Abdallah Djaballah appelle au boycott des produits français    Trois anciens walis dans la tourmente    Les délires d'un haineux    Le Mouloudia se neutralise en amical avec les U20 (3-3)    Anthar Yahia satisfait des conditions du stage à Mostaganem    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Benbouzid ne cache plus ses inquiétudes    Plusieurs projets de raccordement au gaz et à l'électricité    Bordj Bou Arréridj : La SDE revient à la charge    Le projet de l'amendement constitutionnel "un défi dicté par les aspirations du peuple''    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Le projet accorde un "privilège constitutionnel" aux communes manquant de sources de financement    Convalescence    PSG: Mahrez ouvre la porte à Leonardo !    Suivre les consignes ou se tirer !    Samir Karim Chaouche nouveau président    GEST-IMMO (AADL) : Prestataire de service ou coquille vide ?    L'Algérie réitère son soutien "inconditionnel" à la cause palestinienne    Regagner sa position    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Bibliothèque principale de lecture publique «Assia Djebar» à Tipasa : «Nous remercions Mme Sebbah Saâdia pour avoir fait aimer le livre à nos enfants»    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    10 décès et 250 nouveaux cas    Ni détecteur de température ni gel désinfectant    Exercice de simulation d'un séisme    Novembre qui rassemble, Novembre qui divise    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    L'élection présidentielle anticipée fixée au 10 janvier    L'Ethiopie dénonce des "menaces belliqueuses" de Trump    Le Soudan se rapproche d'Israël    La passion retrouvée    Les conséquences de la consommation des farines raffinées    Le foncier industriel sous la loupe    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Et l'ennui naquit à l'université !    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Nouveaux bacheliers: Début des préinscriptions    L'ISSUE DES BRAVADES    Dernière ligne droite du mercato estival    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malgré les promesses du P/APC de Blida : Les bibliothèques continuent à faire défaut
Publié dans El Watan le 31 - 12 - 2009

Le projet de réalisation de la grande bibliothèque de la ville des Roses piétine depuis une dizaine d'années.
La wilaya de Blida, connue aussi pour être une importante « métropole » comptant plus d'un million d'habitants, demeure paradoxalement dépourvue, au niveau de ses 25 communes, de bibliothèques dignes de ce nom. Le projet présidentiel relatif à la construction d'une bibliothèque dans chaque commune semble ne pas concerner encore cette wilaya, pourtant réputée pour son pôle universitaire, entre autres. La Bibliothèque nationale d'El Hamma (BN) devait ouvrir, il y a quelques années, son annexe de Blida, mais ce projet est tombé à l'eau suite, apprend-on, à un manque de concertation entre les autorités locales de la wilaya de Blida et la BN. Le projet concernant la réalisation de la grande bibliothèque de la ville des Roses, au niveau du quartier de Bab Dzaïr, piétine quant à lui depuis une dizaine d'années, tout en consommant, malheureusement, des sommes colossales de l'argent du contribuable, sans qu'il soit pour autant achevé dans les délais prévus.
Ce projet demeure à ce jour un chantier « éternellement » ouvert. Au demeurant, la seule bibliothèque municipale de Blida qui existait depuis plusieurs décennies, baptisée au nom du musicien Dahmane Ben Achour, a été fermée au public depuis plus de cinq ans, suite à des rapports d'expertise ayant établi que l'infrastructure était dans un état de délabrement avancé. Il y a à peine une année, le P/APC de Blida a annoncé à la presse que sa commune allait bénéficier d'une nouvelle bibliothèque communale, au plus tard le mois de juin 2009 (voir El Watan du 6 janvier 2009). A l'époque, le maire a choisi l'ancien siège des activités sociales et médicales de l'ex-Sempac, situé en plein centre de Blida (boulevard El Aïchi), pour accueillir cet espace dédié à la lecture et au savoir. Il avait alors annoncé que des travaux de réfection et d'aménagement allaient immédiatement être concrétisés au niveau de la bâtisse en question.
Le maire, qui donnait l'air d'être sûr de lui quant à la concrétisation de ce projet, avait même fait entendre qu'il bénéficiait du soutien du wali de Blida, afin de mieux réaliser ce projet dans les délais prévus. « J'ai formulé une demande au wali de Blida pour que la bâtisse en question soit reconvertie en bibliothèque, chose que le wali a trouvé intéressante et a donné automatiquement une suite favorable à ce projet », a-t-il dit. Cette nouvelle, au demeurant très rassurante, avait été accueillie avec joie par les amoureux de la lecture, notamment les étudiants, les lycéens et même les retraités, mais depuis, plus rien… Heureusement que certaines maisons de jeunes essayent de combler ce vide, en consacrant une partie de leur espace à la lecture, en attendant que la ville des Roses ait enfin sa bibliothèque communale.
« Nous avons une capacité d'accueil de 120 places au niveau de notre bibliothèque, alors que le nombre d'adhérents y dépasse les 1000. Avec près de 10 000 ouvrages, nous n'arrivons toujours pas à satisfaire toutes les demandes. Nous signalons aussi le manque flagrant en titres très demandés et personne ne veut nous aider dans ce sens », nous dira M. Fedhloune, directeur de la médiathèque des Rosiers qui jouxte une cité universitaire. Pendant ce temps, plusieurs habitants de la ville des Roses demeurent privés de la possibilité de vivre leur passion pour la lecture dans des espaces appropriés. Des « amoureux » des livres craignent surtout pour les précieux ouvrages qui constituent un véritable « trésor documentaire » datant de plusieurs décennies et qui sont mal conservés au niveau de l'ex-bibliothèque communale de Blida.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.