L'Union européenne se dit "préoccupée"    La direction du RCD chez Tabbou    Un Etat à décongestionner    L'AIE pessimiste pour 2020 et 2021    Ouverture de parcs d'attractions... inexistants    La Palestine accuse Abu Dhabi de trahison    FLN: L'accord de "normalisation" entre les EAU et Israël, un coup dans le dos de la cause palestinienne    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Attia confirme sa candidature    Abeid testé positif à la Covid-19    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Cures thermales, cure corona    15 hectares détruits chaque jour à Tizi Ouzou    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    DimaJazz présent malgré les obstacles    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Rififi chez le Doyen    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Cour de Tiaret : Le président et le procureur général installés    Industrie : L'Eniem augmentera le taux d'intégration d'une gamme de ses produits à 70%    E-learning... l'inévitable saut vers l'école du futur    On vous le dit    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    JSM Béjaïa : Bouledjloud convoque une AG des actionnaires    NC Magra : Le président Bennacer réclame une société nationale    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    UNE DIVISION CERTIFIEE    Bouira: Le procureur général et la présidente de la Cour installés    Entré en service: La wilaya attend beaucoup du 5e boulevard périphérique    Deux blessés dans un accident de la route    Agressions, trafic de drogue et le reste    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Être «Président» !    Signaux d'alarme    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    Sahara occidental: le PAM anéantit à son tour" les illusions" du Maroc    Les donneurs de leçons s'en mêlent !    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rapport inquiétant de l'ONU
Situation sécuritaire au Mali
Publié dans El Watan le 10 - 01 - 2019

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Gueterres, avertit que la présence limitée de l'autorité de l'Etat dans certaines parties du centre et du nord du Mali a continué à laisser la voie libre aux groupes extrémistes violents, qui ont pu y étendre leur influence.
Dans son dernier rapport sur la situation politique et sécuritaire au Mali, rendu public le 7 janvier, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, ne cache pas son inquiétude concernant la situation sécuritaire qui prévaut dans ce pays, faisant pourtant l'objet d'un intérêt particulier de la part de la communauté internationale depuis plusieurs années. Il prévient sans ambages que non seulement les groupes terroristes n'ont pas disparu, mais qu'ils parviennent à reconquérir certaines régions considérées jusque-là comme pacifiées.
«La situation en matière de sécurité est restée très préoccupante (…) et a été marquée par plusieurs attaques complexes perpétrées par des groupes extrémistes violents dans les régions du Centre et du Nord», souligne M. Guterres dans le chapitre 3 de son rapport, dans lequel il décrit les «principaux faits nouveaux en matière de sécurité» survenus au Mali en 2018.
Antonio Guterres accuse en premier lieu le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), dirigé par Iyad Ag Ghali, et l'Etat islamique du Grand Sahara, affilié à Daech, d'avoir été derrière les attaques ayant ciblé la Minusma, les forces de défense et de sécurité maliennes et les forces internationales dans le centre et le nord du Mali, en particulier dans les régions de Tombouctou et de Mopti. La même source relève en outre que «le nombre d'actes d'intimidation, d'enlèvements et d'assassinats ayant ciblé des civils et des membres de groupes armés signataires ont augmenté, surtout dans le centre du pays (…)».
Rien que pour l'année 2018, M. Guterres recense 192 attaques à l'engin explosif improvisé, alors que, fait-il remarquer, il n'y en avait eu que 124 en 2017. Les groupes armés auraient, indique-t-il, mené 64 attaques, dont 35 contre les forces de défense et de sécurité maliennes, 7 contre la Minusma, 2 contre des sous-traitants de la Mission, 16 contre les groupes armés signataires et 1 contre les soldats de l'opération «Barkhane».
Les localités les plus touchées, précise-t-il, ont été les régions de Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka, Ségou et Kayes. «Depuis mon dernier rapport en date, deux soldats de la paix ont été tués et 42 blessés, alors qu'il n'y avait eu aucun mort et seulement 11 blessés au cours de la période précédente. Lors d'une attaque perpétrée à Gao le 12 novembre, 3 sous-traitants de la Minusma ont trouvé la mort et 9 ont été blessés ; 3 civils ont été tués et au moins 30 blessés, dont 12 enfants et 6 femmes», relève avec dépit le secrétaire général de l'ONU, qui précise que les forces maliennes ont été la cible privilégiée des attaques asymétriques.
Les terroristes recrutent
Le responsable de l'ONU mentionne par ailleurs que 5 membres des groupes armés signataires ont été tués dans la région de Ménaka lors d'une série d'affrontements opposant les groupes armés signataires et l'Etat islamique du Grand Sahara. En plus de la menace terroriste, le secrétaire général de l'ONU attire également l'attention sur les violences causées par les conflits intercommunautaires dans lesquels sombre dangereusement le Mali.
Tous ces bilans alarmants ne vont pas sans poser la question de l'efficacité de la stratégie de lutte contre le terrorisme, suivie autant par le Mali que par ses partenaires internationaux, à commencer l'ONU qui dispose dans ce pays d'une force de 11 200 soldats.
Antonio Gueterres avertit à ce propos que «la présence limitée de l'autorité de l'Etat dans certaines parties du centre et du nord du Mali a continué à laisser la voie libre aux groupes extrémistes violents, qui ont pu y étendre leur influence».
Dans la région de Mopti, mentionne-t-il à titre d'exemple, «les groupes armés extrémistes et violents limitent l'accès à la commune de Togueré-Coumbé depuis la mi-octobre, empêchant le ravitaillement de la population». Pis encore, ajoute-t-il, ces groupes terroristes continuent à recruter à tour de bras. Le plus inquiétant c'est que le processus de mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali n'avance pas beaucoup.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.