Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Un projet de décret exécutif régissant les métiers d'artiste et de comédien en préparation    Covid-19 : l'équipe d'experts médicaux chinois achève sa mission en Algérie    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    S'inspirer des sacrifices de la génération du 1er Novembre pour le projet de l'Algérie Nouvelle    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Une nouvelle plainte déposée contre Karim Khima    Biskra, la Mitidja du Sud    Le foyer de l'épidémie se déplace à Bordj Ali    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Le harcèlement des activistes continue    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Asseoir un système d'investissement permettant aux investisseurs de travailler sans entraves    PLFC 2020 : le Bureau de l'APN examine les modifications proposées    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Coronavirus: Peurs, défis et remises en question    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    Projet de loi de finances complémentaire: Les députés contre la hausse des prix des carburants    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les habitants de la cité Makhat protestent    Des commerces sommés de fermer à Relizane    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    8 soldats tués dans une attaque attribuée aux Houthis    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye...Le chaos depuis la chute de Kadhafi
Publié dans Le Maghreb le 14 - 08 - 2018

La Libye, où des autorités rivales, à Tripoli et dans l'Est, se disputent le pouvoir, a sombré dans le chaos après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

Kadhafi tué
En février 2011, dans le sillage du Printemps arabe, une contestation violemment réprimée débute à Benghazi (est), avant de s'étendre. En mars, une coalition emmenée par Washington, Paris et Londres, lance une offensive après un feu vert de l'ONU.
Le 20 octobre, Kadhafi, en fuite depuis août et la prise de son QG à Tripoli par les rebelles, est tué dans le dernier assaut contre sa région d'origine, Syrte, à l'est de Tripoli.
Le 23 octobre, le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion, proclame la "libération totale" du pays.
En août 2012, le CNT remet ses pouvoirs au Congrès général national (CGN, Parlement) élu un mois plus tôt.

Groupes radicaux
Le 11 septembre 2012, quatre Américains, dont l'ambassadeur Christopher Stevens, sont tués dans une attaque contre leur consulat à Benghazi. Un groupe djihadiste lié à Al-Qaïda est accusé d'être derrière l'attaque.
Le 23 avril 2013, un attentat à la voiture piégée vise l'ambassade de France à Tripoli, blessant deux gardes français. La plupart des ambassades étrangères ferment.

Divisions
Le 16 mai 2014, le général dissident Khalifa Haftar, proche de l'Egypte et des Emirats arabes unis, lance une opération contre les groupes djihadistes à Benghazi. Plusieurs officiers de la région orientale rallient sa force paramilitaire, autoproclamée "Armée nationale libyenne".
Le 25 juin, après de nouvelles élections, le CGN est remplacé par un Parlement dominé par les anti-islamistes.
Fin août, après des semaines de combats meurtriers, Fajr Libya, coalition hétéroclite de milices dont certaines islamistes, s'empare de Tripoli, et réinstalle le CGN. Un gouvernement est mis en place.
Le gouvernement d'Abdallah al-Theni et le Parlement élu en juin s'exilent dans l'Est. Le pays se retrouve avec deux gouvernements et deux Parlements.

L'EI profite du chaos
En décembre 2014, le groupe Etat islamique (EI), tirant profit de l'absence d'Etat, s'implante en Libye où il revendique son premier attentat. En juin 2015, il s'empare de Syrte, à 450 km à l'est de Tripoli. Il en sera chassé fin 2016.

Deux autorités rivales
En décembre 2015, après des mois de négociations, des représentants de la société civile et des députés signent à Skhirat (Maroc), un accord parrainé par l'ONU, mais les deux Parlements rivaux émettent des réserves. Le Conseil de sécurité de l'ONU l'entérine. Un "gouvernement d'union nationale" (GNA) est proclamé.
En mars 2016, son chef Fayez al-Sarraj arrive à Tripoli. Dans l'Est, le cabinet parallèle, soutenu par le général Haftar, et le Parlement, élu en 2014, lui restent opposés.

Rencontre près de Paris
En juillet 2017, Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar s'engagent sur un processus de sortie de crise lors d'une rencontre près de Paris sous les auspices d'Emmanuel Macron, sans résultats concrets sur le terrain.
En décembre, l'ONU estime que l'accord de Skhirat "demeure le seul cadre viable pour mettre fin à la crise politique". Khalifa Haftar affirme que l'accord a expiré, et avec lui le mandat du GNA. Il dit cependant appuyer la tenue d'élections en 2018, tout en menaçant implicitement de prendre le pouvoir si ce processus n'aboutit pas.

Attaques
Le 13 janvier 2018, au moins 20 personnes sont tuées lors de combats entre forces de sécurité et un groupe armé qui lance une attaque contre l'aéroport international de Mitiga, près de Tripoli. Les assaillants cherchaient à libérer des djihadistes détenus sur le site de l'aéroport.
Le 23 janvier, un double attentat à la voiture piégée fait près de 40 morts à Benghazi.
Le 2 mai, deux kamikazes de l'EI attaquent le siège de la Commission électorale à Tripoli, tuant 14 personnes.

Opération à Derna
Le 7 mai, le maréchal Haftar, après une hospitalisation d'au moins deux semaines à Paris, annonce une opération militaire pour "libérer" Derna, seule ville de l'Est libyen qui échappe à son contrôle et sous la coupe de groupes djihadistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.