Tlemcen piégé à domicile    Ancien joueur de l'EN, du CRB et du PSG    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    Le Condor L3 Smart, un concentré d'autonomie, de design et de performance    Réception du tronçon traversant Tissemsilt à la fin 1er du semestre 2019    «Escalade» des attaques de colons contre les Palestiniens    Gaïd Salah entame une visite officielle aux Emirats Arabes Unis    Préparatifs de l'élection présidentielle    Ooredoo organise un dîner en l'honneur des médias nationaux    Ali Badaoui, contrôleur général de sûreté de wilaya    Faire du Sersou un havre de paix    Un policier en civil mortellement poignardé    «Nathan le sage» présentée à Alger    Une vingtaine d'artistes y exposent    Exposition de Djamel Bouttaba    Sahara occidental : La responsabilité historique et juridique de l'Espagne reste entière    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Abdelmalek Sellal poursuit sa tournée des "organisations de masse" :    Après l'ONM et l'UGTA, il a rencontré la direction de l'UNPA.. Sellal défend le «projet» du Président-candidat    Importation : Tendance haussière de la facture des produits alimentaires    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Coupe du monde de sabre féminin (juniors) : Atteindre le tableau des 32, objectif des Algériennes à domicile    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    Airbus arrête les frais avec l'A380 : Les raisons d'un tragique destin    L'or atteint son plus haut niveau    Oran : Quelques 14 800 logements sociaux seront distribués en 2019    Benghabrit ordonne un changement radical des contenus !    10 morts et 23 blessésen 48 heures    Abdel a disparu !    La colére demilliers de Candidats à l'immigration    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté
Publié dans El Watan le 16 - 01 - 2019

L'ex-président de la Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, a été acquitté hier des «crimes contre l'humanité» par la Cour pénale internationale (CPI), qui a ordonné sa mise en liberté. «La Chambre fait droit aux demandes d'acquittement présentées par Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé (ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes, fidèles à M. Gbagbo) concernant l'ensemble des charges» retenues contre eux et «ordonne la mise en liberté immédiate des deux accusés», a déclaré le juge-président, Cuno Tarfusser.
Il a ajouté que cette décision est prise, car «l'accusation ne s'est pas acquittée de la charge de la preuve conformément aux critères requis» par la justice internationale.
Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé vont toutefois devoir passer encore au moins une nuit dans leur cellule du centre de détention de La Haye, où siège la CPI. Le procureur peut encore contester leur mise en liberté lors d'une audience prévue aujourd'hui. Il aura aussi la possibilité de faire appel de la décision d'acquittement.
Premier ancien chef d'Etat à avoir été remis à la CPI, Laurent Gbagbo est jugé pour des crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011, née de son refus de céder le pouvoir à son adversaire, l'actuel président ivoirien, Alassane Ouattara.
Il est accusé avec son ministre de la Jeunesse de quatre crimes contre l'humanité : meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé «non coupable». Après avoir occupé le palais présidentiel pendant plusieurs mois, Laurent Gbagbo est arrêté en avril 2011 par les forces du président Ouattara, soutenues par les Nations unies et la France, avant d'être remis à la CPI.
Turbulences
Ancienne colonie française, pays de l'ouest de l'Afrique, la Côte d'Ivoire accède à l'indépendance en 1960, avec pour président Félix Houphouët-Boigny. Il sera constamment réélu jusqu'à sa mort, en décembre 1993. Le 24 décembre 1999, une mutinerie destitue le président Henri Konan Bédié. Le général Robert Gueï prend le pouvoir et instaure un Comité national de salut public (CNSP).
En janvier 2000, la junte forme un gouvernement de transition avec, notamment, le Rassemblement des républicains (RDR) d'Alassane Ouattara et le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo. Ce dernier est élu Président en octobre 2000 en battant le général Robert Guéi qui refuse la défaite.
Une révolte populaire en faveur de Gbagbo éclate à Abidjan et oblige le général Guéi à reconnaître la légitimité de Gbagbo. Le 28 septembre 2002, Laurent Gbagbo, pour faire face à la rébellion qui a lancé une offensive à partir du Sud, fait appel à la France pour la neutraliser en vertu des accords militaires de 1961.
Paris s'interpose entre les deux parties, mais refuse d'aller plus loin sous prétexte qu'il s'agit d'un conflit interne. De son côté, le gouvernement ivoirien de l'époque s'est senti abandonné par la France, d'autant que Abidjan a relevé que les rebelles bénéficient du soutien du Burkina Faso.
La France fait alors le médiateur. En janvier 2003, est signé un accord entre les belligérants, parrainé par Paris et l'ONU à Marcoussis. Il prévoit, entre autres, la mise en place d'un gouvernement de réconciliation nationale jusqu'à la tenue d'élections en 2005 et le désarmement des rebelles. Depuis, les deux parties s'accusent de ne pas avoir respecté leurs engagements. Ainsi, Paris se retrouve dans une situation complexe.
La France ne souhaite pas abandonner la Côte d'Ivoire, d'où l'idée d'impliquer l'ONU dans le conflit pour ne pas être accusée de nouveau colonialisme. Le 4 novembre 2004, le camp français est bombardé par l'aviation gouvernementale. La France riposte en détruisant toute l'aviation ivoirienne.
En 2007, Gbagbo signe avec les rebelles nordistes un accord de paix. Il sera capturé par ces mêmes combattants, alliés à Ouattara et aidés par les forces françaises en avril 2011, pour être expédié à La Haye en novembre de la même année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.