La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Né un premier novembre
Ahmed Taoufik El Madani. Historien et figure de l'histoire
Publié dans El Watan le 29 - 10 - 2009

Auteur d'une thèse remarquée sur « Le réformisme musulman » en Algérie, l'historien Ali Merad fera état de l'engagement important de Tewfik El Madani qui fut ce publiciste tôt mêlé à la vie politique en Algérie et en Tunisie.
« Il fut l'un des personnages qui contribueront, relève-t-il, le plus activement à l'élaboration du nationalisme au cours de l'entre-deux-guerres ». Le Club de la presse du FLN a organisé, mardi dernier, à l'hôtel El Riadh (Alger), une rencontre consacrée à la vie de Tewfik El Madani dont la date de naissance coïncide avec l'anniversaire du déclenchement de la guerre d'indépendance. Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, a rendu un hommage à l'« homme complet » et au « militant convaincu » que fut El Madani. « Ce sont des hommes de la trempe d'El Madani qui n'ont jamais viré leur cuti, qui ont mis à genoux un système colonial coupable des pires barbaries en Algérie », rappellera en substance M. Belkhadem, qui a honoré les enfants de Tewfik El Madani, Mohamed Islam et ses deux sœurs. « El Madani est né le 1er novembre 1898, fils de Si Mohamed El Madani et de Aïcha Bouiraz, tous deux issus de familles algériennes ayant émigré en Tunisie après l'échec du soulèvement de 1871 », précise Mohamed Islam, qui mettra en évidence le travail « acharné » d'un père qui était un modèle « de probité et de droiture ». Une « bévue » pourtant dans cet itinéraire marqué au coin du don de soi : « Il n'y avait pas encore en Tunisie d'état civil, mon père a été déclaré comme étant né le 16 juin 1899, raconte, en plaisantant, Islam.
Après la Zeïtouna, El Madani comptera parmi les fondateurs du parti Destour, formation qui a compté aussi des Algériens, dont El Thaâlibi qui en était le guide attitré. Ces activité lui valurent d'être « exilé » en Algérie, en 1925, où il participera à la création de l'Association des ulémas dont il « rédige lui-même les statuts ». Rédacteur de la revue Al Shihab et rédacteur en chef d'Al Basa'ir, El Madani rejoindra les activités du FLN en devenant le président du Bureau des affaires arabes du FLN. au Caire (1956-1958). Il sera ministre des Affaires culturelles du 1er GPRA et à l'indépendance, ministre des Wakfs (biens de mainmorte) du gouvernement Ben Bella.
La diplomatie l'accrochera pour un temps.
El Madani fut un encyclopédiste éprouvé. Ibn Badis, un autre alim, dira de lui : « C'est un homme doué pour les œuvres impérissable ». En plus de ses activités de journaliste dans les organes des Ulémas, El Madani a publié, en 1950, une pièce de théâtre qui a fait date, Hannibal. Sa passion fut l'histoire. Il écrira ainsi l'Histoire de l'Afrique du Nord, ou Carthage en quatre siècles, Le Livre de l'Algérie, Les Musulmans en Sicile et dans le sud de l'Italie, La Géographie de l'Algérie, Ibn Khaldoun et l'Algérie, des ouvrages qui le feront comparer par certains à Jules Michelet, l'historien et érudit français. Il rédigera également ses Mémoires. Sa mort est survenue en 1983, la République lui rendra les honneurs qui lui sont dus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.