Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des centaines de revolvers saisis à Misrata : La Libye inondée d'armes turques
Publié dans El Watan le 09 - 01 - 2019

Malgré l'imposition par l'ONU, depuis 2011, d'un embargo sur les armes, la Libye continue d'être inondée d'armes de guerre.
Les experts onusiens signalent que de nombreuses livraisons d'armes à des factions libyennes viennent du Soudan, d'Egypte, de Turquie ou des Emirats arabes unis. Les autorités libyennes ont encore saisi lundi, dans le port de la ville de Misrata, un conteneur comprenant plus de 20 000 armes à feu en provenance de Turquie.
Cette prise intervient quelques semaines après la saisie, dans le port de la ville de Khoms, dans l'ouest du pays, d'une importante quantité d'armes provenant également de Turquie.
En septembre 2015, la marine grecque avait intercepté un navire turc chargé d'armes et de munitions, qui avait mis le cap sur la Libye. En juin de l'année suivante, des agences de renseignements européennes avaient en outre lancé une recherche en Méditerranée, pour la localisation d'un navire-cargo battant pavillon turc, qui transportait des armes pour les combattants de l'Etat islamique en Libye.
Face à l'évolution de la situation, la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) a annoncé, fin décembre 2018, qu'un groupe d'experts onusiens allait enquêter sur ce trafic d'armes. «Les rapports faisant état d'importantes cargaisons d'armes arrivant sur des côtes libyennes sont extrêmement déconcertants», ont regretté les responsables de la Manul.
Les autorités libyennes de Tripoli ont, de leur côté, ordonné l'ouverture d'une enquête approfondie sur ce trafic et annoncé qu'elles contacteraient les autorités turques pour clarifier les circonstances. Mais depuis, rien.
En revanche, le gouvernement parallèle de l'est du pays s'est montré plus offensif sur cette question de trafic d'armes. Il n'a pas hésité à nommer les parties qui, selon lui, sont derrière ce trafic. Le commandant en chef de l'armée libyenne, le maréchal Khalifa Haftar, ne cesse d'accuser nommément, depuis 2014, la Turquie et son allié régional, le Qatar, de s'ingérer dans les affaires internes de la Libye et d'inonder le pays d'armes afin de renforcer les milices islamistes et les groupes terroristes locaux.
Ces tentatives d'introduction d'importantes quantités d'armes sur le territoire libyen interviennent au moment où l'ONU tente désespérément de relancer le processus de règlement de la crise afin de permettre aux Libyens de retrouver le chemin des urnes.
Mais la tâche s'annonce difficile. En plus des nombreuses divergences opposant Tripoli et Tobrouk et le poids des milices, ce processus de réconciliation interlibyens est contrarié par la dégradation de la situation sécuritaire dans plusieurs régions du pays.
Le ministre de l'Intérieur du gouvernement d'union nationale (GNA) a admis à ce propos, le 25 décembre dernier, l'existence d'un «chaos sécuritaire» dans son pays qui reste, selon lui, un «terrain fertile» pour Daech. «La situation de sécurité est bonne en apparence, mais en réalité elle ne l'est pas», a avoué Fathi Bach Agha, lors d'une conférence de presse avec le chef de la diplomatie, Tahar Siala, quelques heures après une attaque terroriste contre le ministère des Affaires étrangères.
Ce «chaos (…) est hors de notre contrôle», a-t-il dit, avouant ainsi la faiblesse du GNA face aux groupes armés qui font la loi dans tout le pays, en particulier dans la capitale Tripoli. M. Bach Agha a déploré en outre le manque de moyens, affirmant avoir trouvé «zéro arme, zéro véhicule» dans les dépôts de son ministère à sa prise de fonction, en octobre 2018.
Le ministre libyen des Affaires étrangères, M. Siala, avait «renouvelé de son côté» l'appel du GNA à une levée partielle de l'embargo sur les armes imposé par l'ONU à son pays depuis 2011.
«La stabilité ne peut pas être rétablie (…) sans une levée partielle de l'embargo pour assurer la sécurité et combattre le terrorisme», a-t-il soutenu. Mais depuis, rien n'a bougé aussi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.