La réunion de concertation s'est tenue dans une salle quasi vide au Palais des nations.. Un fiasco qui signe la fin de Bensalah ?    Kouninef, Rebrab, Ouyahia et Loukal ont été entendus.. La justice accélère la cadence    Grâce à l'augmentation de la valeur des importations.. Les recettes douanières en hausse de 2%    Barça : Arthur et Lenglet encensent Messi    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    La Ligue arabe soutient la Palestine    Juventus - Tardelli : "Certains joueurs souffrent avec Cristiano Ronaldo"    Attaque lancée par Haftar.. Le chef du gouvernement déçu par Paris    Affaire de faux billets à Oran.. Deux étrangers arrêtés    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS A MOSTAGANEM : Inauguration de la trémie et du 1er tronçon de l'autoroute Est-Ouest    TROIS CHEFS D'ACCUSATION PESENT CONTRE LUI : Rebrab embarqué par la gendarmerie    Plusieurs hauts responsables à la barre des accusés    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    SIDI BEL ABBES : La Sonelgaz organise une campagne de collecte de sang    ANSEJ ET CNAC : Haddam décide de lever le gel sur certains projets    Pour garantir la sécurité nationale, dépasser rapidement l'entropie actuelle    Le bilan de l'agression sur Tripoli s'élève à 254 morts    6e édition de la Fête du fromage traditionnel de Bouhezza    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Saisie de près de 11 kg de kif traité à khemis Miliana    Le retour au système «HLM » redevient inévitable !    L'Algérie domine l'Islande et décroche la 7e place    «Irfane» ou l'histoire d'une reconnaissance    Sri Lanka: explosion durant une opération de déminage d'une bombe    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    FABB-présidents des clubs    Le Soudan vire en tête    Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko    Les robes noires boycottent les audiences    Le congrès aura lieu les 21 et 22 juin    Saïd Barkat : «Il faut que justice se fasse»    Changement à la tête de la Direction de la sécurité intérieure    La Confédération des syndicats autonomes prévoit une marche à Alger    Une policière tuée par son ex-époux    Belahcel convoque une session extraordinaire du conseil national    Des citoyens ont fait le guet devant le tribunal de Sidi-M'hamed    JSE Skikda-GS Pétroliers en finale    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    La meurtre d'une journaliste enflamme l'Irlande du Nord    "Attention aux règlements de comptes!"    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    Deux livres pour revisiter le printemps berbère    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté
Publié dans El Watan le 16 - 01 - 2019

L'ex-président de la Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, a été acquitté hier des «crimes contre l'humanité» par la Cour pénale internationale (CPI), qui a ordonné sa mise en liberté. «La Chambre fait droit aux demandes d'acquittement présentées par Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé (ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes, fidèles à M. Gbagbo) concernant l'ensemble des charges» retenues contre eux et «ordonne la mise en liberté immédiate des deux accusés», a déclaré le juge-président, Cuno Tarfusser.
Il a ajouté que cette décision est prise, car «l'accusation ne s'est pas acquittée de la charge de la preuve conformément aux critères requis» par la justice internationale.
Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé vont toutefois devoir passer encore au moins une nuit dans leur cellule du centre de détention de La Haye, où siège la CPI. Le procureur peut encore contester leur mise en liberté lors d'une audience prévue aujourd'hui. Il aura aussi la possibilité de faire appel de la décision d'acquittement.
Premier ancien chef d'Etat à avoir été remis à la CPI, Laurent Gbagbo est jugé pour des crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011, née de son refus de céder le pouvoir à son adversaire, l'actuel président ivoirien, Alassane Ouattara.
Il est accusé avec son ministre de la Jeunesse de quatre crimes contre l'humanité : meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé «non coupable». Après avoir occupé le palais présidentiel pendant plusieurs mois, Laurent Gbagbo est arrêté en avril 2011 par les forces du président Ouattara, soutenues par les Nations unies et la France, avant d'être remis à la CPI.
Turbulences
Ancienne colonie française, pays de l'ouest de l'Afrique, la Côte d'Ivoire accède à l'indépendance en 1960, avec pour président Félix Houphouët-Boigny. Il sera constamment réélu jusqu'à sa mort, en décembre 1993. Le 24 décembre 1999, une mutinerie destitue le président Henri Konan Bédié. Le général Robert Gueï prend le pouvoir et instaure un Comité national de salut public (CNSP).
En janvier 2000, la junte forme un gouvernement de transition avec, notamment, le Rassemblement des républicains (RDR) d'Alassane Ouattara et le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo. Ce dernier est élu Président en octobre 2000 en battant le général Robert Guéi qui refuse la défaite.
Une révolte populaire en faveur de Gbagbo éclate à Abidjan et oblige le général Guéi à reconnaître la légitimité de Gbagbo. Le 28 septembre 2002, Laurent Gbagbo, pour faire face à la rébellion qui a lancé une offensive à partir du Sud, fait appel à la France pour la neutraliser en vertu des accords militaires de 1961.
Paris s'interpose entre les deux parties, mais refuse d'aller plus loin sous prétexte qu'il s'agit d'un conflit interne. De son côté, le gouvernement ivoirien de l'époque s'est senti abandonné par la France, d'autant que Abidjan a relevé que les rebelles bénéficient du soutien du Burkina Faso.
La France fait alors le médiateur. En janvier 2003, est signé un accord entre les belligérants, parrainé par Paris et l'ONU à Marcoussis. Il prévoit, entre autres, la mise en place d'un gouvernement de réconciliation nationale jusqu'à la tenue d'élections en 2005 et le désarmement des rebelles. Depuis, les deux parties s'accusent de ne pas avoir respecté leurs engagements. Ainsi, Paris se retrouve dans une situation complexe.
La France ne souhaite pas abandonner la Côte d'Ivoire, d'où l'idée d'impliquer l'ONU dans le conflit pour ne pas être accusée de nouveau colonialisme. Le 4 novembre 2004, le camp français est bombardé par l'aviation gouvernementale. La France riposte en détruisant toute l'aviation ivoirienne.
En 2007, Gbagbo signe avec les rebelles nordistes un accord de paix. Il sera capturé par ces mêmes combattants, alliés à Ouattara et aidés par les forces françaises en avril 2011, pour être expédié à La Haye en novembre de la même année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.