ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    Perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Dziri Billel n'est plus entraineur de l'Usm Alger    Berraf maintient sa démission    Ce qu'il faut savoir    Le prix des masques chirurgicaux flambent    Tebboune appelle à une "extrêmevigilance"    Les avocats continuent de denoncer    Coronavirus en Algérie : L'inquiétude monte à Sétif    ARABIE SAOUDITE : Le président Tebboune en visite d'Etat    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    L'inébranlable détermination des étudiants    Une médaille pour le hirak à Montréal    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tel Aviv et Washington examineront en comité la question des colonies
Publié dans El Watan le 20 - 02 - 2017

«Nous avons convenu de la formation de comités conjoints pour améliorer les relations entre Israël et les Etats-Unis (…) dans un domaine sur lequel nous n'étions pas tombés d'accord jusqu'alors : je veux dire, bien évidemment, les colonies» de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'armée israélienne, a-t-il déclaré. La déclaration du Premier ministre israélien intervient alors que la politique étrangère de la nouvelle administration américaine sur le Moyen-Orient reste confuse.
En accueillant le Premier ministre israélien à Washington, le président américain Donald Trump a affirmé mercredi que la «solution à deux Etats» ne constitue pas la seule possible pour mettre fin au conflit israélo-palestinien. Comme il s'est dit ouvert à des alternatives si elles mènent à la paix. «Je regarde deux Etats et un Etat et si Israël et les Palestiniens sont contents, je suis content avec la solution qu'ils préfèrent. Les deux me conviennent», a indiqué le président américain. Et d'ajouter : «Les Etats-Unis favoriseront la paix et un véritable accord de paix», tout en affirmant qu'il revient aux deux parties de négocier directement. Cependant, il reste évasif sur la façon dont il entendait procéder sur un dossier que ses prédécesseurs ont laissé comme ils l'ont hérité. Et le principe de deux Etats «vivant côte à côte en paix et en sécurité» a été défendu depuis un demi-siècle par tous les présidents américains, démocrates comme républicains. Aussi, il a appelé Tel Aviv à «la retenue» sur la poursuite de la colonisation dans les Territoires palestiniens.
Néanmoins, jeudi, soit une journée après la rencontre entre le président américain et le Premier ministre israélien, l'ambassadrice des Etats-Unis à l'Organisation des Nations unies (ONU), Nikki Haley, a nuancé les déclarations du nouveau locataire de la Maison-Blanche. «Nous soutenons absolument une solution à deux Etats, mais nous songeons aussi à des alternatives», a déclaré Mme Haley. Quant à l'ambassadeur que Donald Trump a nommé en Israël, David Friedman, connu pour ses positions en faveur de la colonisation et hostiles aux Palestiniens, il a reconnu devant le Sénat américain chargé de sa confirmation qu'il n'a «pas de meilleure option» que la solution à deux Etats, tout en se disant «sceptique» sur cette voie de règlement du conflit.
Un conflit de près de 70 ans
Pour schématiser, le 29 novembre 1947, l'Assemblée générale de l'ONU adopte la résolution 181 sur le partage de la Palestine, alors sous mandat britannique, et la création de deux Etats, Jérusalem ayant un statut international. Les Etats arabes et les Palestiniens s'y opposent. Il est accepté du côté hébreu. Le 14 mai 1948 marque la proclamation de l'Etat d'Israël. D'où la Première Guerre israélo-arabe. Le 12 mars 2002, le Conseil de sécurité fait figurer pour la première fois dans une résolution (1397) la mention d'Etat palestinien.
A l'issue de la Guerre de 1967, Israël occupe toute la Palestine. Avec la première Intifada (1987-1993), la résistance palestinienne se recentre sur le territoire occupé. La première négociation israélo-arabe, entamée en 1991 à Madrid, et israélo-palestinienne permet une reconnaissance réciproque. Suivent le 13 septembre 1993, la signature de l'accord portant sur l'autonomie de Ghaza et Jéricho, premier jalon vers l'instauration d'un Etat palestinien. Mais l'échec de la négociation de Camp David en juillet 2000, de même que le doublement du nombre de colons durant la négociation, aboutissent à la seconde Intifada en 2000. Se succèdent alors plusieurs offensives israéliennes, la construction d'un mur d'annexion, la victoire électorale du Hamas aux élections législatives de 2006, puis l'offensive israélienne de la bande de Ghaza durant l'hiver 2008-2009, territoire toujours assiégé depuis.
Le 19 novembre 2003, le Conseil de sécurité avalise la «feuille de route» du Quartette (Etats-Unis, Russie, ONU, Union européenne) visant à aboutir à une solution en établissant deux Etats.Le 18 février 2011, Washington utilise son veto pour bloquer un projet de résolution arabe condamnant la politique de colonisation. Le 23 décembre 2016, le Conseil de sécurité des Nations unies adoptait par 14 voix et une abstention (celle des Etats-Unis) la résolution 2334 condamnant «la construction et l'expansion de colonies de peuplement» dans les «territoires occupés».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.