Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La tentation de la planche à billets
Publié dans El Watan le 06 - 09 - 2017

Edictée en juin dernier par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lors d'une réunion du Conseil des ministres, la décision de favoriser le recours à des financements non conventionnels vient en effet d'être confirmée par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui a fait état, avant-hier, de l'élaboration à cet effet d'un projet de loi amendant la LMC actuelle. Selon le Premier ministre, il s'agira ainsi d'ouvrir désormais la voie «au financement non conventionnel de l'économie nationale», dans un contexte de tarissement général des finances de l'Etat et d'assèchement avancé de la liquidité bancaire sous l'effet de la chute des revenus pétroliers.
Or, si officiellement ce concept un peu fourre-tout de financements non conventionnels ne ferait référence qu'à de nouveaux instruments financiers autres que les crédits bancaires classiques, sa mise en place risque toutefois d'ouvrir la voie, selon certains observateurs, à l'injection de liquidités par la Banque centrale en usant surtout de la planche à billets. Une tentation qui prendrait alors l'allure d'une dérive inflationniste très dangereuse, au moment où les entreprises et les ménages sont déjà fortement pénalisés par la forte dépréciation de la valeur du dinar. Quoi qu'il en soit, du côté de la Banque centrale, à qui échoit la gestion de la politique monétaire et bancaire, l'on affirme que l'idée d'un recours à la planche à billets ne serait absolument pas à l'ordre du jour, du moins dans le contexte actuel, où la situation des banques demeure globalement soutenable et où il est impératif de ne pas trop laisser filer le rythme de l'inflation…
Cependant, comme l'a si clairement reconnu son premier responsable, Mohamed Loukal, il y a à peine quelques semaines, la Banque d'Algérie (BA) doit désormais faire face au défi majeur de fixer une nouvelle politique monétaire qui concilie à la fois les besoins de financement de la croissance et sa mission première de stabiliser l'inflation. Intervenant lors d'une rencontre organisée en juillet dernier à Alger, le gouverneur a ainsi évoqué la nécessité de fixer un nouveau cap de politique monétaire, compte tenu notamment de la chute drastique du niveau global de la liquidité bancaire, qui a connu, a-t-il précisé, une contraction de près de 67% sur ces deux dernières années. Même si le secteur bancaire demeure dans l'ensemble encore bien capitalisé, rentable et résilient, la BA, a tenu à rappeler Mohamed Loukal, a déjà procédé à l'arrêt de son ancienne politique de reprise de liquidités, tout en réactivant les instruments de réescompte et d'Open-market pour refinancer les banques.
Reste que pour le gouverneur, le défi majeur est aujourd'hui de veiller à la fois à stabiliser les prix et la situation des finances publiques, tout en continuant à favoriser le financement de la croissance. Il s'agira ainsi pour la Banque centrale de résoudre l'équation si complexe de répondre aux attentes du gouvernement qui l'incite à maintenir un rythme acceptable de crédits à l'économie, tout en veillant à ne pas favoriser l'inflation, en évitant surtout les tentations dangereuses d'expansion monétaire et de recours à la planche à billets.
Interrogé à ce propos, l'expert et professeur d'économie Brahim Guendouzi nous explique qu'un tel risque peut effectivement exister à travers l'aspect qui touche notamment aux finances publiques et qui se rapporte aux relations entre la Banque d'Algérie et le Trésor à travers les avances que peut faire la première au second en cas de besoin. Aussi, insiste-t-il, la loi sur la monnaie et le crédit doit justement poser des garde-fous et définir, avec précision, ce type de relation car, prévient-il, «il existe une tentation de création monétaire artificielle par rapport aux contreparties reconnues de la masse monétaire et donc un risque d'inflation, dont il faudra s'attendre à des effets dévastateurs sur l'économie nationale».
Quant aux financements non conventionnels dans l'absolu, ils découlent, selon le même expert, de la nécessité de diversifier les sources de financement de l'économie et ils consistent surtout à développer des instruments de finance alternative, tels que des émissions de titres financiers (obligations, certificats de dépôts, bons de trésorerie, etc.), de la finance islamique à travers ses nombreux produits (mourabaha, moucharaka, soukouk…) de la finance solidaire et des banques mutuelles, ainsi que des produits dérivés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.