Procès Khaled Drareni au tribunal de Sidi M'hamed : «Je n'ai fait que mon métier de journaliste»    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Le général Gouasmia nouveau commandant de la gendarmerie nationale    LE SOIR D'ALGERIE FÊTE SES 30 ANS    La chambre d'accusation statuera demain    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    10 000 da d'amende pour les 40 participants à une excursion en mer    Ce qui pousse des citoyens à braver l'interdit !    Réouverture progressive des mosquées et des plages    8 décès et 507 nouveaux cas en 24 heures    Accident de la route : 23 morts et 1311 blessés en une semaine    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    Draoui, Bouguelmouna et Ferhani partants    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement supérieur
Grève le 26 janvier
Publié dans El Watan le 18 - 01 - 2006

Le CNES, le syndicat des enseignants du supérieur, compte paralyser les universités du pays pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur le marasme qui règne dans les facultés. Dans un communiqué rendu public hier, ses responsables ont annoncé leur décision d'observer une journée de grève mardi prochain. Cette décision a été prise par le conseil national qui s'est réuni en décembre 2005.
Une réunion à l'issue de laquelle le CNES a adopté aussi un « programme d'action nationale pour l'année universitaire 2005-2006 ». Durant la journée du débrayage, les enseignants de l'USTHB sont appelés à observer un piquet de grève à 8h et à assister aux travaux d'une assemblée générale. Les enseignants des huit facultés de l'USTHB sont également invités à se prononcer sur une proposition préconisant la tenue d'une semaine de grève du 25 février au 2 mars. L'on indique qu'il est possible aussi que le CNES opte pour une grève ouverte au mois de mai dans le cas où la tutelle ne répondrait pas favorablement à ses doléances. La situation à laquelle est arrivée l'université algérienne, de l'avis du CNES, ne permet pas de former les cadres dont le pays a besoin, encore moins de fournir l'élite de demain. « Aucun redressement du pays ne peut être sérieusement envisagé sans un redressement de l'université algérienne et du système éducatif dans sa globalité. Nous ne pouvons pas nous comporter en simples spectateurs. Nous devons agir et réagir car notre responsabilité et notre dignité sont pleinement engagées », dira M. Cherbal, responsable au niveau du CNES. Ce dernier a indiqué que la commission mixte regroupant les responsables du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et ceux du CNES, qui devait finaliser un projet de statut de l'enseignant-chercheur, a buté sur le refus des pouvoirs publics de discuter la grille des salaires proposée par le syndicat CNES. Selon notre interlocuteur, le statut général de la Fonction publique, qui devait être débattu à la session d'automne à l'APN, est renvoyé, une fois de plus, aux calendes grecques. Les autres points figurant dans la plateforme de revendications nationales du CNES n'ont connus aucune avancée, à l'instar du problème du logement qui est toujours posé d'une façon cruciale, ajoute-t-on. « Nous nous retrouvons (...) dans la même situation qu'en 1996 (...). Le droit syndical et le droit de grève sont remis en cause (...) », s'insurgent les représentants du CNES. Ces derniers ont, en outre, dressé un tableau peu reluisant de la situation qui prévaut au sein de l'université. Ils citeront, entre autres, la gestion opaque et clientéliste des stages et des bourses de formation à l'étranger, la marginalisation du corps enseignant, l'absence d'une politique claire et rationnelle de formation et l'absence de transparence dans le recrutement d'enseignants.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.