LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    LDC : Facile victoire de Chelsea face à Krasnodar    Ligue 1-MCA: "nous avons porté l'affaire de Rooney devant la Justice"    Mawlid Ennabawi-1er Novembre: Sonelgaz met en place un plan spécial pour assurer la continuité de ses services    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Les mines capables de fournir plus de 30 matières premières fondamentales    Tebboune transféré en Allemagne pour des "examens médicaux approfondis"    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Forum de l'Algérie: les citoyens doivent lire le projet d'amendement constitutionnel et exprimer leur opinion en votant    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Ouverture à la circulation automobile du tronçon El-Hamdania-Médéa    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    Taoufik Makhloufi : "Je suis un athlète propre"    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Changement dans la continuité    Toyota en leader dans l'automobile    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Succès annoncé pour le colosse électrique    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    UN COMBAT CONTRE SOI    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La bataille du e-paiement peut commencer
Publié dans El Watan le 12 - 12 - 2016

Selon les chiffres disponibles, on estime, en effet, à 1,4 million les détenteurs de cartes CIB, délivrées par les banques, et entre 6 à 7 les porteurs de cartes délivrées par Algérie Poste.
Ces dernières, qui étaient déjà en vigueur, seront progressivement remplacées par de nouvelles cartes, aux normes EMV, destinées à permettre non seulement le retrait d'argent et le paiement à travers des TPE (terminaux de paiement électronique), mais aussi et surtout le paiement en ligne des factures d'eau, d'électricité et de téléphone. Algérie Poste devrait commencer à les distribuer à partir de la semaine prochaine. L' entreprise publique entend en distribuer par moins de 5 millions dans une première phase et 10 millions dans une seconde phase à l'échéance du premier semestre 2017, avec l'objectif d'arriver à réaliser 1 million de cartes par mois. La migration totale des anciennes cartes vers les nouvelles devrait intervenir vers juin 2017
Avec 19 millions de comptes CCP gérés en 2015 (chiffre ARPT), Algérie Poste a de la marge, surtout quand on sait que pour l'heure le paiement en ligne ne bénéficie pas de l'interbancarité. En d'autres termes, les détenteurs de la carte d'Algérie Poste ne peuvent pas l'utiliser pour payer sur la plate-forme des banques et vice versa. La ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Imane Houda Feraoun, a assuré néanmoins que cette interconnexion «va arriver», sans donner d'échéance précise.
Pour l'heure, le paiement électronique lancé en octobre dernier au profit des détenteurs de cartes CIB évolue doucement.
Crescendo
«Ca monte crescendo», nous a affirmé le président de l'Association des banques et des établissements financiers (ABEF), Boualem Djebbar. Selon lui, «1 million de mots de passe ont été distribués», depuis le début de l'opération. Ces mots de passe servent, rappelons-le, à utiliser la carte CIB pour le paiement en ligne. Une source proche du groupement GIE Monétique, l'organe en charge de la régulation et du développement de la monétique, parle quant à elle de «500 000 à 600 000 mots de passe distribués et entre 60 à 70 transactions par jour». Un responsable de la monétique au sein d'une banque privée évoque pour sa part une forte demande sur les cartes. «Nous avons réalisé en novembre plus que ce nous avons réalisé pendant toute l'année», nous dit-il. Le nombre de cartes distribuées depuis octobre «a été multiplié par dix», précise-t-il encore.
Concurrence
L'engouement existe donc et pourra s'accélérer avec l'entrée en lice d'Algérie Poste. Quand les banques lançaient leur paiement en ligne, AP n'était pas de la partie. A l'époque, on affirmait que ses cartes n'étaient pas aux normes, et précisément la norme EMV, qui est un gage de sécurité. Aujourd'hui, ses cartes sont aux normes et selon des responsables d'Algérie Poste, l'intégration des deux plates-formes serait en cours. Mais d'ici là, la concurrence risque de faire rage. Algérie Poste compte actuellement 5 fois plus de porteurs de cartes que l'ensemble du réseau bancaire, bien qu'il faille attendre quelques mois pour que les 6 millions de cartes actuelles soient remplacées par celles destinées au paiement en ligne.
Le fait qu'Algérie Poste évolue en solo pourrait, au vu de se son potentiel de clients «créer quelques grincements de dents au niveau des banques», estime Younes Grar, expert en TIC et ancien conseiller auprès du ministère des MPTIC. «Avec 6 millions de cartes au départ et 18 millions de porteurs potentiels, si l'opération qu'Algérie Poste vient de lancer est un succès, elle risque de ratisser large et les banques de se retrouver sur la touche», explique-t-il. Et certains banquiers ne manquent pas d'omettre de le souligner. «Le problème, c'est qu'Algérie Poste a un fichier porteur de 6 millions de cartes et a lancé sa propre plate-forme de paiement», commente un responsable de la monétique au sein d'une banque privée. «L'idéal est d'avoir une interbancarité. Force est de constater que pour le moment, ce n'est pas encore le cas.»
Le ministre délégué à l'Economie numérique, Mouatassem Boudiaf, avait déclaré quand il était à la tête du groupement GIE Monétique que le but «n'est pas seulement de distribuer des cartes de paiement et d'installer des TPE, mais l'objectif est d'arriver à générer des transactions». Le groupement en question identifie comme l'une de ses missions «la mise en place d'une monétique nationale complètement interbancaire en associant Algérie Poste». Pour le moment, l'interbancarité n'est pas à son maximum. «Quand il y a de l'interbancarité, les réseaux ne peuvent pas se concurrencer. Ce sont les domiciliations bancaires qui se concurrencent», explique une source bancaire. Sur la voie du e-paiement, la poste et les banques ont pris des chemins différents et pour l'heure se présentent plus comme des concurrents que des partenaires. Mais pour certains observateurs, ce n'est pas plus mal. «En monétique, il faut faire du volume pour que les gens s'approprient la carte et l'utilisent quel que soit le lieu».
L'essentiel est de dépasser la première phase, qui consiste à «délivrer le maximum de cartes au maximum de citoyens, peu importe la plate-forme». Le problème pour ce banquier n'est pas tant l'absence d'interbancarité pour l'instant, mais le fait que les promoteurs du e-paiement aient sauté une étape importante.
«Certes, on réalise le paiement à distance, mais la phase la plus juteuse, ce n'est pas les grands facturiers, c'est le paiement au niveau du commerçant. Or sur cet aspect, on n'a pas fait beaucoup de choses, alors que c'est la phase qui permet de massifier le paiement électronique». Une phase qui ne dépend pas uniquement d'une volonté politique mais également des commerçants et des clients eux-mêmes. Sur près de 3000 TPE installées, à peine 200 génèrent des transactions. La culture du cash, le poids de l'informel, la crainte de la traçabilité, sont autant de facteurs de blocage. Mais pour combien de temps encore ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.