Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement supérieur
Grève le 26 janvier
Publié dans El Watan le 18 - 01 - 2006

Le CNES, le syndicat des enseignants du supérieur, compte paralyser les universités du pays pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur le marasme qui règne dans les facultés. Dans un communiqué rendu public hier, ses responsables ont annoncé leur décision d'observer une journée de grève mardi prochain. Cette décision a été prise par le conseil national qui s'est réuni en décembre 2005.
Une réunion à l'issue de laquelle le CNES a adopté aussi un « programme d'action nationale pour l'année universitaire 2005-2006 ». Durant la journée du débrayage, les enseignants de l'USTHB sont appelés à observer un piquet de grève à 8h et à assister aux travaux d'une assemblée générale. Les enseignants des huit facultés de l'USTHB sont également invités à se prononcer sur une proposition préconisant la tenue d'une semaine de grève du 25 février au 2 mars. L'on indique qu'il est possible aussi que le CNES opte pour une grève ouverte au mois de mai dans le cas où la tutelle ne répondrait pas favorablement à ses doléances. La situation à laquelle est arrivée l'université algérienne, de l'avis du CNES, ne permet pas de former les cadres dont le pays a besoin, encore moins de fournir l'élite de demain. « Aucun redressement du pays ne peut être sérieusement envisagé sans un redressement de l'université algérienne et du système éducatif dans sa globalité. Nous ne pouvons pas nous comporter en simples spectateurs. Nous devons agir et réagir car notre responsabilité et notre dignité sont pleinement engagées », dira M. Cherbal, responsable au niveau du CNES. Ce dernier a indiqué que la commission mixte regroupant les responsables du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et ceux du CNES, qui devait finaliser un projet de statut de l'enseignant-chercheur, a buté sur le refus des pouvoirs publics de discuter la grille des salaires proposée par le syndicat CNES. Selon notre interlocuteur, le statut général de la Fonction publique, qui devait être débattu à la session d'automne à l'APN, est renvoyé, une fois de plus, aux calendes grecques. Les autres points figurant dans la plateforme de revendications nationales du CNES n'ont connus aucune avancée, à l'instar du problème du logement qui est toujours posé d'une façon cruciale, ajoute-t-on. « Nous nous retrouvons (...) dans la même situation qu'en 1996 (...). Le droit syndical et le droit de grève sont remis en cause (...) », s'insurgent les représentants du CNES. Ces derniers ont, en outre, dressé un tableau peu reluisant de la situation qui prévaut au sein de l'université. Ils citeront, entre autres, la gestion opaque et clientéliste des stages et des bourses de formation à l'étranger, la marginalisation du corps enseignant, l'absence d'une politique claire et rationnelle de formation et l'absence de transparence dans le recrutement d'enseignants.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.