Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouchachi promet un mécanisme de lutte contre la corruption
Réélu sans surprise à la tête de la LADDH
Publié dans El Watan le 28 - 03 - 2010

Déposer plainte chaque fois que de graves détournements sont commis et qu'ils ne sont pas suivis d'une enquête judiciaire.
C'est sans surprise que Me Mostefa Bouchachi a été réélu ce vendredi à la tête de la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme (LADDH). C'est l'une des principales résolutions du troisième congrès de la ligue qui vient de se tenir à la Maison des syndicats les 25 et 26 mars. « Maître Bouchachi a été élu à l'unanimité », a annoncé le docteur Kamel Daoud, président du congrès, lors d'une conférence de presse qui s'est tenue hier au siège de la Ligue, rue Didouche Mourad, en présence de Me Mostefa Bouchachi et de Me Aïssa Rahmoune, porte-parole du Congrès. Selon les statuts de la LADDH, c'est au Conseil national qu'il appartient d'élire le président de la ligue. Et ledit conseil, composé de 56 membres, s'est prononcé donc à l'unisson en faveur du président sortant, en clôture des travaux de ce 3e congrès.
Maître Bouchachi a tenu à apporter une précision de taille en affirmant que « le congrès n'a pas fait l'objet d'une interdiction. Les autorités n'ont pas interdit le congrès mais une réunion publique ». Toujours est-il que l'administration a refusé de délivrer une autorisation à la LADDH pour tenir son congrès, comme prévu, à la mutuelle de la construction, à Zéralda. Maître Bouchachi confie à ce propos : « J'ai même écrit une lettre à M. Zerhouni dans laquelle je me suis évertué à le sensibiliser sur l'importance de cet événement en faisant valoir le fait que la ligue s'apprêtait à recevoir des invités prestigieux, des représentants de pays étrangers ainsi que des ONG internationales, et qu'il serait un honneur, pas seulement pour la LADDH, mais avant tout, pour l'Algérie, de tenir un tel congrès. »
Une exhortation qui n'a manifestement pas trouvé écho en haut lieu, ce qui fera dire au président de la LADDH : « Quand l'année prochaine seront établis les rapports internationaux sur la situation des droits de l'homme en Algérie, ce n'est pas la LADDH qui sera mise à l'index, mais les autorités algériennes. Quand le ministre des AE ira à New York et à Genève pour dire que l'Algérie respecte les droits de l'homme, ils lui rappelleront que les pouvoirs publics n'ont pas autorisé la LADDH à se réunir à Zéralda. » Cette situation ubuesque où le congrès de la ligue n'est ni interdit ni autorisé, posera-t-elle un problème en termes de « validation » ? « La balle est dans la camp de l'administration », tranche Kamel Daoud, avant d'ajouter : « Nous, nous sommes une organisation légale et notre congrès ne s'est pas tenu dans la clandestinité comme certains l'ont écrit. Nous n'avons pas porté atteinte à l'ordre public, ni appelé à la violence. Nous sommes dans la légalité démocratique. »
Aïssa Rahmoune renchérit : « Nous allons déposer notre dossier pour validation. Nous sommes avant tout des légalistes dans nos actions. » Sur les motifs invoqués par la wilaya d'Alger pour ne pas délivrer d'autorisation, Kamel Daoud dira : « C'est toujours ainsi : ils n'expliquent jamais rien. Mais personnellement, je suppose que c'est une décision qui s'appuie sur l'état d'urgence. » Interrogé à propos de sa feuille de route pour ce nouveau mandat, Me Bouchachi indiquera que l'une de ses priorités absolues sera d'œuvrer pour la levée de l'état d'urgence. « C'est une initiative que nous sommes en train de mettre en œuvre dans le cadre de la coalition nationale pour la levée de l'état d'urgence, en association avec des partis politiques et des organisations de la société civile. » Maître Bouchachi s'est engagé également à s'impliquer davantage dans la défense des droits économiques et sociaux des Algériens.
Autre chantier brûlant : la lutte contre la corruption. « Nous réfléchissons à la mise en place d'un mécanisme de lutte contre la corruption qui permet de déposer plainte chaque fois que de graves détournements sont commis et qu'ils ne sont pas suivis d'une enquête judiciaire. » Enfin, Me Bouchachi a souligné qu'il poursuivra avec vigueur la campagne de la LADDH en faveur de l'abolition de la peine de mort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.