CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rapport inquiétant de l'ONU
Situation sécuritaire au Mali
Publié dans El Watan le 10 - 01 - 2019

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Gueterres, avertit que la présence limitée de l'autorité de l'Etat dans certaines parties du centre et du nord du Mali a continué à laisser la voie libre aux groupes extrémistes violents, qui ont pu y étendre leur influence.
Dans son dernier rapport sur la situation politique et sécuritaire au Mali, rendu public le 7 janvier, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, ne cache pas son inquiétude concernant la situation sécuritaire qui prévaut dans ce pays, faisant pourtant l'objet d'un intérêt particulier de la part de la communauté internationale depuis plusieurs années. Il prévient sans ambages que non seulement les groupes terroristes n'ont pas disparu, mais qu'ils parviennent à reconquérir certaines régions considérées jusque-là comme pacifiées.
«La situation en matière de sécurité est restée très préoccupante (…) et a été marquée par plusieurs attaques complexes perpétrées par des groupes extrémistes violents dans les régions du Centre et du Nord», souligne M. Guterres dans le chapitre 3 de son rapport, dans lequel il décrit les «principaux faits nouveaux en matière de sécurité» survenus au Mali en 2018.
Antonio Guterres accuse en premier lieu le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), dirigé par Iyad Ag Ghali, et l'Etat islamique du Grand Sahara, affilié à Daech, d'avoir été derrière les attaques ayant ciblé la Minusma, les forces de défense et de sécurité maliennes et les forces internationales dans le centre et le nord du Mali, en particulier dans les régions de Tombouctou et de Mopti. La même source relève en outre que «le nombre d'actes d'intimidation, d'enlèvements et d'assassinats ayant ciblé des civils et des membres de groupes armés signataires ont augmenté, surtout dans le centre du pays (…)».
Rien que pour l'année 2018, M. Guterres recense 192 attaques à l'engin explosif improvisé, alors que, fait-il remarquer, il n'y en avait eu que 124 en 2017. Les groupes armés auraient, indique-t-il, mené 64 attaques, dont 35 contre les forces de défense et de sécurité maliennes, 7 contre la Minusma, 2 contre des sous-traitants de la Mission, 16 contre les groupes armés signataires et 1 contre les soldats de l'opération «Barkhane».
Les localités les plus touchées, précise-t-il, ont été les régions de Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka, Ségou et Kayes. «Depuis mon dernier rapport en date, deux soldats de la paix ont été tués et 42 blessés, alors qu'il n'y avait eu aucun mort et seulement 11 blessés au cours de la période précédente. Lors d'une attaque perpétrée à Gao le 12 novembre, 3 sous-traitants de la Minusma ont trouvé la mort et 9 ont été blessés ; 3 civils ont été tués et au moins 30 blessés, dont 12 enfants et 6 femmes», relève avec dépit le secrétaire général de l'ONU, qui précise que les forces maliennes ont été la cible privilégiée des attaques asymétriques.
Les terroristes recrutent
Le responsable de l'ONU mentionne par ailleurs que 5 membres des groupes armés signataires ont été tués dans la région de Ménaka lors d'une série d'affrontements opposant les groupes armés signataires et l'Etat islamique du Grand Sahara. En plus de la menace terroriste, le secrétaire général de l'ONU attire également l'attention sur les violences causées par les conflits intercommunautaires dans lesquels sombre dangereusement le Mali.
Tous ces bilans alarmants ne vont pas sans poser la question de l'efficacité de la stratégie de lutte contre le terrorisme, suivie autant par le Mali que par ses partenaires internationaux, à commencer l'ONU qui dispose dans ce pays d'une force de 11 200 soldats.
Antonio Gueterres avertit à ce propos que «la présence limitée de l'autorité de l'Etat dans certaines parties du centre et du nord du Mali a continué à laisser la voie libre aux groupes extrémistes violents, qui ont pu y étendre leur influence».
Dans la région de Mopti, mentionne-t-il à titre d'exemple, «les groupes armés extrémistes et violents limitent l'accès à la commune de Togueré-Coumbé depuis la mi-octobre, empêchant le ravitaillement de la population». Pis encore, ajoute-t-il, ces groupes terroristes continuent à recruter à tour de bras. Le plus inquiétant c'est que le processus de mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali n'avance pas beaucoup.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.