Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malaise à l'université
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2015

Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) a entamé, hier, une grève de trois jours. Les structures universitaires de la capitale n'indiquent pas une grande mobilisation syndicale, ce qui confirme clairement que le syndicat a perdu ses fiefs qu'étaient l'Université des sciences et technologies Houari Boumediène de Bab Ezzouar (USTHB) et l'université d'Alger. Le CNES se félicite par contre d'«un suivi assez important dans le reste du pays». Selon le secrétaire général du CNES, M. Rahmani, le taux de suivi est autour de 75% au niveau national. Les plus hauts taux sont enregistrés dans les universités du Sud et des Hauts-Plateaux où, dans certaines structures, il a atteint les 100%, selon le CNES.
Une virée dans les campus d'Alger permet de constater une présence policière impressionnante, mais une activité normale des enseignants et de leurs élèves. «Nous avons eu nos cours sans aucune perturbation», affirment tous les étudiants interrogés. L'accès à l'enceinte universitaire demeure interdit. Pas de piquet de grève ni de banderole à l'université Alger 1 abritant les facultés de sciences de la nature, sciences de la matière, mathématiques, informatique et architecture. La fac centrale d'Alger semble rompre définitivement avec les mouvements de protestation et de revendication qui l'ont caractérisée durant des décennies.
La cause est toute simple : «La plupart des enseignants sont des vacataires, donc payés à l'heure et ont la crainte d'être écartés à la moindre absence pour grève.» Le CNES, qui reconnaît qu'il «n'a plus le monopole» avec la reconfiguration du paysage syndical due essentiellement à l'émiettement des syndicats et aux manœuvres de l'administration, accorde plus d'importance au «cri d'alarme» lancé par les enseignants à l'adresse des pouvoirs publics, mais aussi à l'opinion pour dire «halte aux discours anesthésiants et aux mots soyeux» qui visent, selon le CNES, à maintenir la léthargie dans laquelle baigne le secteur.
«L'université va mal et il faut que tout le monde s'implique pour sauver ce qui peut l'être», lance le CNES, qui compte sur l'adhésion enregistrée à travers les 47 sections pour sensibiliser aux préoccupations des enseignants. «Quand 80% des enseignants universitaires sont payés entre 45 000 et 60 000 DA, c'est que l'université va très mal», dénonce le syndicat, qui veut également attirer l'attention sur l'importance des effectifs d'étudiants face au manque d'enseignants : 55 000 professeurs d'unversité pour 1,5 million d'étudiants, affirme le secrétaire général du CNES. Outre la détérioration du pouvoir d'achat, le syndicat interpelle également les pouvoirs publics pour un débat général sur l'université.
Autres revendications du CNES : une rupture avec la désignation administrative des recteurs et chefs d'établissement et «l'introduction des pratiques démocratiques pour l'élection de ces responsables». A souligner que le ministère de l'Enseignement supérieur a annoncé, hier, une rencontre avec les partenaires sociaux fin décembre, et ce, «pour la prise en charge des préoccupations de la communauté universitaire», explique une source du ministère reprise par l'APS.
La rencontre verra la participation de représentants de la commission des syndicats des enseignants et de la commission des organisations estudiantines agréées. La mise en place de ces deux commissions avait été décidée au terme des rencontres, en septembre, du ministre de l'Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, avec les partenaires sociaux. Le CNES précise qu'aucune invitation officielle ne lui a été adressée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.