L'argent pillé sera récupéré    SESSION EXTRAORDINAIRE DU CC DU FLN : L'élection d'un nouveau SG reportée    ANCIEN LEADER DU FIS DISSOUS : Abassi Madani n'est plus    SELON ABDELAZIZ RAHABI : La transition a toutes les chances de ne pas aboutir    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les Kouninef placés sous mandat de dépôt    ORAN : 2000 logements AADL, distribués en juin prochain    INFRACTION A LA REGLEMENTATION DES CHANGES : La Cour suprême ressuscite le dossier Chakib Khellil    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    MAISON D'ACCUEIL DES CANCEREUX : L'inauguration attendue au mois de Ramadhan    Belfodil dans l'équipe type de la 30e journée    Ll'Algérie se plus chère sélection africaine présente en phase finale    L'AG élective début mai, dépôt de candidatures à partir de mardi    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Les Belouizdadis visent la finale    Mellal, en "président" populaire du MCO    Mahrez veut partir,Guardiola dit non !    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Washington menace ses alliés    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Qui veut enflammer la Kabylie ?    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    Tabbou fidèle à ses positions    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Le parcours de la 5e édition détaillé    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Farid Ferragui à la rencontre « Paroles aux artistes » : « J'ai chanté l'amour, mais avec dignité »
Publié dans El Watan le 13 - 12 - 2009

Farid Ferragui s'est confié, jeudi dernier, à ceux qui l'adulent et l'écoutent régulièrement. Il animera deux spectacles, les 25 et 26 décembre, à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou
Souriant mais pas triste comme on l'a souvent imaginé en écoutant ses textes, Farid Ferragui était, jeudi dernier, l'invité de la rencontre « Parole aux artistes » qu'anime, chaque mois, Slimane Belharet à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. Sans détours et sans complexe, l'artiste a répondu aux questions de ses fans venus très nombreux voir leur idole. Paressant de très bonne humeur, Ferragui s'est confié à ceux qui l'adulent et l'écoutent régulièrement, dont la quasi-totalité est composée de jeunes. De prime abord, il a décortiqué son œuvre, mettant en relief les différentes phases de son parcours. « Nous avons réussi, avec le temps, à surmonter progressivement plusieurs tabous, mais tout en gardant toujours l'originalité de nos traditions », a-t-il fait remarquer, allusion faite, sans nul doute, à ses chansons d'amour qui ont enchanté les cœurs. « Oui, j'ai chanté l'amour, mais avec dignité », a-t-il déclaré.
Pour l'enfant de Tizi Gheniff, ce sentiment d'affection et d'attachement envers un être pousse ceux qui le ressentent à rechercher l'approche de cet amour. Autrement dit, estime-t-il, ni les tempêtes ni les aléas de la vie ne peuvent ébranler l'amour qui nous renvoie, dans la plupart du temps, à un profond sentiment de tendresse envers une personne. Tel un psychanalyste, Farid Ferragui lève le voile sur les myriades qui entourent notre société. « La manière la plus profonde de sentir son attachement à quelqu'un, c'est quand on en souffre », a-t-il expliqué à l'un de ses fans. Il le ressent et il l'a souvent dit dans ses textes, notamment dans Win sinan thayri theshel, Thuderth nethmara, Moquelegh gher defir et A Youl saou nif. En somme, l'amour intervient comme un facteur majeur dans les relations sociales. L'art est d'ailleurs un moyen privilégié pour exprimer ce sentiment qui est devenu l'un des thèmes les plus courants, particulièrement chez les chanteurs, a-t-il laissé entendre.
« L'amour ne nécessite pas des moyens matériels. Il doit seulement être basé sur la sincérité, et le reste viendra dans une relation saine », a-t-il ajouté. L'invité de la rencontre « Parole aux artistes » a relevé aussi que dans ses albums, il n'a pas omis de chanter sur la séparation, comme il a donné une haute considération dans ses chansons à la femme et dans, entre autres, Levha, Téléphone, Rouh dayen, A yelli ainsi que Astane d'goukham la thestrou. Toutefois, durant sa carrière, Farid ne s'est pas limité seulement à des chansons d'amour. Il a chanté la revendication identitaire, les conditions sociales où se morfondent les Algériens, comme il a également rendu hommage à plusieurs hommes ayant marqué de leur empreinte l'histoire de notre pays.
Ainsi donc, si l'amour se taille la part du lion dans les mélodies de l'artiste, d'autres thèmes y ont été traités d'une façon philosophique par Farid Ferragui, comme Akal d'uzar, Ameksa et Thavrast et Imedhbrane, des textes raffinés pleins de sens. Aussi, dans sa chanson Khas aka themouthedh, il a revisité Matoub Lounès, l'un des symboles de la chanson kabyle assassiné en 1998. Dans le volet projet, notons que Farid Ferragui prépare, d'ores et déjà, un nouvel album, qui sera probablement sur le marché en mars prochain, a-t-il affirmé. D'ici là et pour l'heure, il anime des spectacles en Algérie et en France. Il sera à l'affiche, les 25 et 26 décembre, à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. Un rendez-vous à ne pas rater.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.