Le Président Tebboune rencontre à Rome des représentants de la communauté algérienne établie en Italie    Sétif: lancement des services de la finance islamique dans deux agences de la BEA    L'ONU et l'UA appelées à assumer leurs responsabilités envers le peuple sahraoui    Flambée des prix du carburant au Maroc: les transporteurs de marchandises menacent d'une grève nationale    L'émir Abdelkader a unifié les Algériens dans la lutte contre le colonisateur français    Belmehdi: tous les secteurs "mobilisés" pour la réussite de la saison du hadj    La loi sur l'investissement dynamisera davantage la diversification économique    "Tels des esprits affables qui murmurent", Smaïl Yabrir signe son premier recueil de nouvelles    Tennis de table/Coupe d'Afrique : quatre pongistes algériens présents au Nigéria    APN : les députés adoptent le projet de loi sur les procédures de saisine et de renvoi devant la Cour constitutionnelle    Le Président Tebboune quitte Alger à destination de l'Italie    ANP: 4 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Algérie-Tunisie: la coopération consulaire passée en revue à Tunis    "Mamlaket el hacharat", un spectacle pour enfants sur les valeurs de la "solidarité" et la "vérité" entre individus    Real : Eden Hazard ne lâche pas l'affaire    Klopp désigné entraineur de l'année en Angleterre    Man City : "Nous versons le salaire que nous pouvons à Haaland"    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    Nouveau code de l'investissement: Les délais de traitement des dossiers considérablement réduits    Voirie, réfection des trottoirs, éclairage public...: Opération d'aménagement sur l'axe de Ras El-Aïn    Es-Senia: Aménagement et embellissement extérieur à la zone d'activité    Pour accompagner les hôtes d'Oran aux Iles Habibas: Une soixantaine de jeunes en formation de guides touristiques    Une coopération heureuse et profitable    Belani: Les régimes marocain et israélien ont le même ADN    Ligue 1 - Mise à jour: Une dernière chance pour l'Entente    Nora, Saliha et les harkis    Tirage au sort jeudi en ligne    Al-Khelaïfi va annoncer de grands changements    Erik ten Hag annonce la couleur    La méthode Ankara    L'ONU entame sa visite au Xinjiang    Des dizaines de colons envahissent la Mosquée Al-Aqsa    La gauche tente de nouveaux visages    L'Algérie peaufine sa stratégie africaine    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Un réseau national tombe à Berrahal    31 décès et 1.511 blessés en une semaine    Les raisons de l'union patronale    Elle m'a battu, puis m'a devancé...    La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    Un long fleuve tranquille    Accueil triomphal pour Amin Zaoui    29 titres retenus par le jury    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'approche des universitaires
Publié dans El Watan le 29 - 11 - 2017

Des universitaires ont soulevé le problème de la diversité linguistique dans le pays et des opportunités qu'elle offre au développement humain, lors d'un colloque consacré à ce sujet dernièrement à l'université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. L'initiative revient au Laboratoire des pratiques langagières du département des lettres et langue arabe, dirigé par Pr Salah Belaïd, qui est aussi président du Haut-Conseil de la langue arabe (HCLA).
«Le dogme de l'unicité linguistique commence à tomber et cette rencontre organisée par des enseignants de langue arabe en est une preuve. Ces derniers commencent à se libérer de l'hégémonie imposée par la langue d'El Moutanabi», opine une enseignante de littérature. Pour Dr Djouher Mouder, présidente du comité scientifique du colloque, «cette rencontre repose sur le principe du rejet de la domination de la langue unique, vu ses effets négatifs sur l'individu et la société.
De même, elle est la cause du déracinement des identités, du mépris des religions et de toute forme d'exclusion et de marginalisation». Les communications d'une trentaine de chercheurs des universités du pays et de l'étranger ont diversement traité cette question. Le multilinguisme et le développement culturel et social dans les pays arabes et chez les Kurdes, le bilinguisme chez l'enfant ou encore le rapport du multilinguisme au travail académique ont été les interventions phares de ce colloque.
Les débats ont enrichi les sujets, et les recommandations finales de cette rencontre de deux jours ont relevé la nécessité de renouveler ce genre de manifestations les années à venir pour «mieux explorer les contours et apporter des propositions plus à même de peser sur l'opinion et le pouvoir de décision», rapporte un membre du comité de rédaction des recommandations.
C'est ce qui ressort des «dix commandements de ce colloque», la mise sur un pied d'égalité des «deux langues nationales et officielles», le tamazight et l'arabe, en matière de prise en charge par les autorités. Cette résolution, plutôt à caractère politique, évacue la position des participants par rapport aux côtés technique et académique du sujet, dont ils sont théoriquement les experts.
Pour intéressante qu'elle soit, cette rencontre pose la question de l'évaluation de la (des) langue (s) d'enseignement dans l'école algérienne, l'ouverture linguistique et comment donner de l'importance et un intérêt qui sied aux travaux de recherche sur la langue et la pédagogie. «Le rôle du chercheur est de chercher, de faire des propositions. Le pouvoir de décision est ailleurs», constate un intervenant, qui déplore un manque de conviction au sein même de sa corporation.
La communauté universitaire subit, en effet, les contre-coups de la situation socio-économique. «Les universitaires sont à la fois tenaillés à la fois entre l'exigence de la recherche scientifique et une réalité âpre et démotivante», dit une enseignante de linguistique. C'est en tout cas le sentiment qui se dégage des participants à des rencontres scientifiques qui sont organisées dans le monde universitaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.