Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Recrudescence des atteintes à la liberté d'expression en Algérie
Publié dans El Watan le 22 - 10 - 2015

Avant-hier, une militante de Laddh, Zoulikha Belarbi, a été arrêtée puis placée sous contrôle judiciaire. Son seul tort est d'avoir publié une photo du chef de l'Etat habillé en sultan. Une semaine auparavant, les autorités ferment la chaîne El Watan-TV, à laquelle on reproche le fait d'avoir servi de tribune à l'ancien émir de l'AIS, Madani Mezrag quia menacé le président Bouteflika. Dans la foulée, les forces de sécurité n'ont pas hésité à passer les journalistes de la dite chaîne à tabac.
Les exemples traitant des atteintes à la liberté d'expression sont légion en Algérie. Hassan Bouras, journaliste de la chaîne El Magharbia est incarcéré à la prison d'El Bayadh depuis le 3 octobre dernier. Accusé d'«outrage à corps constitué» et d'« incitation des citoyens à s'armer contre l'autorité de l'Etat», il risque une lourde peine de prison.
Plusieurs autres journalistes, notamment les correspondants, vivent au rythme des intimidations policières et judiciaires. C'est le cas de Rabah Karèche, correspondant du quotidien Liberté à Tamanrasset, poursuivi pour diffamation par l'Entreprise national d'exploitation des mines d'or (ENOR). Les ennuies du journaliste ont commencé après la publication, en juin dernier, d'un article qui a révélé le décès de 7 travailleurs de l'Enor, qui seraient empoisonnés au cyanure. Il comparaîtra devant le juge le 26 octobre prochain comme accusé. Mais il demeure confiant : « J'ai les témoignages et les documents attestant de la véracité de mes informations ». Pour lui, « le recours à la justice est devenu un moyen pour intimider les journalistes qui abordent les sujets tabous ».
Dans ce contexte marqué par l'aggravation des atteintes à la liberté d'expression, les pouvoirs publics trouvent encore des mots pour parler de professionnalisation de la presse et du respect des règles de la déontologie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.