Révision de la taxe sur véhicules et maintient de l'augmentation du prix du carburant    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    DR ABDERRAHMANE MEBTOUL A RADIO FRANCE INTERNATIONALE-PARIS : Les conséquences sociales et économiques en Algérie de l'épidémie du coronavirus    COUR MILITAIRE DE BLIDA : Le président Tebboune nomme un nouveau procureur général    IMPACTEE PAR LA CRISE SANITAIRE : Les pertes d'Air Algérie estimées à 3500 milliards de centimes    PLAGE DE SIDI EL MEJDOUB : Deux personnes sauvées d'une noyade certaine    MOSTAGANEM : Le wali interdit les baignades et l'accès aux plages    Coronavirus: 127 nouveaux cas,199 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: lancement d'enquêtes épidémiologiques dans les wilayas aux taux élevés    Pétrole: deux réunions de l'OPEP en juin pour évaluer l'impact des baisses de production    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    On vous le dit    Révolution algérienne: les offensives du 20 août 55, un acte sauvagement réprimé dans le sang    Maintien de la paix : Pékin promet une plus grande contribution    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Manifestation à Rome contre le gouvernement Conte    CAF : Ahmad Ahmad briguera un second mandat    FAF : Réunion du bureau fédéral aujourd'hui    Accusations de prévarication : La BAD temporise malgré l'appel    Impact de la Covid-19 : Quand l'industrie de l'aérien bat de l'aile    Un maghrébin au long cours    "Le Hirak raconte le rêve contrarié d'un peuple"    Washington signe la fin de sa relation avec l'OMS    Ghardaïa: arrestation de dix présumés "coupeurs de route" à Hassi-Lefhal    Epidémie du Covid-19 à Béjaïa : Le CHU gère son espace    Souk Ahras : La fourrière pour 454 véhicules    Le gouvernement prêt à négocier avec les talibans    Six ouvrages pour dire la tragédie nationale    Maison de la culture Ali Zamoum : Un concours de théâtre pour les familles    Mercato en Europe Une nouvelle donne pour les clubs    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Géopolitique et champ d'action militaire    Hommage à Michel Seurat    MC Oran: Hyproc au secours du Mouloudia    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    Kamel Daoud : l'arbre aux fruits mûrs    L'infrangible lien…    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Les feuilles de l'automne    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bien plus que des “Mickeys”
“PANORAMA DE LA BANDE DESSINEE ALGERIENNE 1969-2009” DE LAZHARI LABTER
Publié dans Liberté le 09 - 02 - 2010

Sid Ali Melouah, Aram, Mustapha Tenani, Mohamed Bouslah alias Mim, Slim, Haroun, Aïder, Amouri, Zanoun, Gyps, Guerroui… Pour certains, ces noms ne représentent rien, et pour d'autres, ce sont des pionniers de la bande dessinée algérienne. Dans son panorama édifiant, Lazhari Labter, réhabilite le neuvième art algérien.
La gloire de la bande dessinée algérienne est-elle devant elle ou derrière elle ? Si la bande dessinée est revenue en Algérie, effectivement et officiellement, depuis deux années avec l'installation du Festival international de la bande dessinée d'Alger, qui a redonné le sourire aux férus et passionnés par le neuvième art.
Mais l'intérêt et l'engouement enregistrés auprès du public ne sont pas soudains, surprenants ou nouveaux. Car l'histoire de la bande dessinée algérienne remonte à des décennies. D'ailleurs, elle est “considérée comme la plus ancienne, la plus avancée et la plus connue de tous les pays arabes, musulmans et africains, la bande dessinée (BD) algérienne est récente”. La BD algérienne a connu son apogée en 1969 avec la création du fanzine M'quidèch, une véritable fourmilière qui a permis à beaucoup de graines de talent d'éclore et de s'illustrer. Mais avant d'aborder l'aventure de M'quidèch, Lazhari Labter évoque, dans son consistant et édifiant Panorama de la bande dessinée algérienne 1969-2009, les albums publiés en forme de planches dès 1967, dans Algérie Actualité et El Moudjahid , notamment Naâr, une sirène à Sidi Ferruch – première BD algérienne publiée – de Mohamed Aram, Commando en mission de Noureddine Hiahemzizou, Le Pont de Rachid Aït Kaci, et Moustache et les Belgacem de Slim. Cependant, la véritable aventure commence réellement avec M'Quidèch, initié par Abderrahmane Madoui, alors directeur du département édition de la Société nationale d'édition et de diffusion (Sned). M'Quidèch connaît un franc succès et fait même des émules en Tunisie et au Koweït, mais hélas l'aventure s'interrompt en 1974, avec 33 numéros parus. M'Quidèch renaîtra en 1974 en langue arabe, mais il fera long feu. Lazhari Labter énumère les revues de bande dessinées parus dans les années 1980 et 1990, mais elles n'auront aucun impact, n'était leur utilisation comme document d'archives. Des fragments du passé.
Cette décadence que connaît la bande dessinée en Algérie dans les années 1990 est surtout le résultat d'une situation sécuritaire chaotique, car le pays avait basculé dans la violence, et le dessin de presse et/ou caricature a remplacé et pris toute la place de la BD.
De la BD au dessin de presse
La conjoncture de l'époque a contraint les bédéistes à se transformer en caricaturistes pour gagner leur vie. El Menchar a été une tribune de luxe, mais la vague d'assassinats qui a emporté un très “trop” grand nombre de journalistes et de caricaturistes, a contraint certains à l'exil, notamment Slim et Sid Ali Melouah.
Une nouvelle génération est alors née de la conjoncture, comme Dilem, le Hic et Amari, qui se sont illustrés dans l'art de la caricature et du dessin politique. La BD comme la plupart des autres arts a été relégué à un rang intérieur, avant d'être ressuscité en 2008 avec le premier FIBDA. Mais un festival est-il suffisant pour relancer la bande dessinée algérienne lorsqu'on sait que le marché de l'art n'existe pas, que des maillons manquent à la chaîne de l'édition et que les écoles ne font rien pour valoriser la bande dessinée, considérée aujourd'hui encore, comme de simples “Mickeys”. Mais c'est bien plus que des “Mickeys”…
Panorama de la bande dessinée algérienne 1969-2009 de Lazhari Labter, 276 pages, éditions Lazhari Labter, Algérie, octobre 2009 - 1500 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.