Touggourt/campagne labours-semailles: plus de 200 ha consacrés à la céréaliculture    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Une sérieuse alerte    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Grande Mosquée d'Alger : Forcing des autorités, réserves des experts
Publié dans El Watan le 17 - 05 - 2016

La construction de la Grande Mosquée d'Alger continue de faire polémique entre le maître de l'ouvrage, le ministère de l'Habitat, et des experts en risques majeurs qui ne cessent d'exprimer leurs craintes de voir l'édifice s'effondrer en cas de séisme de forte magnitude, en raison d'une étude technique «assez faible» pour prendre en charge les risques auxquels est confronté le site. Pour sa part, le ministère a opposé un niet à nos sollicitations pour avoir sa version des faits.
Lancés en 2012, au moment où les revenus pétroliers explosaient, les travaux de réalisation de ce complexe religieux, confiés à la société chinoise China State Construction Engineering Corporation (CSCEC), devaient être achevés en 2016, mais des problèmes ont surgi. Le bureau d'études en charge du suivi technique, le groupement allemand KSP Jürgen Engel Architekten et Krebs und Kiefer, après avoir été confronté à des obstacles et des retards, a fini par être écarté en octobre 2015.
Habituellement très discrets, les Allemands ont rompu le silence en s'exprimant publiquement à propos de leur éjection du projet. Leur mission était de s'assurer de la qualité technique liée à la sécurité de l'ouvrage et de l'aspect architectural. «C'est durant cette phase que les problèmes ont vraiment commencé. Nous avons vu que la qualité et l'organisation de l'entreprise chinoise n'étaient pas à la hauteur des attentes.
(…) Nous sommes allés bien au-delà de ce qui se fait normalement dans un processus d'approbation de plans d'atelier et nous avons assisté activement les Chinois dans la production de leurs plans. (…) Les plans contenaient beaucoup d'erreurs et parfois n'étaient même pas finis ; certains ne contenaient que la moitié des informations requises, nous étions dans l'obligation de les rejeter. Cela a été perçu comme une sorte de frein sur le projet.
On nous a rendus responsables de ce retard, mais son origine provient du travail de l'entreprise chinoise.» Un retard qui sera utilisé comme argument pour rompre le contrat avec le groupement allemand et le confier, de gré à gré, au bureau d'études français EGIS. Parallèlement, le débat fait polémique chez les experts qui reprochent au maître de l'ouvrage d'avoir opté pour un site hautement sismique, présentant des risques que l'étude technique n'a pas suffisamment traités pour éviter au minaret et à la salle de prière de 150 mètres de côté, sans poteaux intermédiaires, l'effondrement en cas de tremblement de terre majeur. Le maître de l'ouvrage, en l'occurrence le ministère de l'Habitat, ne partage pas cette crainte.
Aussi bien le ministre, Abdelmadjid Tebboune, que son chargé de la communication, Ahmed Madani, n'ont cessé de rassurer l'opinion publique : «La mosquée a été construite selon un système antisismique en mesure d'absorber de fortes secousses telluriques. Il s'agit d'amortisseurs capables d'abaisser la magnitude d'un séisme de 9 à 3,5 sur l'échelle de Richter.» M. Tebboune va même jusqu'à accuser ses détracteurs d'être «des malades qui cassent tout ce qui est algérien.
Selon eux, tout ce qui est beau est mauvais dès lors que c'est fait par des Algériens». Il rassure les Algériens en disant : «C'est le premier édifice depuis l'indépendance où l'on a utilisé les techniques japonaise et allemande d'amortisseurs qui réduisent l'intensité d'un séisme par 5.» Qui croire ? Les experts qui argumentent de manière objective leurs craintes, ou un ministre qui, à défaut d'argument, accuse ses détracteurs d'êtres «des malades» ? En tout cas, le Pr Abdelkrim Chelghoum, expert et président du Club des risques majeurs, ne partage pas la sérénité du gouvernement et exprime une inquiétude clairement affichée (lire l'entretien ci-contre).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.