Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Burkina Faso décrète l'état d'urgence
En proie aux attaques terroristes
Publié dans El Watan le 02 - 01 - 2019

Concentrées initialement dans le nord du pays, ces attaques se sont ensuite étendues à d'autres régions dont celle de l'Est, frontalière du Togo et du Bénin, devenue une deuxième grande zone d'insécurité.
Confronté depuis trois ans à des attaques terroristes de plus en plus fréquentes et meurtrières, le Burkina Faso a décrété lundi «l'état d'urgence» dans plusieurs provinces du pays. Cette annonce fait suite à une rencontre avec la hiérarchie militaire, convoquée après la mort de dix gendarmes, tués jeudi dans une embuscade à Toeni, une localité située au nord-ouest de la capitale Ouagadougou.
Mercredi, un policier a été tué dans l'attaque du commissariat de district de police de Solan, dans le nord du pays, frontalier du Mali.
«Le président du Faso a décidé de déclarer l'état d'urgence dans certaines provinces du Burkina Faso. Il a également donné des instructions pour des dispositions sécuritaires particulières sur toute l'étendue du territoire», a déclaré le ministre de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou, à la sortie d'un Conseil des ministres extraordinaire sur la «situation sécuritaire».
L'Etat d'urgence concerne «plusieurs provinces» à l'intérieur de sept régions (sur les 13 que compte le pays), a indiqué le ministre, citant les régions des Hauts Bassins, de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, du Centre-Est, de l'Est, du Nord et du Sahel. La liste des provinces concernées sera précisée dans un décret présidentiel.
«Ces dispositions (…) ont pour objectif d'assurer avec sérénité et efficacité la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso et de ramener la quiétude au sein des populations», a-t-il relevé.
Et d'ajouter : «Le Conseil a échangé sur les nouvelles mesures visant à accélérer la réorganisation opérationnelle des forces de défense et de sécurité, l'amélioration du maillage du territoire, le renforcement de la vigilance et la protection de la population et des infrastructures.»
L'état d'urgence accorde notamment des pouvoirs supplémentaires aux forces de sécurité, dont celui de procéder à des perquisitions à domicile, de jour et de nuit. Certaines libertés fondamentales peuvent être restreintes, comme la liberté de circulation.
Pays sahélien et voisin du Mali et du Niger (deux pays en proie aux attentats terroristes), le Burkina Faso est ciblé depuis 2015 par des attaques terroristes. Concentrées initialement dans le nord du pays, ces attaques se sont ensuite étendues à d'autres régions dont celle de l'Est, frontalière du Togo et du Bénin, devenue une deuxième grande zone d'insécurité.
Ainsi, pour schématiser, mi-août 2018, sept membres des forces de l'ordre burkinabè ont été tués dans l'explosion d'un engin artisanal, 15 jours après, c'est la mort de six personnes dans des circonstances similaires dans la même région de l'Est.
Leur véhicule a sauté à une trentaine de kilomètres de Fada N'Gourma, chef-lieu de la région de l'Est, sur un engin explosif artisanal, au moment où ils se rendaient en urgence à Pama (100 km de Fada N'Gourma), dont le poste de gendarmerie venait d'être attaqué par des hommes armés.
Dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 septembre dernier, deux attaques terroristes ont été perpétrées dans les villages de Diabiga à 60 km de Pama et Kompienbiga (15 kilomètres de Pama) relevant de la province de Kompienga, région de l'Est. Cette double attaque «perpétrée contre des civils a coûté la vie à huit personnes.
En octobre, au moins six policiers ont trouvé la mort dans l'explosion d'un engin artisanal à Sollé, au nord du pays, près de la frontière malienne.
La capitale Ouagadougou a été frappée par trois attaques qui ont fait au total près de 60 morts. La dernière a été perpétrée en mars dernier. Elle a ciblé l'état-major des armées et l'ambassade de France». Les attaques attribuées aux groupes terroristes ont fait plus de 270 morts depuis 2015 dans l'ensemble du pays. Un trop lourd bilan pour ce pays pauvre de l'Afrique de l'Ouest.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.