REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des centaines de revolvers saisis à Misrata : La Libye inondée d'armes turques
Publié dans El Watan le 09 - 01 - 2019

Malgré l'imposition par l'ONU, depuis 2011, d'un embargo sur les armes, la Libye continue d'être inondée d'armes de guerre.
Les experts onusiens signalent que de nombreuses livraisons d'armes à des factions libyennes viennent du Soudan, d'Egypte, de Turquie ou des Emirats arabes unis. Les autorités libyennes ont encore saisi lundi, dans le port de la ville de Misrata, un conteneur comprenant plus de 20 000 armes à feu en provenance de Turquie.
Cette prise intervient quelques semaines après la saisie, dans le port de la ville de Khoms, dans l'ouest du pays, d'une importante quantité d'armes provenant également de Turquie.
En septembre 2015, la marine grecque avait intercepté un navire turc chargé d'armes et de munitions, qui avait mis le cap sur la Libye. En juin de l'année suivante, des agences de renseignements européennes avaient en outre lancé une recherche en Méditerranée, pour la localisation d'un navire-cargo battant pavillon turc, qui transportait des armes pour les combattants de l'Etat islamique en Libye.
Face à l'évolution de la situation, la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) a annoncé, fin décembre 2018, qu'un groupe d'experts onusiens allait enquêter sur ce trafic d'armes. «Les rapports faisant état d'importantes cargaisons d'armes arrivant sur des côtes libyennes sont extrêmement déconcertants», ont regretté les responsables de la Manul.
Les autorités libyennes de Tripoli ont, de leur côté, ordonné l'ouverture d'une enquête approfondie sur ce trafic et annoncé qu'elles contacteraient les autorités turques pour clarifier les circonstances. Mais depuis, rien.
En revanche, le gouvernement parallèle de l'est du pays s'est montré plus offensif sur cette question de trafic d'armes. Il n'a pas hésité à nommer les parties qui, selon lui, sont derrière ce trafic. Le commandant en chef de l'armée libyenne, le maréchal Khalifa Haftar, ne cesse d'accuser nommément, depuis 2014, la Turquie et son allié régional, le Qatar, de s'ingérer dans les affaires internes de la Libye et d'inonder le pays d'armes afin de renforcer les milices islamistes et les groupes terroristes locaux.
Ces tentatives d'introduction d'importantes quantités d'armes sur le territoire libyen interviennent au moment où l'ONU tente désespérément de relancer le processus de règlement de la crise afin de permettre aux Libyens de retrouver le chemin des urnes.
Mais la tâche s'annonce difficile. En plus des nombreuses divergences opposant Tripoli et Tobrouk et le poids des milices, ce processus de réconciliation interlibyens est contrarié par la dégradation de la situation sécuritaire dans plusieurs régions du pays.
Le ministre de l'Intérieur du gouvernement d'union nationale (GNA) a admis à ce propos, le 25 décembre dernier, l'existence d'un «chaos sécuritaire» dans son pays qui reste, selon lui, un «terrain fertile» pour Daech. «La situation de sécurité est bonne en apparence, mais en réalité elle ne l'est pas», a avoué Fathi Bach Agha, lors d'une conférence de presse avec le chef de la diplomatie, Tahar Siala, quelques heures après une attaque terroriste contre le ministère des Affaires étrangères.
Ce «chaos (…) est hors de notre contrôle», a-t-il dit, avouant ainsi la faiblesse du GNA face aux groupes armés qui font la loi dans tout le pays, en particulier dans la capitale Tripoli. M. Bach Agha a déploré en outre le manque de moyens, affirmant avoir trouvé «zéro arme, zéro véhicule» dans les dépôts de son ministère à sa prise de fonction, en octobre 2018.
Le ministre libyen des Affaires étrangères, M. Siala, avait «renouvelé de son côté» l'appel du GNA à une levée partielle de l'embargo sur les armes imposé par l'ONU à son pays depuis 2011.
«La stabilité ne peut pas être rétablie (…) sans une levée partielle de l'embargo pour assurer la sécurité et combattre le terrorisme», a-t-il soutenu. Mais depuis, rien n'a bougé aussi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.