Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Samy Agli, nouveau président du FCE    Redorer le blason de l'UGTA    Le Femise évoque la persistance du système de rente en Algérie    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Cameroun-Guinée Bissau, aujourd'hui à 18h00: Les Lions Indomptables veulent rugir    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    L'ARBRE DESSECHE    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye...Le chaos depuis la chute de Kadhafi
Publié dans Le Maghreb le 14 - 08 - 2018

La Libye, où des autorités rivales, à Tripoli et dans l'Est, se disputent le pouvoir, a sombré dans le chaos après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

Kadhafi tué
En février 2011, dans le sillage du Printemps arabe, une contestation violemment réprimée débute à Benghazi (est), avant de s'étendre. En mars, une coalition emmenée par Washington, Paris et Londres, lance une offensive après un feu vert de l'ONU.
Le 20 octobre, Kadhafi, en fuite depuis août et la prise de son QG à Tripoli par les rebelles, est tué dans le dernier assaut contre sa région d'origine, Syrte, à l'est de Tripoli.
Le 23 octobre, le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion, proclame la "libération totale" du pays.
En août 2012, le CNT remet ses pouvoirs au Congrès général national (CGN, Parlement) élu un mois plus tôt.

Groupes radicaux
Le 11 septembre 2012, quatre Américains, dont l'ambassadeur Christopher Stevens, sont tués dans une attaque contre leur consulat à Benghazi. Un groupe djihadiste lié à Al-Qaïda est accusé d'être derrière l'attaque.
Le 23 avril 2013, un attentat à la voiture piégée vise l'ambassade de France à Tripoli, blessant deux gardes français. La plupart des ambassades étrangères ferment.

Divisions
Le 16 mai 2014, le général dissident Khalifa Haftar, proche de l'Egypte et des Emirats arabes unis, lance une opération contre les groupes djihadistes à Benghazi. Plusieurs officiers de la région orientale rallient sa force paramilitaire, autoproclamée "Armée nationale libyenne".
Le 25 juin, après de nouvelles élections, le CGN est remplacé par un Parlement dominé par les anti-islamistes.
Fin août, après des semaines de combats meurtriers, Fajr Libya, coalition hétéroclite de milices dont certaines islamistes, s'empare de Tripoli, et réinstalle le CGN. Un gouvernement est mis en place.
Le gouvernement d'Abdallah al-Theni et le Parlement élu en juin s'exilent dans l'Est. Le pays se retrouve avec deux gouvernements et deux Parlements.

L'EI profite du chaos
En décembre 2014, le groupe Etat islamique (EI), tirant profit de l'absence d'Etat, s'implante en Libye où il revendique son premier attentat. En juin 2015, il s'empare de Syrte, à 450 km à l'est de Tripoli. Il en sera chassé fin 2016.

Deux autorités rivales
En décembre 2015, après des mois de négociations, des représentants de la société civile et des députés signent à Skhirat (Maroc), un accord parrainé par l'ONU, mais les deux Parlements rivaux émettent des réserves. Le Conseil de sécurité de l'ONU l'entérine. Un "gouvernement d'union nationale" (GNA) est proclamé.
En mars 2016, son chef Fayez al-Sarraj arrive à Tripoli. Dans l'Est, le cabinet parallèle, soutenu par le général Haftar, et le Parlement, élu en 2014, lui restent opposés.

Rencontre près de Paris
En juillet 2017, Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar s'engagent sur un processus de sortie de crise lors d'une rencontre près de Paris sous les auspices d'Emmanuel Macron, sans résultats concrets sur le terrain.
En décembre, l'ONU estime que l'accord de Skhirat "demeure le seul cadre viable pour mettre fin à la crise politique". Khalifa Haftar affirme que l'accord a expiré, et avec lui le mandat du GNA. Il dit cependant appuyer la tenue d'élections en 2018, tout en menaçant implicitement de prendre le pouvoir si ce processus n'aboutit pas.

Attaques
Le 13 janvier 2018, au moins 20 personnes sont tuées lors de combats entre forces de sécurité et un groupe armé qui lance une attaque contre l'aéroport international de Mitiga, près de Tripoli. Les assaillants cherchaient à libérer des djihadistes détenus sur le site de l'aéroport.
Le 23 janvier, un double attentat à la voiture piégée fait près de 40 morts à Benghazi.
Le 2 mai, deux kamikazes de l'EI attaquent le siège de la Commission électorale à Tripoli, tuant 14 personnes.

Opération à Derna
Le 7 mai, le maréchal Haftar, après une hospitalisation d'au moins deux semaines à Paris, annonce une opération militaire pour "libérer" Derna, seule ville de l'Est libyen qui échappe à son contrôle et sous la coupe de groupes djihadistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.