Présidentielle du 12 décembre: Taux de participation global de 39,93%    Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malaise à l'université
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2015

Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) a entamé, hier, une grève de trois jours. Les structures universitaires de la capitale n'indiquent pas une grande mobilisation syndicale, ce qui confirme clairement que le syndicat a perdu ses fiefs qu'étaient l'Université des sciences et technologies Houari Boumediène de Bab Ezzouar (USTHB) et l'université d'Alger. Le CNES se félicite par contre d'«un suivi assez important dans le reste du pays». Selon le secrétaire général du CNES, M. Rahmani, le taux de suivi est autour de 75% au niveau national. Les plus hauts taux sont enregistrés dans les universités du Sud et des Hauts-Plateaux où, dans certaines structures, il a atteint les 100%, selon le CNES.
Une virée dans les campus d'Alger permet de constater une présence policière impressionnante, mais une activité normale des enseignants et de leurs élèves. «Nous avons eu nos cours sans aucune perturbation», affirment tous les étudiants interrogés. L'accès à l'enceinte universitaire demeure interdit. Pas de piquet de grève ni de banderole à l'université Alger 1 abritant les facultés de sciences de la nature, sciences de la matière, mathématiques, informatique et architecture. La fac centrale d'Alger semble rompre définitivement avec les mouvements de protestation et de revendication qui l'ont caractérisée durant des décennies.
La cause est toute simple : «La plupart des enseignants sont des vacataires, donc payés à l'heure et ont la crainte d'être écartés à la moindre absence pour grève.» Le CNES, qui reconnaît qu'il «n'a plus le monopole» avec la reconfiguration du paysage syndical due essentiellement à l'émiettement des syndicats et aux manœuvres de l'administration, accorde plus d'importance au «cri d'alarme» lancé par les enseignants à l'adresse des pouvoirs publics, mais aussi à l'opinion pour dire «halte aux discours anesthésiants et aux mots soyeux» qui visent, selon le CNES, à maintenir la léthargie dans laquelle baigne le secteur.
«L'université va mal et il faut que tout le monde s'implique pour sauver ce qui peut l'être», lance le CNES, qui compte sur l'adhésion enregistrée à travers les 47 sections pour sensibiliser aux préoccupations des enseignants. «Quand 80% des enseignants universitaires sont payés entre 45 000 et 60 000 DA, c'est que l'université va très mal», dénonce le syndicat, qui veut également attirer l'attention sur l'importance des effectifs d'étudiants face au manque d'enseignants : 55 000 professeurs d'unversité pour 1,5 million d'étudiants, affirme le secrétaire général du CNES. Outre la détérioration du pouvoir d'achat, le syndicat interpelle également les pouvoirs publics pour un débat général sur l'université.
Autres revendications du CNES : une rupture avec la désignation administrative des recteurs et chefs d'établissement et «l'introduction des pratiques démocratiques pour l'élection de ces responsables». A souligner que le ministère de l'Enseignement supérieur a annoncé, hier, une rencontre avec les partenaires sociaux fin décembre, et ce, «pour la prise en charge des préoccupations de la communauté universitaire», explique une source du ministère reprise par l'APS.
La rencontre verra la participation de représentants de la commission des syndicats des enseignants et de la commission des organisations estudiantines agréées. La mise en place de ces deux commissions avait été décidée au terme des rencontres, en septembre, du ministre de l'Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, avec les partenaires sociaux. Le CNES précise qu'aucune invitation officielle ne lui a été adressée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.