L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Mahbes    JM / Water-polo (messieurs) : la Serbie et le Monténégro en finale    Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Facteurs défavorables    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La femme et le sport
La lutte continue
Publié dans El Watan le 19 - 03 - 2005

La considérable évolution qui s'est produite dans l'aire de « Femmes et sport » durant ces dernières décennies peut être évaluée par la seule participation actuelle de sportives aux Jeux olympiques ou championnats du monde.
Nous savons que l'incorporation de la femme dans le sport moderne n'a pas été une chose facile et cela pour diverses causes, certaines découlant des caractéristiques propres au sport et d'autres issues de la situation de la femme dans la société. Cette approche est située dans un axe plus profond qu'on ne le pense. Ainsi, Mme Iman Nefil, enseignante en sociologie du sport à l'ISTS de Dély Ibrahim et ancienne membre de l'EN de volley-ball, souligne dans sa recherche : « Ce problème date du temps de Coubertin, promoteur des Jeux olympiques modernes, qui essaya à maintes reprises d'obtenir l'exclusion des femmes aux J O, en soutenant sans réserves que les compétitions féminines ne fournissaient pas un beau spectacle pour la foule réunie à Olympie, et que le rôle des femmes devait essentiellement se limiter au couronnement des vainqueurs. Elles pouvaient être admises à la rigueur, comme spectatrices mais pas en tant qu'actrices. Pour lui, une olympiade féminine serait non pratique, inintéressante, inesthétique et incorrecte ». Mme Nefil nous fera remarquer que la participation des femmes aux Jeux olympiques l'illustre bien, elle ne s'est pas faite spontanément. Elle est le fruit de nombreuses luttes. Ne fallait-il pas que les femmes soient contraintes à organiser leurs propres jeux et cela jusqu'à 1922. Notre interlocutrice, soulevant la question de la présence féminine au sein de l'olympisme, dira : « La première conférence mondiale sur la femme et le sport qui s'est tenue en 1996 à Lausanne et qui s'est basée sur les engagements du CIO aux Jeux d'Atlanta a permis aux participants d'adopter une série de recommandations visant la promotion de la femme dans le sport conformément à la mission du mouvement olympique. L'objectif du CIO était que les fédérations internationales et nationales et les organismes sportifs appartenant au mouvement olympique doivent souscrire au principe d'égalité entre hommes et femmes. » Retenons, par ailleurs, que la 2e conférence mondiale sur le même thème qui eu pour siège Paris au mois de mars 2000, a permis, dira Mme Nefil, au CIO de recommander aux fédérations internationales et aux comités nationaux olympiques de passer de 10 à 20% d'ici au 31 décembre 2005 pour la proportion des femmes. Il a invité également à accroître les bourses et les stages de formation à l'intention des femmes athlètes, entraîneurs, dirigeants, avec une attention aux femmes des pays en développement. Quant à la 3e conférence mondiale, toujours dans le contexte « Femme et sport », tenue à Marrakech en mars 2004, il a été envisagé la promotion de la femme au sein du mouvement olympique, sous le thème « Nouvelles stratégies, nouveaux engagements ». Enfin, avouons pour être corrects avec l'histoire que l'Europe de l'Est ou ce qu'on appelait communément les pays socialistes ont donné un grand coup de pied dans la fourmilière pour torpiller les mythes sur l'incapacité de la femme à faire du sport et sur son manque d'intérêt à le pratiquer. Les obstacles vaincus, la femme s'est incorporée à cette pratique, non seulement du point de vue du loisir pour avoir une autonomie sur son corps, mais elle s'est placée d'une manière spectaculaire dans l'enceinte de la compétition de haut niveau et les exemples foisonnent. La bataille n'est pas finie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.