La première déclaration de Soudani après sa signature à l'Olympiakos    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Rien que la présidentielle...    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    Une attitude pour le moins équivoque    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bien plus que des “Mickeys”
“PANORAMA DE LA BANDE DESSINEE ALGERIENNE 1969-2009” DE LAZHARI LABTER
Publié dans Liberté le 09 - 02 - 2010

Sid Ali Melouah, Aram, Mustapha Tenani, Mohamed Bouslah alias Mim, Slim, Haroun, Aïder, Amouri, Zanoun, Gyps, Guerroui… Pour certains, ces noms ne représentent rien, et pour d'autres, ce sont des pionniers de la bande dessinée algérienne. Dans son panorama édifiant, Lazhari Labter, réhabilite le neuvième art algérien.
La gloire de la bande dessinée algérienne est-elle devant elle ou derrière elle ? Si la bande dessinée est revenue en Algérie, effectivement et officiellement, depuis deux années avec l'installation du Festival international de la bande dessinée d'Alger, qui a redonné le sourire aux férus et passionnés par le neuvième art.
Mais l'intérêt et l'engouement enregistrés auprès du public ne sont pas soudains, surprenants ou nouveaux. Car l'histoire de la bande dessinée algérienne remonte à des décennies. D'ailleurs, elle est “considérée comme la plus ancienne, la plus avancée et la plus connue de tous les pays arabes, musulmans et africains, la bande dessinée (BD) algérienne est récente”. La BD algérienne a connu son apogée en 1969 avec la création du fanzine M'quidèch, une véritable fourmilière qui a permis à beaucoup de graines de talent d'éclore et de s'illustrer. Mais avant d'aborder l'aventure de M'quidèch, Lazhari Labter évoque, dans son consistant et édifiant Panorama de la bande dessinée algérienne 1969-2009, les albums publiés en forme de planches dès 1967, dans Algérie Actualité et El Moudjahid , notamment Naâr, une sirène à Sidi Ferruch – première BD algérienne publiée – de Mohamed Aram, Commando en mission de Noureddine Hiahemzizou, Le Pont de Rachid Aït Kaci, et Moustache et les Belgacem de Slim. Cependant, la véritable aventure commence réellement avec M'Quidèch, initié par Abderrahmane Madoui, alors directeur du département édition de la Société nationale d'édition et de diffusion (Sned). M'Quidèch connaît un franc succès et fait même des émules en Tunisie et au Koweït, mais hélas l'aventure s'interrompt en 1974, avec 33 numéros parus. M'Quidèch renaîtra en 1974 en langue arabe, mais il fera long feu. Lazhari Labter énumère les revues de bande dessinées parus dans les années 1980 et 1990, mais elles n'auront aucun impact, n'était leur utilisation comme document d'archives. Des fragments du passé.
Cette décadence que connaît la bande dessinée en Algérie dans les années 1990 est surtout le résultat d'une situation sécuritaire chaotique, car le pays avait basculé dans la violence, et le dessin de presse et/ou caricature a remplacé et pris toute la place de la BD.
De la BD au dessin de presse
La conjoncture de l'époque a contraint les bédéistes à se transformer en caricaturistes pour gagner leur vie. El Menchar a été une tribune de luxe, mais la vague d'assassinats qui a emporté un très “trop” grand nombre de journalistes et de caricaturistes, a contraint certains à l'exil, notamment Slim et Sid Ali Melouah.
Une nouvelle génération est alors née de la conjoncture, comme Dilem, le Hic et Amari, qui se sont illustrés dans l'art de la caricature et du dessin politique. La BD comme la plupart des autres arts a été relégué à un rang intérieur, avant d'être ressuscité en 2008 avec le premier FIBDA. Mais un festival est-il suffisant pour relancer la bande dessinée algérienne lorsqu'on sait que le marché de l'art n'existe pas, que des maillons manquent à la chaîne de l'édition et que les écoles ne font rien pour valoriser la bande dessinée, considérée aujourd'hui encore, comme de simples “Mickeys”. Mais c'est bien plus que des “Mickeys”…
Panorama de la bande dessinée algérienne 1969-2009 de Lazhari Labter, 276 pages, éditions Lazhari Labter, Algérie, octobre 2009 - 1500 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.