. Dans la préface du Panorama, Boukhalfa Amazit, qui fait partie de la première équipe de M'Quidèch, regrette la mise à l'écart de la BD. Les années 1990 ont marqué, selon Lazhari Labter, un arrêt brutal de la BD et la plupart des arts. « Le néant a duré presque vingt ans jusqu'à 2008 avec l'organisation du premier festival international de la BD. J'ai publié Le Dingue au Bistouri cette même année.
Et j'ai publié Zam Zam le tiers mondiste du Camerounais Almo pour le Panaf », a ajouté Lazhari Labter. Sur 276 pages, avec textes et illustrations, on apprend beaucoup de choses sur la BD. Menouar Merabtène (Slim) a, par exemple, révélé que Bouzid et les chameaux, sa première BD, a été refusée par M'Quidèch (cette revue a disparu en 1973). L'ouvrage est riche en portraits des plus grands noms du neuvième art à l'image de Mahfoud Aider, Ahmed Haroun, Mohamed Aram, Mohamed Mazari (Maz), Slim, Mohamed Bouslah. Lazhari Labter a également réalisé des entretiens (certains datent de 1987) avec plusieurs bédéistes dont feu Malek (Amine Zirout) auteur de la célère La route de sel, les aventures d'Abou Kebrite qui déjà regrettait le manque de scénaristes pour la BD. Mahfoud Aider, lui, est fier de son métier de bédéiste. « Un métier considéré comme vulgaire par les bureaucrates encravatés, autosuffisants, incultes et hermétiques à toute forme d'expression artistiques et qui nous ont collé l'étiquette de “dessinateurs de mikiyette” », a-t-il déclaré. Le livre contient également des informations sur tous les bédéistes algériens et sur tous les albums publiés à ce jour. « Cet ouvrage permettra aux personnes qui s'intéressent à la BD d'aller plus loin. », a estimé Lazhari Labter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.