réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les milices continuent à sévir
Publié dans El Watan le 20 - 09 - 2017

D'où une pénurie de carburant. «Un groupe armé est entré de force dans le complexe pétrolier de Zawiya (50 km à l'ouest de Tripoli) lundi (…) obligeant les opérateurs à suspendre l'approvisionnement en carburant des réservoirs de Tripoli», a indiqué la NOC dans un communiqué publié sur son site internet. La NOC a dénoncé un acte de «sabotage» et a «décidé de dérouter les pétroliers à destination du port de Zawya vers celui de Tripoli». «Les niveaux des réservoirs de Tripoli sont encore bons», a assuré la NOC, même si la pénurie d'essence n'a pas tardé à se faire sentir dans la capitale, où plusieurs stations-service sont fermées ou fonctionnaient au ralenti. La NOC a promis «des poursuites pénales» contre les auteurs afin de les contraindre à «rouvrir la ligne immédiatement et sans conditions».
L'approvisionnement en carburant de la capitale et sa banlieue est régulièrement perturbé par des milices ou des employés grévistes pour des raisons politiques ou dans le cadre de mouvements sociaux ou de protestation. Ces problèmes traduisent l'échec des instances de transition successives, dont l'actuel Gouvernement d'union nationale (GNA) appuyé par les Nations unies, à asseoir leur autorité sur l'ensemble du territoire du pays.
Dimanche, de violents combats ont éclaté entre une force de sécurité et une milice d'un ex-trafiquant présumé de migrants, dans la ville de Sabratha, plateforme libyenne de l'immigration clandestine vers l'Europe. Ces affrontements ont débuté après la mort d'un membre de la milice d'Ahmad Dabbashi, connu pour avoir été l'un des barons locaux du trafic de migrants et qui contrôle près de la moitié de cette ville située à environ 70 kilomètres à l'ouest de Tripoli. L'incident a eu lieu à un barrage tenu par une force de sécurité formée initialement par le GNA pour chasser les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), qui ont occupé brièvement le centre-ville en février 2016. «Quatre membres de la milice d'Ahmad Dabbashi, qui étaient dans une voiture, ont tiré sur le checkpoint. Nos hommes ont riposté. L'un (des miliciens) a été tué et trois autres ont été blessés», a déclaré un responsable de la sécurité. «Leur milice a répliqué une demi-heure plus tard et, depuis, les affrontements se poursuivent», a-t-il ajouté. «Ces criminels ne veulent pas d'armée ou d'un rétablissement de la sécurité dans la ville», a-t-il indiqué.

Imbroglio
Le même jour, le chef d'un cabinet parallèle basé dans l'est de la Libye, Abdallah Al Theni, a appelé la communauté internationale à reconnaître de nouveau son gouvernement, arguant qu'il contrôle la majorité du pays. «Le gouvernement provisoire est constitutionnellement issu du Parlement élu et puise sa légitimité (…) des urnes», a déclaré par téléphone Abdallah Al Theni, dont le cabinet est basé à Al Baïda, à 1200 km de la capitale Tripoli. «Nous contrôlons, avec notre vaillante armée, plus de 90% du pays», a relevé le même responsable en allusion à l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, et à la force autoproclamée «Armée nationale libyenne (ANL)» qu'il commande. Il faut que la communauté internationale «respecte la volonté du peuple et soutienne le gouvernement provisoire», a-t-il observé. Après la chute du régime de Mouammar El gueddafi en 2011, le pays a sombré dans le chaos, qui a culminé au lendemain des élections parlementaires de 2014.
Mécontents des résultats de ces élections, des milices regroupées sous la bannière de Fajr Libya ont pris d'assaut Tripoli, forçant le gouvernement d'Al Theni et le Parlement nouvellement élu à s'exiler dans l'Est. Malgré cet exil, ce cabinet a été reconnu par la communauté internationale jusqu'à la formation du GNA, dirigé par Fayez Al Sarraj et issu d'un accord politique interlibyen signé fin 2015 au Maroc, sous l'égide de l'Organisation des Nations unies (ONU).
Le GNA a réussi à étendre son influence dans la capitale depuis son installation à Tripoli en mars 2016. Ce gouvernement d'union n'a toujours pas obtenu la confiance du Parlement. Toutefois, il a réussi fin 2015, grâce à des forces qui lui sont loyales, à chasser de Syrte les djihadistes de l'EI.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.