La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Madrid atteste que la consultation «n'aura pas lieu»
Publié dans El Watan le 24 - 09 - 2017

Qu'ils (les indépendantistes, ndlr) disent qu'il n'y aura pas de référendum, ils savent qu'il n'aura pas lieu», a déclaré Mariano Rajoy aux membres de son parti conservateur, le Parti Populaire (PP), lors d'un déplacement à Palma de Majorque, aux Baléares. Selon lui, les responsables indépendantistes catalans «sont responsables de ce qui se passe. Aujourd'hui ils savent en outre que l'Etat de droit a empêché le référendum, ils le savent, ils en sont pleinement conscients».
Le gouvernement espagnol est par ailleurs allé plus loin dans les mesures hier, le ministère de l'Intérieur ayant déclaré qu'il voulait coordonner toutes les forces de police dans la région de Catalogne en vue d'empêcher ce référendum qui doit se tenir le 1er octobre. Cela inclut les «Mossos d'Esquadra», la police catalane d'ordinaire sous le contrôle du ministère de l'Intérieur du gouvernement régional catalan. Son responsable, Joaquim Forn, a dénoncé une tentative de Madrid de prendre le commandement des forces qu'ils (les indépendantistes, ndlr) «n'accepteront» pas. Son ministère envisage désormais des mesures judiciaires contre «cette ingérence de l'Etat», a indiqué Joaquim Forn sur Twitter.

Vaste opération policière
Cette semaine, Madrid a lancé une vaste opération policière et judiciaire en Catalogne, compliquant l'organisation du référendum, déclaré anticonstitutionnel par le gouvernement central. Plusieurs organisateurs de ce référendum sont poursuivis pour désobéissance, détournement et abus de pouvoir. Sur le plan judiciaire, un procureur espagnol a demandé l'ouverture d'une enquête pour «sédition», délit passible de prison, après des manifestations contre une opération policière à Barcelone au cours desquelles des gardes civils avaient été chahutés. Vingt-quatre personnes soupçonnées de préparer le vote ont été condamnées par la Cour constitutionnelle à payer chacune, selon les cas, 6000 ou 12 molle euros par jour «jusqu'à ce qu'elles respectent les résolutions» de la justice. S'ils reconnaissent que ces mesures ont porté un coup très sévère à la préparation du scrutin, les indépendantistes catalans restent toutefois mobilisés. Le président de la région de 7,5 millions d'habitants, Carles Puigdemont, a posté sur Twitter samedi un nouveau lien répertoriant les lieux où les Catalans pourront voter le 1er octobre, alors que les précédents avaient été retirés d'internet.
Dans les rues de Barcelone, les manifestations s'étaient calmées, samedi. Plusieurs dizaines d'étudiants s'étaient rassemblés dans un bâtiment de l'université de la capitale administrative et économique de la Catalogne, sans que des regroupements importants n'aient lieu dans les rues. La région est profondément divisée sur ses relations avec Madrid. Les Catalans restent très partagés: 49,4% contre la sécession, 41,1% pour, selon un sondage commandé par le gouvernement régional en juillet. Plus de 70% des Catalans souhaitent cependant pouvoir s'exprimer à travers un référendum en bonne et due forme, selon tous les sondages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.